• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP 2008 - SEPANG
Paris, le 20 octobre 2008

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Dernière ligne droite pour Marco Simoncelli : avec un bon résultat à Sepang, le protégé de Valentino Rossi pourrait être sacré champion du monde pour la première fois de sa carrière ! Le n°58 parviendra t-il à entrer dans la légende ? Tour par tour !

Imprimer

Confortablement installé en tête du championnat du monde, le pilote Gilera Marco Simoncelli aborde cette avant-dernière course de la même façon que les autres GP de la saison 2008 : gaz en grand ! Concédant toutefois la pole provisoire le vendredi au surprenant Hiroshi Aoyama, le n°58 a en outre fort à faire avec un Bautista très en verve et un Kallio qui le précède au finish...

Zoom sur...

Le désengagement de KTM en 2009. Après une saison 125 compliquée, la marque autrichienne a décidé de réduire le nombre d'engagés en huitième de litre et d'abandonner purement et simplement la 250 dès 2009 : "Nous avons décidé de nous concentrer sur la catégorie 125 avec deux pilotes pour la saison 2009", a expliqué Harald Bartol, le directeur du service course KTM. "La catégorie 125 a un avenir à long terme et l'entreprise a décidé de ne pas gaspiller d'argent dans une catégorie sur le point de disparaître". Brutale et regrettable pour le spectacle, cette décision dictée par la décision de la Dorna de rapidement imposer des 600 4-temps, explique certainement aussi pourquoi Mike di Meglio n'arrivait pas à décrocher un guidon orange en quart de litre.

Les deux officiels KTM offrent un véritable baroud d'honneur à la marque autrichienne, celle-ci ayant surpris tout le paddock en annonçant son retrait de la catégorie dès 2009 (lire encadré ci-contre). Ironiquement, Hiroshi Aoyama décrochera la première pole position de sa carrière lors de la séance qualificative du lendemain, où les conditions de piste piégeuses ne permettront à aucun pilote d'aller battre le chrono de 2'06.893 établit la veille par le japonais.

Marco Simoncelli est l'un de seuls pilotes à avoir réussi à améliorer son temps de la veille et l'italien partira de la troisième position sur la grille derrière Aoyama et Bautista. Juste après, le futur pilote Ducati-Pramac, Mika Kallio se tient en embuscade prêt à empêcher Simoncelli d'empocher le titre mondial, une course avant l'issue de la saison. Ratthapark Wilairot se place en deuxième ligne pour son GP à domicile, devant Aleix Espargaro, Julian Simon et le deuxième pilote montant en MotoGP l'an prochain, Yuki Takahashi.

La course !

Départ : Aleix Espargaro jaillit de la seconde ligne comme mû par un ressort géant et le coéquipier d'Alex Debon entre dans la première chicane du circuit devant Mika Kallion Marco Simoncelli, Yuki Takahashi, Julian Simon, Hiroshi Aoyama, Alvaro Bautista et Lucas Pesek !

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Superbe passe d'arme dans le groupe de tête à l'issue de la première courte ligne droite : Simoncelli se déporte au freinage et passe Mika Kallio, pendant que Julian Simon réalise la même manoeuvre quelques mètres plus loin ! Très vite, Simon se montre menaçant sur Kallio et comme lors du Grand Prix précédent, la KTM satellite va taxer l'officielle au freinage ! Aoyama profite d'un écart de Takahashi pour lui subtiliser la cinquième position.

2ème tour : Aleix Espargaro termine ce premier tour en tête sans avoir été inquiété, alors que juste derrière Julian Simon continue de faire le spectacle en réalisant un intérieur imparable sur le leader du championnat du monde, Simoncelli ! Les deux pilotes précèdent Kallio, Aoyama, Takahashi, Bautista, Pasini, Pesek, Debon, Luthi et Hector Faubel.

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Marco Simoncelli réagit et parvient à reprendre momentanément l'avantage sur l'incroyable Julian Simon, mais celui-ci n'abdique pas et freine comme un damné à l'entrée d'un droit, forçant Simoncelli à rester derrière ! Aoyama prend le meilleur sur son coéquipier Mika Kallio. Marco Simoncelli prend l'aspiration dans la première longue ligne droit du tracé et se décale pour passer la KTM au freinage. Mais l'italien est trop gourmand, la contrainte exercée sur son pneu avant trop élevée et le pilote ne peut mener sa manoeuvre à terme !

3ème tour : Aleix Espargaro est prévenu de la présence de Simon et de Simoncelli par son team, mais l'espagnol ne peut contrer le freinage d'outre tombe d'un Julian Siimon très en forme ! Marco Simoncelli n'en perd pas une miette, tandis qu'Aoyama et Kallio s'accrochent. Alvaro Bautista est désormais au contact du finlandais emmenant Takahashi dans son sillage. Rapidement, le n°19 se défait de Mika Kallio, avant d'aller se coller à l'échappement d'Aoyama.

Julian Simon est le plus rapide en piste, mais Espargaro et Simoncelli ne le lâchent pas d'une semelle ! Aleix Espargaro arrive à reprendre l'ascendant sur Simon, mais celui-ci réplique au gauche suivant en s'infiltrant sous le carénage du n°41, suivi aussitôt par Marco Simoncelli ! Mais l'italien est mal placé pour ré accélérer et Espargaro repasse facilement au changement d'angle ! L'italien tente de passer au freinage de la première ligne droite, l'espagnol résiste, puis élargit et Simoncelli passe à l'intérieur !

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

4ème tour : Julian Simon remonte la ligne droite des stands avec une légère avance, tandis qu'Aoyama passe à son tour Espargaro dans le premier droit de la chicane. Mais le japonais est entré trop vite dans ce virage technique et sa moto tire vers l'extérieur, ouvrant grand la porte à son poursuivant qui récupère illico son bien !

Marco Simoncelli revient progressivement au contact de Julian Simon à la faveur des enfilades rapides du tracé, puis se décale au freinage d'un droit avant de virer en tête de la course : belle démonstration de la part du leader du classement, alors qu'il pourrait se contenter d'assurer pour le titre ! Alors que Bautista tente une attaque désespérée sur Aoyama, celui-ci se faufile à l'intérieur d'Espargaro dans un virage ultra rapide !

Les deux hommes ressortent de la courbe carénage contre carénage et l'espagnol devra finalement s'incliner - et accessoirement replier son genou et son coude pour ne pas se faire écraser ! - devant la hargne du japonais !

5ème tour : Marco Simoncelli a fort à faire avec Julian Simon qui tente de passer l'italien dans la première chicane ! Un peu large, l'espagnol est contraint de laisser le leadership à Simoncelli, mais les empoignades sont viriles ! Mal placé à l'issue de la ligne droite, Espargaro doit s'incliner devant Bautista.

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Celui-ci voit Aoyama devant lui se précipiter dans un trou de souris pour dépasser un Julian Simon au style impressionnant ! Surpris, Simon relâche l'attention une fraction de seconde : un laps de temps suffisant à Bautista pour le déborder par l'intérieur dans un long gauche en descente ! L'espagnol tente aussitôt de dépasser Aoyama, mais son attaque optimiste le contraint à freiner sur l'angle et à laisser Simon le redoubler par l'intérieur !

6ème et 7ème tours : Marco Simoncelli contient toujours Hiroshi Aoyama, tandis que Simon et Bautista se rendent coup pour coup ! Espargaro apparaît légèrement décroché devant Takahashi et Pasini qui ont vu Kallio subitement ralentir : le finlandais rentre aux stands, trahit par sa mécanique.

Hiroshi Aoyama parvient à passer Simoncelli au freinage de la première chicane du circuit, alors que Bautista s'emporte après avoir doubler Simon sur la ligne et élargit copieusement dans le droit : Julian Simon saisit aussitôt sa chance et reprend sa troisième place !

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Dès le premier droit de la série d'enfilades rapides, Bautista parvient à taxer Simon par l'intérieur. Celui-ci se tourne vers l'arrière de sa moto, comme pour vérifier un souci d'échappement... Continuant malgré tout la bataille, Julian Simon ferme le groupe devant Takahashi qui vient de doubler Espargaro au freinage du 180 de la première ligne droite !

8ème tour : Hiroshi Aoyama boucle cette révolution en tête, alors que Bautista se porte à la hauteur de Simoncelli dans la ligne droite des stands : sous la pression du redoutable espagnol, le pilote Gilera se loupe au freinage du droit de la chicane et doit laisser passer Bautista et Simon !

Désireux de se battre jusqu'au bout pour le titre mondial, Bautista passe Aoyama à l'entrée de la deuxième chicane, mais le n°19 a trop de vitesse et ne parvient pas à prendre la corde : sa moto se déporte vers l'extérieur en sortie de courbe, forçant son pilote à la malmener pour aborder le gauche suivant ! Cela ne suffira pas pour empêcher Aoyama de reprendre la tête de la course !

9ème tour : Alvaro Bautista tente de doubler Aoyama au freinage de la ligne droite des stands, mais encore une fois, l'espagnol s'emporte et écarte légèrement. Marco Simoncelli parvient à passer Simon par l'intérieur dans le premier droit et s'affiche rapidement dans les échappements de Bautista. Le groupe de quatre pilotes a désormais 1,3 seconde d'avance sur Takhashi poursuivi par Pasini et Espargaro.

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Comme lors du tour précédent, Alvaro Bautista passe Aoyama à l'entrée de la dernière chicane du tracé, mais il écarte et le japonais repasse aux abords du gauche suivant !

10ème tour : Sur motivé par les enjeux, Alvaro Bautista finit par se défaire d'Aoyama dans la ligne droite des stands ! Incapable de répliquer cette fois-ci, le japonais se trouve rapidement aux prises de Marco Simoncelli, qui le passe quelques virages plus loin !

Les deux hommes forts du championnat et le pilote KTM se sont forgés une légère avance sur Julian Simon qui a perdu l'aspiration. Refusant de s'avouer vaincu, Hiroshi Aoyama plonge sous les roues de Simoncelli dans le 180 précédant la ligne droite des stands et parvient à conserver sa position en sortie de courbe !

Même si cette situation lui permettrait tout de même d'être titré, Simoncelli déborde rapidement Aoyama par l'intérieur dans un droit rapide. Le n°4 est alors à la merci d'un Julian Simon qui a recollé le groupe à la faveur des nombreux dépassements. Mais l'espagnol n'a pas le temps de porter une attaque : Simoncelli sollicite trop son accélérateur en sortie d'un droit et sa roue arrière perd violemment l'adhérence, permettant à Aoyama de repasser !

11ème tour : Alvaro Bautista passe la cellule de chronométrage avec une légère avance sur Aoyama, Simoncelli et Simon. A quelques encablures, le futur pilote Honda-Scot en MotoGP, Yuki Takahashi précède Aleix Espargaro, Mattia Pasini et Roberto Locatelli. Le local de l'épreuve, Ratthapark Wilairot pointe en dixième position, soit une performance correcte au vu du manque de compétitivité de sa Honda sur les longues droites du tracé Malais !

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Julian Simon l'avait pressenti quelques tours auparavant : alors qu'il pointait en quatrième position, sa KTM ne sera pas en mesure de l'emmener jusqu'à l'arrivée, victime du même souci moteur que Mika Kallio. L'usine autrichienne ne frappera pas le grand coup escompté pour cette avant dernière représentation des 250 KTM en GP...

12ème, 13ème et 14ème tours : Bautista, Aoyama et Simoncelli se retrouvent désormais seuls en tête pour l'affrontement final, suivi à plus de trois secondes par Takahashi, Esaprgaro, eux même à 1,212 seconde de l'italien Mattia Pasini !

Les positions se figent dans les groupes de tête, à l'instar des visages dans le team d'Alvaro Bautista : certes, le pilote Mapfre mène superbement la course, mais la troisième place actuelle de Marco Simoncelli suffit à celui-ci pour être sacré champion du monde ! Or, sauf chute ou casse, l'italien est désormais assuré de monter sur le podium final...

Loin derrière Yuki Takahashi s'explique avec Aleix Espargaro et il faut toute l'énergie du véloce pilote Honda pour résister à la puissance supérieure de l'Aprilia de son rival ! Roberto Locatelli est en embuscade, à l'image du vétéran, Alex Debon. Wilairot se défait d'un Pasini soudainement peu assuré dans ses entrées en virage : l'italien finira par rentrer aux stands, victime lui aussi d'une panne mécanique.

15ème, 16ème, 17ème et 18ème tours : Bautista a beau tenter de creuser l'écart : dans les circonstances actuelles, Simoncelli repartirait de Malaise avec 28 points d'avance sur son dauphin et donc avec le titre mondial avant la dernière course à Valence !

Guignant les points de la quatrième place, Aleix Espargaro réussi à passer Takahashi au freinage du 180 commandant la ligne droite, mais le japonais est bien mieux replacé pour accélérer et il parvient à taxer l'Aprilia dans la ligne droite des stands ! Alex Debon a finalement pris le meilleur sur Locatelli et voilà le vainqueur du GP de France à l'affût derrière son coéquipier !

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Alvaro Bautista a désormais un léger avantage sur Hiroshi Aoyama, lui même à l'abri d'une attaque de Marco Simoncelli : l'italien semble avoir joué son va tout en course et ses panneauteurs lui ont fait comprendre d'assurer sa position et par là même le titre !

Bautista est à 1,2 seconde d'Aoyama, celui-ci à 3 secondes d'un Marco Simoncelli qui ne prend plus de risques, tandis que Takahashi, Espargaro et Debon pointent loin derrière.

Dernier tour : Alvaro Bautista aborde cette dernière boucle en tête et l'espagnol se permet même d'établir le record du tour en course avec ses Dunlop usés, battant de trois millièmes le chrono établit par Dani Pedrosa en 2004 ! Pugnace lui-aussi, Alex Debon est parvenu à prendre le meilleur sur son coéquipier Aleix Espargaro et voilà les deux Aprilia noires roue dans roue dans les ultimes virages.

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Bautista passe sous le drapeau à damiers en brillant vainqueur, même s'il concède le titre à son rival Simoncelli. Celui-ci termine derrière Hiroshi Aoyama et s'arrête le long du muret de son team pour enfiler un t-shirt célébrant son titre. Mourant de chaud, l'italien se fait arroser par ses mécanos et choisit de repartir pour son tour d'honneur sans remettre son casque.

Mal lui en pris : aussi intransigeant qu'une pervenche française, la Dorna et la direction de course infligeront 1000 dollars d'amende pour cet "oubli" au tout nouveau champion du monde 250cc !

Le Grand Prix de Malaisie 250 tour par tour

Avec 28 points d'avance sur Alvaro Bautista - les deux hommes se féliciteront d'ailleurs longuement et sincèrement par la suite - Marco Simoncelli empoche le dernier titre encore à distribuer en Grand Prix. L'italien rejoint Mike di Meglio et Valentino Rossi au rang des champions titrés avant la fin de cette disputée saison.

Mika Kallio et Alex Debon sont encore en lice pour le podium final, devant Takahashi, Barbera, Aoyama, Pasini, Simon, Luthi, Locatelli, Espargaro, Wilairot et Faubel.

Ils s'expliquent :

Alavaro Bautista (1er) : "Les conditions ont été difficiles. Je ne suis pas bien parti et j'ai perdu des places, mais je n'ai pas laissé les autres partir devant. C'était difficile, il y avait deux autres pilotes rapides avec nous, mais ils ont ralenti et j'ai compris que je ne pouvais probablement plus remporter le championnat. Je me suis donné à 100% pour m'imposer en course, mais je n'ai pas pu remporter le titre. Je suis très heureux de notre travail cette saison, et félicitations à Marco : il a fait une bonne saison et a été performant et agressif !"

Hiroshi Aoyama (2ème) : "Je pense que la course a été assez difficile. Les températures dépassaient les 50 dégrées, et c'était difficile de gérer les performances des pneus et du moteur. Le début ne s'est pas mal passé, mais j'ai perdu du temps à cause de ceux qui étaient devant moi. J'ai usé mon pneu avant, et j'avais peur de perdre mon adhérence trop vite. J'ai eu une bonne course avec Alvaro et Marco, et lors des cinq derniers tours j'ai poussé plus fort mais je perdais mon adhérence à l'avant. J'ai essayé de le rattraper mais ça n'a pas suffi"...

Marco Simoncelli (3ème) : "Je n'ai pas encore vraiment assimilé ce qui s'est passé. Je suis tellement fatigué ! Je pense qu'avec le temps, je réaliserai ce que j'ai accompli cette année, mais pour l'instant c'est juste un sentiment exceptionnel, particulièrement après deux difficiles années lors desquelles personne ne me considérait comme un pilote rapide. J'ai reçu un coup de pouce en recevant la moto d'usine, mais il était toujours aussi difficile de remporter le titre. Mais ça a rendu la bataille m'opposant aux autres pilotes plus facile. Alvaro et moi avons été très forts, et nous avons été rapides sur chaque piste. Nous avons aussi effectué des courses assez excitantes ensemble. Au final, j'ai gagné, et j'en suis heureux. Avoir la plaque avec le numéro 1 pour le centenaire de Gilera sera une grande satisfaction pour nous tous !"

.

.

.

Les derniers essais MNC

Hornet 750 Vs MT-07 Vs Z650 : le bilan de notre comparatif en vidéo

Honda s’apprête à lancer sa Hornet CB750 en France ! La marque ailée a donc invité ses concessionnaires à essayer son tout nouveau roadster dans le sud de la France, en compagnie du best-seller Yamaha MT-07 et du "roadstar" Kawasaki Z650. MNC aussi était de la partie... Essai comparatif.
La Honda CB750 Hornet face à ses rivales : en direct de notre essai !
Essai vidéo Moto Morini Seiemmezzo 650 STR et SCR

MNC est brièvement passé au guidon des Moto Morini Seiemmezzo (six et demi en italien) en région Bourgogne, fief de l'importateur SIMA, avec de bonnes surprises à la clé : le roadster STR et le Scrambler SCR cumulent les atouts à prix serré ! Essai vidéo des nouveautés du groupe chinois Zhongneng.
Essai et vidéo Trident 660 : l’entrée haut de gamme de Triumph

Lancée en 2021, la petite Trident 660 connaît un gros succès, notamment en France où elle est la meilleure vente de Triumph. Moto-Net.Com brave le froid pour saisir les points forts et faibles de ce "lovely" roadster au 3-cylindres petit mais costaud, à la partie cycle simple et efficace, et au tarif élevé... au niveau de ses rivaux ! Vidéo et essai MNC.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Hornet 750 Vs MT-07 Vs Z650 : le bilan de notre comparatif en vidéo

Honda s’apprête à lancer sa Hornet CB750 en France ! La marque ailée a donc invité ses concessionnaires à essayer son tout nouveau roadster dans le sud de la France, en compagnie du best-seller Yamaha MT-07 et du "roadstar" Kawasaki Z650. MNC aussi était de la partie... Essai comparatif.
Bilan mortalité routière 2022 : motards en baisse, cyclistes et trottinestistes en hausse

Le bilan annuel de la mortalité routière confirme les tendances observées tout au long de l'année 2022 : le total de victimes se stabilise à 3260 grâce à une petite diminution de la mortalité auto (-3,6%) et moto (-4,5%), tandis que cyclistes et "trottinetistes" sont de plus en plus exposés. Explications et analyses dans notre point MNC.
Bilans statistiques 3 commentaires
Conflit d'intérêts autour du contrôle technique moto ?

Les trois principaux défenseurs des motards - Codever, Fédération française de motocyclisme et Fédération française des motards en colère - estiment que les associations qui militent pour le contrôle technique moto seraient sujettes à du conflit d'intérêts. Explications.
Marché moto et scooter : les constructeurs dressent leur bilan 2022

En complément de notre analyse complète, les principaux constructeurs de moto et scooters dressent avec MNC leur bilan 2022. Marché du neuf en bonne santé malgré le Covid long, marché de l’occasion en ébullition, location mise en avant, stationnement payant, deux-roues électrique, contrôle technique : voici le point de vue des pros.
Interview exclusive Ducati : MotoE en 2023, moto électrique en 2027-2028, etc.

Forza Ducati ! En 2022, la marque de Bologne a signé son premier doublé en MotoGP et World Superbike, et battu son record de ventes mondiales. Moto-Net.Com fait le point avec le n°2 de la firme : compétition et commerce, la France et Zarco, moto électrique et biocarburant, ancienne rumeur KTM et avenir Audi... Interview de Francesco Milicia.
Dacia tacle la nouvelle politique commerciale BMW... et KTM, donc

Les responsables britanniques de la marque d’automobiles Dacia ne manquent pas d’humour... Ils offrent à leurs clients une bouillotte, taclant ainsi BMW et ses sièges chauffants soumis à abonnement. MNC apprécie la blague, un peu moins ce type de pratiques qui nous arrive droit dessus. Chez KTM, par exemple !
R&D
Guide 2023 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Toutes les caractéristiques des nouveautés moto et scooter sur le Journal moto du Net : présentations, prix, dates de sortie et, bien sûr, nos premiers essais ! Le guide pratique des nouveaux deux et trois-roues 2023, c'est sur Moto-Net.Com.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2023 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Pré-saison 2023

  Calendrier MotoGP 2023

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...