• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2012
Paris, le 22 juin 2011

Nouveau règlement Moto GP 2012 : le point avec Hervé Poncharal

Nouveau règlement Moto GP 2012 : le point avec Hervé Poncharal

En 2012, des équipes Moto GP appelées Claiming Rule Teams pourront s'engager en catégorie reine avec des 4-cylindres de 1000 cc issus de la série. Le point sur cette nouvelle réglementation à deux vitesses avec le président de l'IRTA, Hervé Poncharal.

Imprimer

Évoquée à mots couverts par les instances dirigeantes des Grands Prix depuis plusieurs saisons, l'idée d'ouvrir la catégorie reine à des machines semi-prototypes (moteurs de série préparés et châssis libres) sera mise en application dès la prochaine saison Moto GP 2012.

Concrètement, la nouvelle réglementation édictée par la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) autorise des structures bénéficiant d'un statut particulier à utiliser un moteur 4-cylindres issu de la série pour construire une "Moto1" (dénomination officieuse) qui pourra s'engager aux côtés des "full prototypes" alignés par les constructeurs actuellement présents en MotoGP (Ducati GP12, Honda RC212V, Yamaha YZR-M1 et Suzuki GSV-R).

Cette démarche suit la tendance initiée par le Moto2 (moteur de Honda CBR600RR et partie cycle libre) et par le choix d'un retour aux 1000 cc (lire MNC du 18 décembre 2009) : équivalente à celle des Hypersports du commerce, cette cylindrée facilite l'arrivée des Moto1, contrairement aux 800 cc en vigueur depuis 2007.

Moteur de série et châssis libre

Il suffit donc de prendre un 4-cylindres performant, éventuellement de le réaléser en respectant le seuil réglementaire (81 mm maximum), puis de l'insérer dans une partie cycle totalement prototype pour entrer dans cette nouvelle "sous-catégorie".

C'est déjà la démarche entreprise par le team Marc VDS Racing avec un bloc de BMW S1000RR - qui affiche d'origine, comme un fait exprès, 80 mm d'alésage - et un châssis inédit fabriqué par Suter (lire MNC du 29 novembre 2010).

Toutefois, conscients qu'un moteur de série même bien préparé ne sera pas de taille face à une motorisation prototype, les organisateurs ont décidé d'accorder quelques avantages techniques non négligeables aux structures intéressées : durant la saison, leurs pilotes pourront utiliser deux fois plus de moteurs qu'un team utilisant une MotoGP entièrement fabriquée par une usine (douze moteurs contre six) et leurs machines pourront embarquer 24 litres de carburant au lieu de 21 pour les autres.

L'avis de Jeremy Burgess

Jeremy Burgess, le chef mécanicien de Valentino Rossi depuis ses débuts en catégorie reine, se montre réservé face aux nombreuses évolutions réglementaires. "Je trouve le retour aux 1000 cc un peu décevant et je pense que beaucoup d’entreprises, comme Suzuki par exemple, aimeraient avoir davantage de stabilité au niveau des règlements pour que nous puissions tous travailler vers une compétition plus équilibrée", estime l'Australien. "J’étais encore chez Yamaha l’an dernier et je sais qu’ils aimeraient bien construire un moteur V4, mais ils ne pourront pas se le permettre tant que les règles n’arrêtent pas de changer. Ils auront donc de nouveau un 4-cylindres en ligne. Ces changements de réglementations sont donc un frein au développement".

Bien entendu, ces équivalences font déjà jaser : les promoteurs du World Superbike n'apprécient guère le fait que le MotoGP vienne marcher sur ce qu'ils considèrent comme leurs plates-bandes, certains acteurs de la catégorie reine craignent que le MotoGP perde son statut de vitrine de haute technologie, et cette réglementation à deux vitesses pourrait devenir difficilement lisible aux yeux du (télé)spectateur lambda...

Enfin, plusieurs observateurs redoutent que ces multiples changements de règlement (des 500 cc 2-temps aux 1000 cc 4-temps en passant par les 990 cc 4-temps et les 800 cc 4-temps en dix ans !) soient contre-productifs et puissent finir par se montrer plus coûteux que les économies qu'ils sont censés engendrer (lire encadré ci-contre)...

Interrogé par Moto-Net.Com, le président de l'IRTA (l'association des teams en Moto GP) estime que "dans la conjoncture actuelle, il n'y pas de solution pour permettre d'engager plus de motos : Honda et Ducati ne peuvent en aligner que six, Yamaha quatre et Suzuki une, voire deux. Soit 17 à 18 motos maximum".

"Effectivement, la mise en place de ce nouveau règlement ne constitue pas la panacée et fera polémiquer, je suis le premier à le reconnaitre. Mais on ne peut pas d'un côté regretter la pauvreté de la grille et de l'autre remettre en cause chaque mesure prise pour tenter d'améliorer la situation", poursuit Hervé Poncharal qui estime qu'autoriser l'emploi de moteurs issus de la série ne constitue pas un coup bas envers le World Superbike.

"C'est une polémique stérile car la FIM connaît parfaitement chaque clause des contrats qui la lient avec le World Superbike et le MotoGP : si le feu vert a été donné, c'est donc en toute légitimité et dans le respect des règles", tranche le team manager de Tech 3.

"En outre, même si rien dans le règlement actuel n'oblige la MotoGP à n'aligner que des prototypes, les machines concernées par la nouvelle réglementation n'utiliseront qu'une base moteur venant de la série : non seulement ce moteur recevra une préparation, mais tout le reste, du châssis au support de selle, sera entièrement prototype", souligne le président de l'IRTA.

Les "Claiming Rules" Teams

Pour juguler les envolées technologiques et tenter de conserver une équivalence de performances entre les "purs protos" et les machines utilisant un moteur dérivé du commerce, la Dorna (la société en charge des droits du MotoGP), la MSMA (l'association des constructeurs), l'IRTA et la FIM ont décidé d'appliquer la règle du "Claiming Rules".

Déjà en vigueur dans certains championnats américains et en Moto2, ce procédé contraint chaque participant à accepter de vendre - à un tarif fixé au préalable - des composants de sa moto à l'issue d'une course.

Dans le cas du MotoGP, une structure qui s'engagera avec le statut de "Claiming Rules Team" (CRT) pourra être amenée à céder son moteur à l’un des quatre membres de la MSMA (Ducati, Honda, Suzuki et Yamaha) à un prix fixé à 20 000 € pour l’ensemble moteur-transmission et à 15 000 € pour le moteur sans transmission.

Quatre moteurs maximum pourront être demandés à un team CRT au cours de la saison, et un membre de la MSMA ne pourra pas demander plus d’un moteur à un même CRT au cours de la saison. Évidemment, cette règle est à sens unique : ainsi, chaque avancée technologique réalisée par une équipe CRT sera accessible aux constructeurs membres du MSMA qui conserveront, eux, toute latitude pour continuer à développer secrètement des moteurs à grands renforts de millions d'euros.

"Cette mesure permettra d'éviter les dérives, et notamment de veiller à ce qu'un constructeur actuellement non inscrit en MotoGP ne s'engage pas de manière "officieuse" avec une machine CRT pour profiter des avantages techniques qui leurs sont accordés", explique encore Hervé Poncharal : "ainsi, s'il s'avère qu'un moteur examiné s'avère trop proche d'une configuration prototype par le biais d'un développement direct d'un constructeur, la Commission Grand Prix se réserve le droit de reclasser cette équipe CRT en team Factory".

Autre point du nouveau règlement présenté par la FIM : si une machine CRT devenait "trop performante" face aux prototypes Honda, Yamaha, Ducati ou Suzuki, ses avantages techniques pourraient être revus à la baisse sur décision de la Commission Grand Prix.

"La capacité maximale du réservoir pour les motos inscrites par les CRT pourra être modifiée pendant la saison par décision unanime de la Commission Grand Prix, afin d’assurer une compétition juste", précise en effet la réglementation 2012.

Pour certains intéressés, qui redoutent de voir leur moteur racheté pour un montant jugé trop faible et de perdre leurs avantages techniques en cas de compétitivité jugée excessive, ces dispositions ont tendance à surprotéger les équipes "Factory" déjà en place. A tel point que le nombre de structures souhaitant s'engager en tant que Claiming Rules Team est passé de quatorze à six depuis le début de la saison ! Selon la FIM, seules restent actuellement en lice les équipes By Queroseno Racing, Forward Racing, Kiefer Racing, Marc VDS Racing Team, Paddock GP Racing et Speed Master.

Les CRT seront-ils compétitifs ?

Selon Hervé Poncharal, plusieurs de ces désistements sont toutefois uniquement dûs au manque de budget de certains dossiers sélectionnés : courir en MotoGP coûte très cher, quelle que soit la formule retenue !

Perspectives : qui fait quoi en 2012 ?

Hervé Poncharal estime que les quatre constructeurs actuellement engagés en MotoGP aligneront le même nombre de prototypes en 2012, à l'exception possible de Suzuki qui n'a pas encore statué sur le nombre de GSV-R officielles (une ou deux).

D'autre part, selon nos informations, aucune usine ne continuera à faire courir de 800 cc en 2012 bien que le règlement l'autorise : un choix facilement compréhensible en raison des écarts de performances attendus.

En revanche, c'est un peu plus flou du côté de certains teams satellites : si le statut de Gresini n'est pas censé évoluer en 2012 et qu'Hervé Poncharal nous assure que Tech 3 ne s'engagera pas en tant qu'équipe CRT et disposera donc de deux YZR-M1 "satellites", l'incertitude demeure pour les quatre autres équipes. Ainsi, il se murmure qu'Aspar pourrait récupérer deux GP12 la saison prochaine aux dépens de Pramac, moins fortuné que le team AB Cardion bâti autour du seul Karel Abraham. Enfin, faute de moyens et de résultats cette saison, LCR pourrait opter pour le statut de Claiming Rules Team en 2012 : c'est en tout cas ce qu'affirment certains journalistes italiens qui auraient surpris l'équipe de Lucio Cecchinello en train de dégrossir une "Moto1" équipée d'un moteur de Honda CBR1000RR...

La question de la compétitivité se pose également : comment séduire des sponsors sans avoir la certitude que les CRT n'en soient réduits à faire de la figuration, loin derrière les prototypes officiels ou les satellites comme ceux de Tech 3, Gresini, LCR, Aspar, AB Cardion et Pramac ?

"Cette réglementation a été étudiée par des techniciens de la Commission Grand Prix et des ingénieurs qui gèrent la partie technique chez Ducati, Honda, Suzuki et Yamaha. D'après eux, les avantages techniques accordés aux teams CRT devraient offrir un équilibre satisfaisant avec les Factory, et peut-être même un gain en puissance pure grâce à la contenance plus grosse de leur réservoir", rétorque Hervé Poncharal.

"Maintenant, il y a deux autres paramètres qu'on ne maîtrise pas encore à l'heure actuelle : le premier concerne l'électronique, une partie prépondérante dans la performance des MotoGP. De toute évidence, aucune structure CRT ne disposera de l'expérience et des budgets nécessaires à la mise au point de systèmes électroniques aussi sophistiqués que ceux actuellement employés en catégorie reine".

"Le deuxième point est lié à la compétitivité des pilotes engagés au sein des teams CRT. On peut estimer qu'en 2012, la grille MotoGP offrira trois crans de performances : les équipes CRT, les équipes satellites qui bénéficient du soutien des usines et les équipes d'usine. Or, les meilleurs seront dans les teams "Full Factory", tandis que les rookies les plus doués continueront à faire leurs armes chez les teams satellites", résume le patron d'Edwards et de Crutchlow en MotoGP et de Smith, Simeon et Di Meglio en Moto2.

"Les autres, ceux qui n'auront pas pu obtenir de guidon Factory ou satellite, s'engageront au sein des structures CRT. Donc pour moi, les machines CRT seront probablement derrière, mais pas nécessairement en raison d'handicaps techniques. Prenez l'exemple de la Suzuki : beaucoup estiment que c'est la moins bonne moto du plateau, mais qu'en serait-il si un top pilote comme Casey Stoner en prenait le guidon ?", s'interroge le team manager français...

A suivre naturellement en détails sur Moto-Net.Com : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.
Essai MP3 530 hpe Exclusive : Piaggio remodèle son best-seller

Meilleure vente de scooter Piaggio en France, le MP3 500 connaît une importante évolution en 2022. Un plus gros moteur, un nouveau look et des fonctionnalités inédites (caméra de recul !?) doivent permettre au MP3 530 hpe Exclusive de séduire les scootomobilistes avides de nouveautés... à tout prix ?
Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Nouvelle S1000RR 2023 : dans l’inspiration de la M1000RR et innovante

La BMW S1000RR 2023 évolue après sa révision complète de 2019 et profite des avancées de son aînée M1000RR : les ailettes, notamment, sont de sortie. Un peu plus puissante et toujours aussi légère, la Superbike BMW profite aussi d’assistances inédites contrôlant les glisses de l’arrière. Du jamais vu !
Brixton en quête de triomphe chez les gros cubes avec sa Cromwell 1200

125cc, 250, 500 et aujourd’hui 1200 : la cylindrée des motos Brixton ne cesse d’augmenter ! Avec sa charmante Cromwell 1200, la petite marque de l’importateur autrichien KSR compte faire une entrée remarquée chez les gros cubes aux lignes vintage, bien aidée par son prix ultra serré : 9999 euros. Présentation.
Nouveaux coloris pour les Honda CB1000R, CMX500 Rebel et Monkey en 2023 

Alors que de nombreux motards attendent le retour des Hornet et Transalp - aussi "fracassant" que celui de Marquez ? hum -, Honda temporise à nouveau en dévoilant de nouveaux coloris sur son maxiroadster CB1000R, son custom "mid-size" CMX500 Rebel et sur son mini Monkey.
Pratique 2 commentaires
Zéro Motorcycles veut court-circuiter les maxitrails avec sa DSR/X

Avec ses 137 km d’autonomie sur voie rapide et environ 3 heures nécessaires à la recharge, la DSR-X est loin d’être une grande voyageuse. Mais pour un usage quotidien, le maxitrail de Zero Motorcycles pourrait bien donner du fil - électrique ! - à retordre à ses rivaux thermiques. Présentation et vidéo.
Trail 4 commentaires
Bluroc (ex-Bullit) se jette à l’eau avec son inédite Tracker 125

C’est une grande première pour Bluroc : la petite marque belge de motos propose une 125 cc dont le monocylindre est refroidi par eau ! Avec ses 15 chevaux et une partie-cycle plus affûtée, la Tracker doit donc mettre à l’amende ses frangines Legend, Hero ou Spirit... et ses rivales ? Présentation.
Horaires et enjeux du GP de Thaïlande MotoGP 2022

Annulé ces deux dernières années, le Grand Prix moto de Thaïlande redémarre ce week-end sur le Chang International Circuit à Buriram avec un invité surprise sur la Suzuki : Danilo Petrucci ! Horaires et enjeux du GP de Thaïlande MotoGP, 17ème course du championnat du monde 2022 après laquelle il ne restera que trois épreuves pour savoir qui sera champion du monde MotoGP 2022... Attention au décalage horaire : demandez le programme en heure française !
Arabie saoudite, Inde et Kazakhstan : trois nouveaux Grands Prix MotoGP !

Le promoteur du championnat du monde MotoGP, Dorna Sports, révèle la signature d'accords avec l'Arabie Saoudite, l'Inde et le Kazakhstan pour y disputer des Grands Prix dès 2023. Explications.
MotoGP 2023 5 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...