• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ESSAI
Paris, le 17 mars 2004

Le roadster atypique

Le roadster atypique

L'espèce des monocylindres routiers, délaissée par les constructeurs depuis les Aprilia 650 Starck, Muz Skorpion et 660 SZR Yamaha, n'est pourtant pas tout à fait éteinte : l'allemand Sachs propose depuis l'an 2000 un modèle méconnu. Découverte.

Imprimer

Atypique. C’est le premier qualificatif qui vient à l’esprit après quelques jours d’essai de ce Sachs Roadster 650, amicalement prêté par URBAN Moto. Une moto pour le moins difficile à classer dans les catégories modernes... Roadster ? Basique ? Peut-être les deux, ou même un peu plus que ça !

Techniquement parlant, les solutions employées tiennent plutôt de la préhistoire que de la modernité. Deux amortisseurs classiques montés sur le bras oscillant, simple frein à disque à l’avant, roues à rayons, refroidissement mixte air et huile : rien de ce qui se faisait dans les années 70 ne manque à l’appel ! Sauf peut-être le tambour arrière, ici remplacé par un disque pas même estampillé 78 tours...

Pour compléter le tableau, les accessoires brillent plutôt... par leur absence ! Pas de jauge ni de voyant de niveau d’essence, un trip à rouleau, rien pour les bagages, encore moins de béquille centrale, et ne cherchez pas le verrouillage de la selle, elle est boulonnée au cadre...

"Nécessaire n’est pas indispensable" semble être la devise de nos voisins allemands et le seul accessoire présent est... une veilleuse de parking, qui se met en service au barillet de contact. Étonnant, non ? Surtout lorsqu’elle se met en service à votre insu !

Et puis cette ligne... Pas spécialement désagréable mais disons... ventrue. Un peu comme les BMW R 1100 S, avec un avant massif et un arrière effilé. Ça sent le transfert de designers, cette histoire !

La Sachs 650 a néanmoins le très grand mérite d’être originale et de sortir du lot, à en juger par les deux ou trois motards qui m’ont interpellé pour en savoir plus sur cette sympathique moto.

Comme pour gratifier celui qui aura su faire fi de ces remarques pas spécialement avantageuses, la moto se redresse de sa latérale et se manie à l’arrêt avec un petit doigt. Poids contenu, centre de gravité et assise placés bas : les manoeuvres en sont extrêmement facilitées pour les petits gabarits.

Alors en route, et voyons à quoi cet engin va bien pouvoir servir ! Le monocylindre de Freewind s’ébroue d’un coup de démarreur et le starter cranté au guidon est facile et pratique. Nul doute qu’un moteur de cette provenance (lire Moto-Net du 9 septembre 2003 pour l'essai complet du Suzuki XF 650 Freewind) est garant de fiabilité et de facilité d’entretien. Et quitte à (re)tordre le cou aux idées reçues, rappelons que les monocylindres ne sont pas aussi fragiles que le dit la légende !

Toujours est-il que le moteur présente bien les caractéristiques de son architecture : inutilisable sous 3 000 tr/mn et se rappelant à votre souvenir à grands coups de vibrations au delà. Ensuite, c’est LA grande surprise de cet essai : si les mi-régimes (de 3 000 à 6 000 tr/mn) sont relativement creux, les bras s'étirent et l’aiguille du compte-tours se jette à plus de 8 000 tr/mn dans un vrombissement d’outre tombe ! Incroyable ! Contrairement à ce que je pensais du mono, celui-ci me demande toujours plus de tours, et m’incite à aller toujours plus loin sur le cadran de droite ! No limits, et d’ailleurs il n’y a pas de zone rouge ! Mais qu’ont-ils donc donné à ce moulin pour le transfigurer à ce point ? Les cinq rapports s’enchaînent sans mollir, grâce à une boite précise quoiqu’un poil trop ferme au verrouillage, et je me trouve propulsé à 170 km/h - sur la portion allemande de l’A86 bien entendu -, au taquet, la tête tirée en arrière par le vent. Diantre ! C’est comme si j’avais découvert un autre monde, celui où sensation ne rime pas forcément avec vitesse supersonique...

Et pour exploiter ce bouilleur plein d’allant, la partie cycle ne faillit pas à la tâche : les freins sont agréables et très efficaces, bien qu’aucun réglage ne soit prévu pour le levier. La position, si elle déconcerte au début en écartant les bras et les jambes du pilote, permet de rouler en toute décontraction. Personnellement, j’aurais préféré une position de cale-pieds plus haute et en arrière, afin de permettre un meilleur appui des jambes. L’amortissement ne souffre d’aucune critique, ferme juste ce qu’il faut pour assurer un bon compromis entre confort et tenue de route.

Les évolutions lentes sont faciles, grâce à la répartition des masses et à la géométrie de la machine. En contrepartie, les virages rapides et vifs demandent un gros effort sur le guidon, la Sachs se montrant particulièrement rétive aux changements d’angles à grande vitesse. Elle impose donc une conduite coulée et met son conducteur en confiance, lui permettant de la dompter progressivement et sans danger. Un excellent point pour qui cherche une première monture !

Au quotidien, l’utilisation urbaine demande quelques efforts à cause du guidon vraiment large qui gêne pour se faufiler entre les files et du caractère rugueux du moteur qui rend l’évolution à faible vitesse constante très chaotique. Une fois ceci digéré, on s’adapte bien et on profite de la position confortable, des rétroviseurs ultra efficaces et de l’avertisseur surpuissant. L’absence de tout aspect pratique se paye en revanche au prix fort : sac à dos obligatoire !

Sur l’autoroute, difficile de rouler longtemps à plus de 120 km/h. D'abord en raison de la démultiplication courte, ensuite à cause de l’absence totale de protection, amplifiée par la position des bras très écartée. Difficile de s'imaginer sur la route des vacances autrement qu’avec la Sachs sagement installée sur une remorque derrière la voiture...

Au final, ce roadster (puisque c’est son appellation commerciale officielle) trouvera sa place dans le garage d’un vieux motard (que jamais), habitué aux motos de caractère et qui souhaite posséder un jouet simple et réellement vivant pour tous les jours. De préférence pour arsouiller sur des routes de montagne, où l’agilité et l’allant du moteur feront merveille et permettront sans aucun doute d’en remontrer à bien des grosses cylindrées. A moins qu’un jeune permis ne l’adopte, afin de faire ses armes sur une petite pétoire différente des autres, capable de procurer un vrai plaisir de conduite tout en permettant un apprentissage en douceur de l’enchaînement de virages à la cool, propre, précis et efficace en diable. Par contre, en ville ou pour les gros rouleurs, pas de pitié, à moins de renoncer à tous les aspects pratiques que peuvent présenter les concurrentes.

Reste enfin la question du prix, injustifié au regard des prestations offertes (6 706 €). Cette moto, pour basique et économique qu’elle semble être, coûte vraiment trop cher pour ce qu’elle propose. Mais nous le savons tous : moto et raison font rarement bon ménage !

Alors quelle catégorie ? J’en ai finalement inventé une : le supermotard roadster !

Fiche technique (données constructeur)
Moteur
Type Monocylindre air/huile
Cylindrée 644 cc
Puissance 37 kW (50 ch) à 6 750 tr/min
25 kW (34 ch) à 6 000 tr/min
Couple 56 Nm à 6 200 tr/min
42 Nm à 5 500 tr/min
Boîte de vitesse 5 vitesses à prise directe
Transmission Chaîne à joints toriques
Démarrage Electrique
Carburant Sans plomb 95
Echappement Dépollué par injection d'air dans l'échappement
Vitesse maximale 166 km/h (37 kW)
145 km/h (25 kW)
Partie cycle
Châssis Double berceau acier
Jantes Aluminium à rayons
Pneu AV 120/70-ZR17, Pirelli Dragon
Pneu AR 160/60-ZR15, Pirelli Dragon
Frein avant Simple disque 320 mm, étrier 2 pistons
Frein arrière Simple disque 220 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur 2 290 mm
Hauteur de selle 760 mm (732 mm avec le kit de rabaissement)
Empattement 1 490 mm
Réservoir 17 litres dont réserve de 3 litres
Poids 169 kg
Informations commerciales
Coloris Bleu métallisé, noir métallisé, titane (option)
Prix 6 706 €

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Marché moto et scooter 2019 : premier semestre record pour les gros cubes

Avec 103 446 motos et scooters immatriculés de janvier à juin, le premier semestre 2019 a été très positif pour le marché français (+13% Vs 2018). Les 125 poursuivent leur remontée tandis que les gros cubes atteignent un volume jamais vu sur Moto-Net.Com... Chiffres, graphiques et analyses : voici le bilan complet du marché moto et scooter en France sur MNC !
Curtiss pète les plombs avec ses motos électriques Hades et Zeus Radial V8 !

Curtiss, ancien constructeur de motos thermiques extravagantes reconverti dans l'électrique, explore des voies stylistiques osées pour détourner l'aspect peu sexy d'un moteur à batteries : sous forme d'un gros 8-cylindres sur sa Radial V8 et... phallique sur son Hades ! Découverte.
Motos 3 commentaires
105 ch et 249 kg pour la moto électrique Harley-Davidson LiveWire

La version définitive de la moto électrique LiveWire de Harley-Davidson développerait 105 ch et 116 Nm de couple, d'après les retours des premiers essais réalisés par nos confrères américains. La première moto à piles de la Motor Company doit raccorder ses batteries à l'Europe en septembre au prix de 33 900 euros.
Malgré la mort de son "baby boy", la mère de Carlin Dunne veut que les courses moto se pousuivent à Pikes Peak

Romie Gallardo, mère de Carlin Dunne, estime que la chute mortelle de son "baby boy" près du sommet de Pikes Peak ne doit pas conduire les organisateurs à interdire les motos de cette célèbre course de côte américaine. Explications.
Duel vidéo : Royal Enfield Interceptor 650 Vs. Triumph Street Twin

En complément de notre duel complet entre la Royal Enfield Interceptor 650 et la Triumph Street Twin, voici la vidéo de ce comparatif entre ces deux roadsters néo-rétros...
Que faut-il penser des rumeurs sur la retraite de Rossi et Lorenzo ?

La trêve estivale MotoGP est traditionnellement propice au développement des rumeurs... Dernières en date : l'inévitable raccrochage des gants de l'idole des Grands Prix Valentino Rossi et la retraite éventuelle de Jorge Lorenzo avant la fin de sa première campagne chez Honda-Repsol. MNC fait le point... retraite !
Pilotes et équipes 2020 16 commentaires
Que font les pilotes MotoGP pendant leurs vacances d'été ?

Repos ? Entraînement ? Plage ? Farniente ? Apéro-barbec' ? Hôtels de luxe ? Si certaines stars des Grands Prix moto se montrent discrètes sur leur emploi du temps pendant la pause estivale avant la reprise du championnat du monde en République tchèque, d'autres se répandent abondamment sur les réseaux... Petit panorama rafraîchissant en pool position.
Les huit nouvelles recommandations du CNSR pour améliorer la sécurité routière

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), réuni début juillet sous la présidence du maire de Flers (61) Yves Goasdoué, livre huit nouvelles recommandations pour réduire l'accidentologie routière. Certaines sont pertinentes, d'autres moins : MNC fait le point route.
Sécurité routière 3 commentaires
Journée nationale du partage de la route le 18 juillet

La Fédération française des motards en colère (FFMC), 40 millions d'automobilistes et Mon vélo est une vie lancent la Journée nationale du partage de la route qui aura lieu le 18 juillet. Explications.
Sécurité routière 2 commentaires

Abonnement MNC Premium


En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

PARCOURS

  • 300 km
  • Paris et Ile-de-France
  • Ville, périphérique et voies rapides
  • Consommation : 6l/100 km

POINTS FORTS

  • Sensation de conduite
  • Modèle unique sur son créneau
  • Homogénéité
  • Simplicité générale

POINTS FAIBLES

  • Prix
  • Manque d'équipements
  • Usage limité

OPTIONS ET ACCESSOIRES

  • Kit 34 ch
  • Amortisseurs surbaissés
  • Bagagerie aux couleurs d'origine
  • Béquille centrale
  • Protection
  • Cache radiateur chromé
  • Saute-vent
  • En savoir plus...