• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
C'EST PROUVÉ
Paris, le 10 novembre 2003

Le ridicule ne tue pas les ministres de l'intérieur

Le ridicule ne tue pas les ministres de l'intérieur

Après de longues années d'enquête, Moto-Net.Com est en mesure de révéler un scoop qui risque de changer la face du monde : le ridicule ne tue pas les ministres de l'intérieur. A moins qu'on ait, entre-temps, annoncé le décès soudain de Nicolas Sarkozy.

Imprimer

Exclusif. Enorme. Abracadabrantesque. A côté du scoop que Moto-Net est en mesure de publier ce soir, l'annonce que Rossi signerait pour dix saisons d'affilée avec Lada ferait figure de pipi de chat.

Preuves à l'appui, nous sommes en effet en mesure d'apporter une réponse définitive à la question qui taraude les plus grands penseurs que la terre ait connus depuis que l'homme est en mesure de s'interroger, de Jean-Pierre Foucault à Roselyne Bachelot en passant par Florent Pagny et Jean-Claude Van Damme : le ridicule ne tue pas les ministres de l'intérieur ! Démonstration.

Les faits
Alors qu'ils se rendent à l'inauguration du premier radar automatique (lire Moto-Net du 28 octobre 2003), les ministres de l'intérieur et des transports se font prendre à leur propre piège par de vilains journalistes d'Auto Plus équipés de jumelles laser (à paraître demain). Bilan des courses : 103 km/h au lieu de 70 pour Nicolas Sarkozy et 98 au lieu de 70 pour Gilles de Robien.

Inauguration du premier radar automatique le 27 octobre 2003. Ils ne le savent pas encore, mais Nicolas Sarkozy et Gilles de Robien viennent de se faire piéger en excès de vitesse par des journalistes d'Auto Plus

Analyse
Pour amusante qu'elle soit, l'expérience n'a cependant rien de particulièrement surprenant : qui, aujourd'hui en France, roule à 70 km/h sur une deux fois deux voies toute droite, bien dégagée, au revêtement nickel et séparée par un muret central (voir photo), qui plus est dans une voiture puissante, flambant neuve et équipée de toute les dernières technologies modernes (Peugeot 607) ? Personne. Pas même le ministre de l'intérieur et des "libertés locales" (sic), c'est dire !

Mais il y a pire. Pour sa défense, Nicolas Sarkozy publie un communiqué de presse qui montre de manière particulièrement éclairante combien une politique de sécurité routière basée sur la répression aveugle de la vitesse est absurde.

Explication de texte
Quand toi, lecteur, tu te fais arrêter pour excès de vitesse, ton premier réflexe est de dire - si toutefois tu as la "chance" de trouver un flic pour t'entendre ! - que tu étais pressé et que ta vitesse n'était pas excessive au vu des circonstances. Eh bien Sarkozy, lui, tout pareil : "les menaces dues à ma fonction nécessitent qu'occasionnellement, certaines mesures particulières de sécurité soient prises". Sous entendu : j'avais le FLNC au cul, fallait que je trace pour arriver entier à La Ville-du-Bois. Ou variante "Salaire de la peur" : la Jamaa Islamiya avait piégé ma bagnole, en dessous de 100 km/h tout sautait !

Mais le ministre continue : "Dans ces circonstances, mon véhicule se déplace dans un environnement sécurisé, précédé de deux motards de la police nationale qui fixent l'allure du cortège". Sous entendu : c'est pas moi, c'est eux ! Sauf que quand toi, lecteur, tu décides de "fixer l'allure" de ton cortège, peu importe que l'environnement soit sécurisé ou pas : en clair, peu importe que ta route soit dégagée ou encombrée, que le revêtement soit nickel ou pourri, que la visibilité soit optimale ou que la nuit tombe, que tu circules en rase campagne ou près d'une école : la limite, c'est la limite !

Et Sarko de poursuivre : "Par ailleurs, les intersections du parcours font l'objet d'une surveillance particulière et, en l'espèce, étaient neutralisées". Ah ! Un peu comme toi, lecteur, quand tu approches d'un carrefour en respectant la priorité à droite (surveillance particulière) ou en t'arrêtant au feu (intersection neutralisée). Tout est une question de langage...

Bref, conclut le ministre, "mon déplacement s'est donc effectué conformément aux règles de sécurité". Exactement comme toi, lecteur, quand tu adaptes ta vitesse en fonction des circonstances et non en fonction des panneaux... Sauf que toi, lecteur, tu n'es pas ministre ! Enfin, pas tous...

En publiant cet argumentaire basé sur le fait qu'une vitesse adaptée aux circonstances n'est pas dangereuse en soi, même si elle représente un excès de vitesse par rapport à un panneau, Sarkozy reconnaît presque qu'il faudrait distinguer entre excès de vitesse et vitesse excessive. Ce qui, avec la multiplication des radars automatiques, est pourtant tout simplement exclu...

Bilan
Mais il y a - encore - pire. En demandant au bon peuple de respecter aveuglément des limitations si aberrantes que même lui ne les respecte pas, sous prétexte que c'est "bon pour la sécurité" - un peu comme il y a dix ans on faisait passer tout et n'importe quoi pourvu que ce soit "bon pour l'emploi", avec les brillants résultats que l'on connaît -, le gouvernement ne se couvre pas seulement de ridicule. Il scie lui-même consciencieusement - et consciemment - la branche sur laquelle il est assis, en piétinant allègrement les notions d'Etat, de loi, de collectivité publique, de vie en commun et, au final, de démocratie.

Un peu comme quand le premier d'entre eux, le tristement célèbre Gringo du Haut-Poitou, fait mine d'oublier que l'argent public est précisément celui qui appartient à tout le monde et qui doit profiter à tout le monde, en déclarant sans sourciller que "l'Etat doit arrêter de voler l'argent dans la poche des français"...

En résumé, le vrai problème n'est peut-être pas que deux ministres dépassent une limitation de vitesse aberrante, mais plutôt que l'on n'aborde jamais clairement la question de la responsabilité individuelle dans le choix d'une vitesse adaptée aux circonstances.

Car à force de discréditer la loi, la collectivité, le bien public et les règles de vie en société, en votant des textes si éloignés des réalités que même leurs auteurs ne se posent pas la question de savoir s'il faut les respecter - ou, lorsqu'ils sont pris la main dans le sac, parviennent parfaitement à justifier leur non respect - c'est la démocratie elle-même qui est dans le collimateur du pouvoir. Or, depuis un certain 21 avril de sinistre mémoire, on sait parfaitement où ça mène...

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai GSX-S1000GT : une Suzuki pour mettre du Gaz et se mettre au Tourisme

Le Sport GT ne séduit plus les motards ? Faux, répond Suzuki en lançant en 2022 la remplaçante de sa GSX-S1000F ! Une moto aux gènes de bonne vieille Superbike et de récent maxiroadster, aux lignes futuristes, au système embarqué sophistiqué et aux orientations Grand Tourisme. MNC teste la GSX-S1000GT... sous la pluie.
Suzuki GSX-S1000GT : le bilan de notre essai en vidéo 

Les premiers exemplaires de la GSX-S1000GT ne sont attendus dans les concessions françaises que pour les fêtes de fin d'année. Mais MNC a déjà testé cette importante nouveauté Suzuki 2022 qui entend concurrencer la meilleure vente de moto Sport GT, l'une des dernières aussi, la Ninja 1000 SX... Essai !
Essai veste moto RST Adventure-X avec airbag intégré In&Motion

MNC a testé pendant un an la veste Adventure-X du manufacturier anglais RST (groupe Bihr) dans sa configuration avec airbag autonome intégré. Quelles sont les forces et les faiblesses de cet équipement trail et de son coussin gonflable fourni par In&Motion ? Réponses dans notre essai longue durée.
Essai R18 B : BMW cherche la bagarre aux baggers américains

Was ist das ? Harley-Davidson lance un maxitrail pour concurrencer la R1250GS ! C’est comme si BMW partait chasser sur les terres des baggers Street Glide ou Chieftain... Or c’est justement le défi que relève la R18 B, nouveau gros membre de la famille Heritage, tout récemment testé par Moto-Net.Com.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Essai GSX-S1000GT : une Suzuki pour mettre du Gaz et se mettre au Tourisme

Le Sport GT ne séduit plus les motards ? Faux, répond Suzuki en lançant en 2022 la remplaçante de sa GSX-S1000F ! Une moto aux gènes de bonne vieille Superbike et de récent maxiroadster, aux lignes futuristes, au système embarqué sophistiqué et aux orientations Grand Tourisme. MNC teste la GSX-S1000GT... sous la pluie.
Présentation de la nouvelle moto Triumph Tiger 660 Sport

La nouvelle Tiger 660 Sport marque l'arrivée de Triumph sur le segment des motos trails-GT de moyenne cylindrée à partir du roadster Trident 660. Cette nouveauté de 81 ch, compatible permis A2, sera disponible en février 2022 au prix de 9095 euros. Présentation. 
Horaires et objectifs du Grand Prix d’Emilie-Romagne MotoGP 2021



Fabio Quartararo peut devenir champion du monde MotoGP dès ce week-end, alors que les pilotes font leur retour sur le circuit de Misano (Italie) pour le Grand Prix d'Emilie Romagne MotoGP, 16ème course de la saison 2021... Horaires et objectifs des pilotes : demandez le programme !
Essai du pneu moto Metzeler Roadtec 01 SE (Sport Edition)

Metzeler (groupe Pirelli) regonfle le potentiel dynamique de son pneu Roadtec 01 pour mieux le caler sur les jantes des motos routières au tempérament sportif (et vice-versa). Essai sur route et sur circuit - mouillé - du Roadtec 01 SE pour "Sport Edition".   
Essais 1 commentaire
Essai veste moto RST Adventure-X avec airbag intégré In&Motion

MNC a testé pendant un an la veste Adventure-X du manufacturier anglais RST (groupe Bihr) dans sa configuration avec airbag autonome intégré. Quelles sont les forces et les faiblesses de cet équipement trail et de son coussin gonflable fourni par In&Motion ? Réponses dans notre essai longue durée.
Présentation de la nouvelle moto néo-rétro Kawasaki Z650RS 2022

Le populaire petit roadster de Kawasaki se décline comme annoncé en version classique Z650RS pour 2022, avec des performances et une partie cycle identiques. Seuls l'habillage et les équipements transforment cette nouvelle moto néo-rétro accessible au permis A2 sous les 8500 euros. Présentation et liste de ses rivales.
 
Roadster 2 commentaires
KTM rappelle ses motos à moteur monocylindre LC4 de 2018 à 2020

Un joint de récepteur d'embrayage défectueux est à l'origine d'une vaste campagne de rappel sur toutes les motos KTM propulsées par le monocylindre LC4 des millésimes 2018 à 2020. Explications.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...