• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
INTERVIEW
Paris, le 25 mars 2005

"Mon objectif est que Honda retrouve son leadership en France en 2007"

"Mon objectif est que Honda retrouve son leadership en France en 2007"

L'objectif de Florent Lionnet, 34 ans, futur patron de Honda Motos en France, est clair : retrouver le leadership en France dès 2007, grâce notamment à un développement des services. Interview.

Imprimer

A 34 ans, Florent Lionnet est le nouveau directeur général adjoint de Honda Motor Europe South. Prochainement patron du numéro un mondial dans l'Hexagone, cet ancien chef des ventes chez BMW Motorrad entend bien reprendre à Yamaha la place de numéro un France... Interview.

Moto-Net : Comment se retrouve-t-on à 34 ans directeur adjoint de Honda Motor Europe South et futur patron de Honda Motos en France ?
Florent Lionnet : Par moments, j'en suis moi-même le premier étonné... Certains diront que j'ai de la chance et c'est sûrement vrai, mais je crois aussi que la chance se provoque ! J'ai fait une banale Sup' de Co en province, très moyenne car à l'époque j'étais un peu... paresseux ! Puis j'ai fait deux ans d'études en Angleterre et je me suis retrouvé en 1995 avec un bac + 6 qui ne m'a pas permis de faire grand-chose... Je devais rembourser un emprunt étudiant, donc mon premier boulot a été de vendre des encyclopédies au porte-à-porte dans les cités HLM. Puis je suis entré chez Icare, une société qui propose des contrats d'entretien et de garanties de VO dans l'automobile. J'y suis resté jusqu'en 1998 puis j'ai été débauché par un de mes clients, un loueur automobile à Toulouse, mais ce n'était pas une bonne expérience et je n'y suis resté que 6 mois. Je me suis donc retrouvé au chômage, puis en juillet 1999 je suis entré chez BMW Motorrad comme chef de district dans le sud-ouest. Mais le sud-ouest est un petit marché et j'ai demandé ma mutation dans le sud-est pour voir ce que je valais sur un gros secteur géographique. En décembre 2001, profitant du départ de mon prédécesseur, je suis devenu chef des ventes et du développement réseau de BMW Motorrad, au siège. J'y suis resté trois ans, avec trois grands chantiers : transformer tout le réseau en concessions exclusives, développer un programme de formation complet avec une académie de vente et mettre en place l'identification extérieure et intérieure du réseau. Fin septembre 2004, un chasseur de têtes est venu me chercher pour aller chez Honda...

Florent Lionnet, futur patron de Honda Motos en France : mon objectif est que Honda retrouve son leadership en France en 2007

Moto-Net : Vous avez accepté tout de suite ?
Florent Lionnet : Il aurait fallu être fou pour refuser une offre pareille ! J'ai demandé à rester jusqu'au 31 décembre pour pouvoir partir la tête haute, car en 2004 BMW Motorrad a réalisé en France ses meilleurs résultats de tous les temps ! Je suis donc arrivé chez Honda en janvier 2005 en tant que directeur général adjoint, avec vocation à succéder au directeur général dans un futur proche.

Moto-Net : En quittant BMW, avez-vous emporté la recette du succès pour l'appliquer chez Honda ?
Florent Lionnet : Ma recette du succès c'est de tout miser sur le qualitatif et c'est la philosophie que je compte bien appliquer à Honda. Chez BMW, je n'ai pas été éduqué à la sauce promotions et volumes à tout prix ! Mon objectif, c'est que Honda retrouve son leadership en France dès 2007 et le conserve. Ce n'est pas ambitieux, c'est réaliste ! Je compte m'appuyer sur les structures existantes, les équipes internes et le réseau de 230 concessions, car il est vrai que depuis cinq ans Honda a traversé une période de vaches maigres, avec notamment le paiement comptant des motos pour les concessionnaires. La vie du réseau a été bouleversée et la confiance réciproque s'est un peu émoussée... Aujourd'hui les vaches maigres, c'est du passé ! On reprend les discussions avec le réseau, on va les aider à vendre et on tient nos promesses. Les concessionnaires ont reçu notre stratégie commerciale à six mois, une harmonisation des identifications extérieures est prévue sur douze mois et d'ici un mois et demi nous aurons la première concession "nouvelle vague", nous développons de nouvelles offres de financement et on organise des sessions de formation gratuite en régions. Je veux donner aux concessionnaires les moyens d'être compétitifs et de bien réagir face à la concurrence. Yamaha et BMW, bien sûr, mais je ne me focalise pas sur un concurrent en particulier.

Moto-Net : Allez-vous développer les concessions mixtes auto/moto ?
Florent Lionnet : Nous avons depuis peu un concessionnaire auto moto à Orange, mais ce n'est pas une stratégie en soi, c'est un concept qui reste très spécifique à BMW.

Moto-Net : L'une de vos premières décisions a été de créer une académie de vente. Comment ça marche ?
Florent Lionnet : Oui, j'ai annoncé fin janvier qu'on allait créer une académie de vente basée chez Honda, à Marne la Vallée, qui sera lancée en octobre à l'occasion du Mondial du deux roues. BMW et Yamaha en ont une, c'est un contrat de qualif en alternance pris en charge en grande partie par Honda mais aussi par le concessionnaire. C'est important que les gamins se sentent valorisés, on en trouve des jeunes qui veulent bosser ! On va leur apprendre l'utilisation de l'outil informatique, les familiariser avec les logiciels Honda, leur inculquer de bonnes habitudes de vente. C'est plus facile d'apprendre des bonnes habitudes à un jeune que de faire perdre des mauvaises à un vendeur confirmé ! La formation sera sanctionnée par un véritable diplôme avec un acte de vente simulé et la soutenance d'un mémoire devant un jury. Pour les vendeurs en place, nous prévoyons aussi une validation des acquis qui leur permettra à leur tour une remise en question formatrice pour la suite de leur carrière.

Moto-Net : Vous effectuez actuellement une tournée des concessionnaires Honda en France. Comment êtes-vous accueilli ?
Florent Lionnet : Fin avril, j'aurai rencontré une soixantaine de concessionnaires car avant de parler, il faut connaître ce dont on parle ! Le réseau Honda est sain, il a résisté à quatre années difficiles en termes de management. Je suis très bien accueilli car ça faisait très longtemps que le top management de chez Honda ne s'était pas déplacé. Et en plus, un français ! Le réseau a été un peu brimé, il a envie d'y croire à nouveau mais il ne croit que ce qu'il voit et il a raison ! Je les reverrai ensuite au Mondial pour faire le point. Il ne faut pas se focaliser sur le passé, je suis orienté vers l'avenir !

Moto-Net : Justement, comment voyez-vous l'avenir ?
Florent Lionnet : Le marché de demain, c'est la bonne gestion des occasions. Pour faire de la conquête, il faut faire de la reprise. Toute la capacité économique d'une concession est basée aujourd'hui sur sa capacité à reprendre des motos. Et après la reprise, il faut veiller à la rotation du stock. Ce qui est important c'est la deuxième vente, pas la première. Il faut développer le SAV et professionnaliser le service, comme dans l'automobile. Aujourd'hui on parle trop de prix au client, pas assez de services ! L'avenir dans le deux-roues va être très intéressant, avec toutes ces notions de services à développer.

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Mr Lyonnet est dans le vrai et le service cela se paye. Voulez-vous continuer à acheter une moto au prix d'une twingo et continuer d'être traité comme un acheteur de biscuits ? Le manque de professionnalisme, l'exclusivité, et les prestations associés à la vente sont de nouvelles pistes à creuser. Pour beaucoup de ces thèmes l'auto est dans le vrai alors pourquoi ne pas suivre les bonnes pratiques de ce secteur tout en conservant l'ambiance bon enfant de la moto ?

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les feux tricolores "récompense" obtiennent le feu vert en France

Non conformes à la réglementation et pourtant actifs dans certaines communes françaises, les feux tricolores "récompense" peuvent désormais être installés - ou maintenus - sous certaines conditions. Les feux "sanction" en revanche, demeurent illégaux. Explications.
Une 890 Duke Tech3 Limited Edition pour les fans de KTM en France

Certes, le GP du Portugal 2021 à Portimao ce dimanche a été moins brillant pour Tech3 que sa première édition il y a cinq mois, remportée par Miguel Oliveira au guidon de sa KTM RC16. Cela ne remet pas en question le lancement d’une 890 Duke aux nouvelles couleurs de l’écurie française. Enfin, 100 exemplaires !
Le coronavirus brouille toujours les chiffres de l’accidentalité routière 

Déjà pas bien simple en temps normal, la lecture des chiffres de la sécurité routière est encore et toujours compliquée par la crise sanitaire et ses mesures restrictives (en termes de mobilité principalement). En mars 2021, la mortalité a augmenté de +20 % par rapport à l’an dernier, baissé de -28 % comparé à mars 2019...
GP Portugal 2021 : une boîte qui coûte son troisième podium à Zarco ?

Johann Zarco a fait bondir ses fans de leur canapé quelques minutes trop tôt lors du GP du Portugal MotoGP 2021... Alors qu’il se battait pour monter sur un troisième podium - en trois courses cette année ! - le n°5 du team Ducati Pramac a hélas perdu l’avant... En confondant vitesse et précipitation ?
GP du Portugal 21 commentaires
GP Portugal 2021 : Quartararo maintient la M1 et son moral au top

Passé - un peu - à côté du Grand Prix d’ouverture 2021 au Qatar, Fabio Quartararo enchaîne deux succès sur deux circuits très différents : Losail et Portimao. Le bon 20 français du team Yamaha officiel prouve ainsi qu’avec sa nouvelle M1 et son nouveau mental, il peut gagner partout...
GP du Portugal 2 commentaires
Marché moto en mars 2021 : un an après, MNC fait le point avec la CSIAM

C’était écrit. Les ventes du marché français du motocycle ont explosé - doublé ! - le mois dernier, en comparaison du désastreux mois de mars 2020. En guise d’analyse, Moto-Net.Com a interrogé le nouveau représentant des constructeurs Vincent Thommeret, président de la branche moto de la CSIAM.
Pas de contrôle technique moto en France en 2022, mais...

Un contrôle technique sur les motos et maxiscooters de plus de 125 cc à partir du 1er janvier 2022 ? Les motards - plus ou moins - en colère le rejettent en bloc. De toute manière, la France n’est pas prête : son Ministère des Transports propose d’autres contrôles à la place. Explications.
Sécurité routière 15 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...