• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
PNEUS PISTE
Paris, le 22 mars 2012

Michelin présente ses nouveaux pneus moto hypersport

Michelin présente ses nouveaux pneus moto hypersport

Le Michelin Power Cup est un pneu homologué pour la route, mais le remplaçant du Power One est avant tout destiné à chasser le chrono sur circuit, tout comme son cousin dépourvu de toute sculpture baptisé Power Slick... Explications.

Imprimer

Michelin Power Cup et Power Slick

Michelin est monté ce matin à la capitale pour présenter à la presse ses deux nouvelles références de sa gamme Hypersport : les Power Cup et les Power Slick, deux pneus moto dédiés à un usage sur circuit uniquement... Quoique !

Le nouveau Power Cup - il porte le même nom que la fameuse "coupe" de marque - est un pneu homologué route qui possède "les 5% de sculptures légaux", nous signale Tommy Maussin, "Business Segment Manager Moto" chez Michelin.

Il est donc possible pour les irréductibles motards qui ne conçoivent pas un instant de prendre le volant d'un 4-roues, même pour se rendre sur un circuit, de circuler avec leur moto chaussée de Power Cup. Il va sans dire qu'en cas de pluie sur le retour, une conduite extrêmement prudente sera exigée !

"Nous proposons même le Power Cup en 180 à l'arrière, car certains de nos clients désirent rouler sur route avec Supersport montée sur jante de 5.5 pouces. Toutefois nous recommandons l'utilisation du 190 pour les 600cc et du 200 pour les 1000cc, car ils offrent les meilleures performances".

Power "Cup", les pneus

Car à l'instar de son prédécesseur Power One (lire notre Essai MNC du 13 mars 2009 : les pneus français plus compétitifs que jamais !), le Power Cup s'adresse en priorité aux motards férus de circuits qui chargent leur moto sur une remorque pour aller taquiner le chrono, voire se lancer en compétition.

"Qu'est-ce qui a changé par rapport au Power One ? Disons plus simplement que ce qui n'a pas été modifié, ce sont les sculptures du pneu !", nous résume le responsable français. Subtilement placées, elles offrent au pilote des bandes de pneu parfaitement lisses : sur les épaules afin d'améliorer le grip en virage et au centre pour maximiser la traction et optimiser la longévité.

En un mot comme en cent : le nouveau pneu moto Michelin reprend la technologie NST (Near Slick Technology ou "slick sans en avoir l'air"), tout comme il conserve la technologie 2CT (Two Coupound Technology ou "bigomme")...

Sans entrer dans les détails - la concurrence lit également Moto-Net.Com... -, Michelin assure que les mélanges ont été améliorés : "La gomme est issue des mélanges hypercollant utilisés en compétition", précise Tommy Maussin.

Transfert de technologie

"Les véhicules 2-roues sont de plus en plus proches des véhicules de compétition", remarque Michelin. Et inversement, puisque les Superbike abandonnent progressivement les 16.5 pouces, taille proposée sur l'ancien Power One mais abandonné sur le Power Cup. Tout cela facilite grandement les transferts d'innovations...

En général, les avancées effectuées en termes de profils, d'architectures ou de mélanges sur les pneus de compétition apparaissent deux ou trois ans plus tard dans le commerce. "Sauf lorsqu'on dispose d'une astuce et qu'on ne connaît pas sa remplaçante", confie à Moto-Net.Com le directeur adjoint de la compétition Michelin, Nicolas Goubert : dans ce cas, nous attendons encore un peu !"

"Nous veillons toutefois à diminuer le temps de chauffe des pneus du commerce par rapport à ceux de course, car même les pilotes amateurs ne mettent pas sous contrainte les pneumatiques aussi fort et aussi vite que Sébastien Gimbert ou Erwan Nigon", poursuit notre interlocuteur.

Décliné dans trois dimensions pour l'arrière (et une à l'avant, voir page suivante), le Power Cup propose "huit nouvelles gommes, trois à l'avant et cinq à l'arrière, qui permettent aux pilotes de choisir le pneu le mieux adapté aux conditions de piste".

Fort heureusement, le manufacturier français a pensé à réaménager son site (anciennement www.michelinpowerone.com, désormais www.michelin-power.com) qui permet à ses clients de trouver le pneu correspondant à ses besoins.

Très complet et pointu, cet outil va jusqu'à prendre en compte le niveau d'abrasivité du circuit (23 recensés rien qu'en France) ! Impossible désormais d'hésiter entre les différents modèles de pneus Michelin ou de se tromper de type de Power Cup, du plus tendre (A) au plus dur (C).

Les carcasses du Power Cup différent également de celles du Power One. "Sur le pneu avant, l'angle des nappes est plus ouvert, ce qui accroît la rigidité de la carcasse et la stabilité du pneu. La moto est ainsi plus stable au freinage et son pilote peut tenir plus aisément sa trajectoire sur l'angle", décrivent les ingénieurs de Clermont-Ferrand (du centre de technologies Michelin de Ladoux, plus précisément).

Notons également qu'une variante plus performante également est proposée, mais "n'est cependant homologuée route qu'en indice de vitesse V, c'est-à-dire pour des vitesses inférieures à 240 km/h". Un comble, non ?

Plus vite que le Power One... et la concurrence

À l'arrière en revanche, la carcasse a été assouplie : "en lui permettant de se déformer un peu plus, nous avons augmenté de 8% la surface de contact", élément déterminant alors que les motos les plus sportives crachent désormais 200 chevaux !

En outre, Michelin affirme avoir dû adapter son nouveau pneu hypersport aux nouvelles technologies embarquées sur les Superbike. Les systèmes de contrôle de traction, notamment, se répandent furieusement et "il faut veiller à ce que le pneu réagisse correctement aux différentes marques, que ce soit Yamaha, MV Agusta, etc.".

Au final, qu'apporte le nouveau Power Cup ? "Un temps au tour amélioré par rapport à son prédécesseur Power One Compétition, jurent les Clermontois, croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais le payer cher !

D'après un autre test effectué en interne avec des pilotes de haut niveau (Bertrand Stey, notamment), "le Power Cup tourne 1,5 seconde plus vite que deux de nos principaux concurrents", nous précise même Tommy Maussin au moyen d'un graphique hautement confidentiel où apparaissent trois courbes : bleue pour Michelin, jaune et rouge pour "les autres"...

L'écart se serait d'ailleurs maintenu sur les 15 tours du comparatif (19 secondes d'avance), soit la durée d'une course : "nous cherchons à être meilleurs que nos concurrents en termes de performance et de pérennité de cette dernière, tout en proposant une longévité équivalente".

Parallèlement, Michelin a convié 120 Italiens - l'Italie est le plus gros marché en ce qui concerne ce type de pneus et Pirelli y est largement dominateur - sur le tracé du Mugello, afin de leur faire découvrir leur nouveau produit.

"Engagés dans divers championnats, coupes ou trophées, ils connaissaient tous leur rythme sur ce tracé... et 35% d'entre eux ont amélioré leur chrono grâce au Power Cup", se félicite le Bibendum, désireux de piller les parts de marché des "Diables" transalpins.

La Fête du Slick

Pour ceux que les performances du Power Cup ne satisferaient pas pleinement, Michelin propose le Power Slick, qui n'est " rien moins que le pneu le plus performant de la gamme Michelin sur circuit : maniabilité, stabilité, progressivité au freinage et facilité de réglage", décrivent les ingénieurs de la marque française.

Et ce n'est pas tout : "par rapport à ses prédécesseurs, le Michelin Power Slick se distingue aussi par une meilleure prise en main. Doté d'un bon grip en courbe, il assure un bon retour d'informations et se positionne comme un pneu aussi sécurisant que performant".

Utilisant trois nappes au lieu de quatre ordinairement, le Power Slick augmente encore la surface de contact avec la piste : "le pneu gagne ainsi en grip et son usure diminue car la contrainte est répartie sur une plus grande surface", analyse Michelin.

Adapté à l'immense majorité des Supersport et Superbike du marché, "le Power Slick propose une nouvelle dimension : le 20/69", avertit le pnematicien auvergnat. Plus large et plus grand en diamètre, il offrirait - encore ! - une empreinte au sol plus importante.

Le pneu avant, lui, comporte quatre nappes - "deux nappes carcasse Rayonne et deux nappes sommet Aramide", précise Michelin - qui lui permettraient de garder sa stabilité en virage. "Une combinaison appropriée des rigidités sommet et flancs permet de combiner une bonne stabilité au freinage, une bonne maniabilité et grande facilité de prise en main", ajoute le manufacturier.

Intégrant les technologies 2CT et SCT (Synthetic Component Technology), le pneu arrière dispose de cinq nouvelles gommes lui permettant de se décliner dans trois versions plus ou moins tendres (A, B ou C). L'avant se contente de deux nouvelles gommes (A ou B).

Enfin, en complément du Power Cup, du Power Slick - mais aussi du Power One Street qui demeure en première ligne pour les pistards-routards -, "une troisième gamme, Michelin Power Rain, sera disponible à partir de mai 2012 pour répondre aux besoins des motards sur piste détrempée", conclut le manufacturier clermontois.

Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs, afin de vous permettre la connexion à votre compte utilisateur, de laisser des commentaires sur les articles, de déposer des annonces, de paramétrer vos alertes, de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et d'obtenir les données statistiques qui nous permettent de mieux répondre aux attentes de nos lecteurs.