• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
NOUVELLE DIRECTIVE
Bruxelles, le 31 janvier 2011

L'Union européenne dessine l'avenir de la moto et du scooter

L'Union européenne dessine l'avenir de la moto et du scooter

L'Union européenne planche actuellement sur le projet de directive qui dessinera le paysage moto pour les 15 ans à venir. Si la suppression de la ''loi des 100 chevaux'' en France ne fait plus guère de mystère, d'autres arbitrages devront avoir lieu...

Imprimer

Loin des rassemblements de motards au son du rock 'n roll ou des 4-cylindres hurlant dans la ligne droite des stands, l'avenir de la moto se joue dans les salons feutrés de Bruxelles et de Strasbourg, où fonctionnaires européens et lobbyistes diplomates s'affrontent à fleurets mouchetés...

Environnement, sécurité... et business

Dans les deux ans qui viennent, les institutions européennes vont ainsi être amenées à se prononcer sur les grands enjeux de la moto de demain. Et si la suppression de la "loi des 100 chevaux" en France ne fait désormais plus de mystère, d'autres dossiers importants devront faire l'objet d'arbitrage entre les préoccupations environnementales et sécuritaires des autorités et les intérêts de l'industrie...

Siège de la Commission européenne à Bruxelles

Alors que la Commission européenne a rendu ses propositions de nouvelles règles en matière de deux-roues motorisés dans un document intitulé COM (2010) 542, "relatif à la réception et à la surveillance du marché des véhicules à deux ou trois roues et des quadricycles", l'avenir du secteur moto et scooter dans les dix à quinze prochaines années se joue désormais au Conseil européen et au Parlement de Strasbourg, avec la participation active du lobby de l'industrie moto en Europe, l'Association des constructeurs européens de motocycles (ACEM).

S'il est encore trop tôt pour préjuger de l'issue qui sera donnée à cette ébauche de directive européenne, ses principales orientations et sujets de controverses en sont désormais connus.

Les constructeurs "globalement satisfaits"

Sévèrement touchés par la crise dans toute l'Europe (-25% en 2010 par rapport à 2008), les industriels de la moto et du scooter, partie prenante de l'évolution de la législation grâce au lobbying mené par l'ACEM auprès des institutions européennes, soulignent la nécessité d'avoir "une vision stable et à long terme" des chantiers à venir.

Stefan Pierer, PDG de KTM et président de l'ACEM Gabriele del Torchio, président de Ducati Motor Holding

"Nous sommes globalement satisfaits des propositions de la Commission, à quelques exceptions près", a déclaré Stefan Pierer, big boss de KTM et président de l'ACEM, lors de sa 7ème conférence annuelle mercredi à Bruxelles, rappelant que "chacun doit jouer le jeu avec les mêmes règles, y compris les acteurs asiatiques".

Reste notamment à s'accorder sur le calendrier des nouvelles mesures. Alors que la Commission souhaite que la plupart soient applicables dès le 1er janvier 2013 (après avoir été adoptées par le Conseil européen et le Parlement de Strasbourg), les constructeurs représentés au sein de l'ACEM demandent un délai supplémentaire d'un an pour pouvoir se préparer correctement.

"La date d'application est incompatible avec les délais minimum nécessaires aux industriels pour implémenter de nouvelles mesures administratives et techniques", souligne l'ACEM qui demande un délai supplémentaire d'au moins douze mois à compter de l'adoption de la proposition. "Il faut environ trois ans pour mener à bien le développement d'un nouveau modèle, donc il faut qu'on connaisse la réglementation", confirme notamment Gabriele del Torchio, le big boss de Ducati.

La fin des "100 chevaux"

A l'horizon 2013 ou 2014, la France ne pourra plus se prévaloir de l'option qui lui permettait de brider la puissance des motos immatriculées sur son sol à 74 kW (100 chevaux).

Réclamée en vain à de multiples reprises ces dernières années (lire notamment MNC du 2 février 2007 : la FFMC porte plainte contre l'Etat français), cette abolition permettra enfin aux motards français de rouler légalement en version "full" comme dans le reste du monde libre, tandis que les constructeurs n'auront plus à développer des modèles et des aménagements techniques spécifiques à l'Hexagone.

Lire aussi :

Suppression de la loi des 100 chevaux

Parmi les principaux enjeux de cette future réglementation, la suppression de la "Loi des 100 chevaux" en France ne fait plus guère de mystère : que ce soit en janvier 2013 ou en janvier 2014, les Etats membres réunis au sein du Conseil européen et les députés du Parlement européen suivront vraisemblablement les recommandations de la Commission visant à supprimer cette possibilité offerte aux Etats membres de limiter la puissance des motos immatriculées sur son territoire. Appliquée seulement par la France, cette option n'a en effet jamais fait ses preuves en termes d'accidentologie et complique singulièrement la tâche des constructeurs.

"L'ACEM se félicite de la suppression de cette option de limitation de puissance, appliquée sans résultats tangibles par un seul Etat membre (la France, NDLR). Cette décision entraîne une simplification logistique et industrielle et se montre cohérente avec les objectifs de l'Union européenne sur le marché unique".

Bref, encore un peu de patience, mais les "100 chevaux" ne seront bientôt plus qu'un mauvais lointain souvenir !

ABS ou CBS obligatoire sur les motos

L'ABS va continuer à se généraliser sur les motos et les scooters de plus de 50 cc, avec un objectif clair de la part de la Commission européenne : ces véhicules devront impérativement être équipés d'un système de freinage avancé dans les quatre ans suivant l'adoption des nouvelles mesures. Soit pour l'instant, si le calendrier prévu par la Commission est respecté, à compter du 1er janvier 2017.

Pour les 125, les constructeurs ont obtenu de pouvoir proposer le CBS (freinage combiné) en alternative à l'ABS (antiblocage des roues), soit l'ABS, soit les deux. Pour les grosses cylindrées en revanche (plus de 125 cc), seul l'ABS sera reconnu comme système de freinage avancé obligatoire.

"L'ACEM se félicite de l'inclusion du CBS comme une alternative à l'ABS pour les 125, car son coût inférieur pour le consommateur en fait une solution efficace", mais les constructeurs demandent désormais un délai supplémentaire d'un an (1er janvier 2018) et une certaine flexibilité dans l'application de cette mesure, notamment pour les motos de trial et d'enduro...

Trial et Enduro

En l'état actuel du texte, la nouvelle législation proposée par la Commission ne concerne pas les motos de trial et d'enduro. Pour éviter qu'ils ne se retrouvent de fait inclus dans les règles communes à l'ensemble des véhicules - ce qui rendrait impossible leur développement en raison de leurs spécificités -, l'ACEM demande leur réintégration dans le dispositif propre aux deux-roues motorisés, avec néanmoins des aménagements liés à leurs particularités comme la non application de l'ABS obligatoire.

Outre ces aspects techniques, la future réglementation européenne prévoit aussi plusieurs modifications sur le plan administratif, qui peuvent être décisives sur le développement du secteur moto dans les prochaines années.

Petites séries et fins de séries

La notion de "petite série" permettait jusqu'à présent de développer des modèles en faibles quantités, en s'affranchissant des normes d'homologation européenne souvent lourdes et coûteuses. Actuellement fixée à 200 exemplaires maximum, la barre risque désormais d'être abaissée à 20 unités, ce qui réduirait considérablement son intérêt pour les petits constructeurs tels que Norton, CCM et bien d'autres...

Or, si la volonté des autorités d'éviter les abus et la circulation d'un trop grand nombre de véhicules non conformes est compréhensible, le risque est énorme pour les petits constructeurs de ne plus pouvoir innover et se développer suffisamment.

Idem pour les véhicules de "fin de série", autorisés à circuler même s'ils ne remplissent pas toutes les obligations vis-à-vis des nouvelles normes : actuellement limités à 100 exemplaires, ils pourraient être abaissés à dix.

Conseil et Parlement européens devront donc concilier leurs préoccupations sécuritaires et environnementales avec les impératifs concurrentiels de l'industrie, pour ne pas risquer de pénaliser la recherche et le développement des petits constructeurs européens... surtout face à de jeunes dragons asiatiques souvent moins scrupuleux !

Le douloureux partage des informations...

Enfin, pour ne pas "verrouiller" le secteur de l'après-vente (entretien, révisions...) et laisser le choix au consommateur final tout en permettant à des acteurs indépendants de prendre leur part de gâteau, la Commission européenne insiste sur la nécessité de partager les informations sur la réparation et la maintenance (RMI).

"Les constructeurs fournissent un accès sans restriction aux informations sur la réparation et l’entretien des véhicules aux opérateurs indépendants par l’intermédiaire de sites web utilisant un format standardisé, d’une manière aisément accessible et rapide", prévoit la Commission. "En particulier, cet accès est accordé de manière non discriminatoire par rapport à l’accès accordé aux concessionnaires et réparateurs officiels".

Jacques Compagne, secrétaire général de l'ACEM Philippe Jean, directeur de l'Unité industrie automobile à la Commission européenne

Ce sujet, calqué sur le monde automobile, est particulièrement sensible pour les constructeurs de deux-roues représentés au sein de l'ACEM : s'ils ne s'opposent pas à sa mise en oeuvre, ils demandent des garanties quant à la nature des informations qu'ils devront mettre à disposition... Se posera également le problème de la mise à jour, indispensable pour assurer un accès réel à l'information mais qui demandera un véritable suivi pas forcément compatible avec les ressources des constructeurs.

"Il ne faut pas prendre le risque d'ouvrir la boîte de Pandore", souligne le secrétaire général de l'ACEM Jacques Compagne. "Il faut pourtant que les indépendants puissent avoir accès aux informations de réparation des véhicules, donc il faut partager les données avec eux", rétorque Philippe Jean, responsable de l'Unité automobile au sein de la Commission européenne. "Ensuite, quel type de données, c'est là que ça se complique, comme on l'a vu dans l'automobile. Mais il faut préserver le choix des consommateurs dans les quinze prochaines années ! La Commission devait donc s'emparer de la question et c'est pourquoi nous avons demandé cette obligation, même si on sait que c'est un sujet difficile".

A suivre de près sur Moto-Net.Com : restez connectés !

.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Pour recentrer un peu le débât sur autre chose que les 100 ch ou la sécurité ... vous inquiétez pas la sécurité personne ne veut l'oublier ... le paramêtre important est de pouvoir sortir du réseau de concessionnaires en permettant à des "indépendants" d'avoir accès aux informations techniques des constructeur afin de fournir un service supplémentaire. C'est pour moi un point trés important qui nous concerne tous : Qui n'a jamais eu affaire avec un apprenti mécano mal formé et surexploité qui ooublie de vous serrer votre roue, même dans un "show room" d'une grande marque ? Là maintenant on pourra faire jouer le concurrence, et permettre à de vrais mécanos passionnés de gagner leurs vies honnètement. Le bouche à oreille pourra enfin fonctionner et nous permettre de faire réparer nos motos qui ont plus de 5 ans d'âge sans se ruiner en main d'oeuvre, et de retrouver un réseau plus dense (donc plus accessible) de "garages" comme dans le passé ! Reste plus à la commission européenne de se pencher sur les tarifs exorbitants des pièces détachées et l'on sera au paradis ...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo MNC du scooter Honda Forza 750 2021

Le nouveau maxi-scooter Honda  Forza 750 coûte 11 659 euros, mais que vaut-il concrètement guidon en mains du haut de ses 58,6 ch et sa base de X-ADV ? Réponses dans cette vidéo Moto-Net.Com en complément de notre essai complet de ce nouveau scooter "anti-Tmax".
Essai vidéo MNC de la Honda CBR1000RR-R SP

Le Journal moto du Net vous place aux commandes de la nouvelle Honda CBR1000RR-R SP, la plus puissante et la plus chère des motos Superbike japonaises : essai vidéo complet sur la route et sur le circuit de Beuvardes (02). Bonus : le ressenti d'un "vrai" pilote d'endurance et la découverte de très intrigantes étagères...
Sportive 1 commentaire
Essai nouveau Honda Forza 750 2021 : plus fort que le Tmax ?!

Honda met la pression sur le Tmax avec ce nouveau maxi-scooter Forza 750, pertinent mélange entre l'incomplet Integra et le baroudeur des villes X-ADV. Cette importante nouveauté 2021 est-elle suffisamment "Forza" pour contester enfin l'insolente suprématie du leader Yamaha ? Réponse et avis dans notre essai MNC.
Scooter 14 commentaires
Essai Aprilia RS 660 : une demi-portion pour un plein de sensations

L'inédite RS 660 débarque en novembre 2020 ! Combien vaut la première sportive Aprilia de moyenne cylindrée, équipée du nouveau Twin issu du V4 de Superbike, d'une électronique de pointe, d'une partie-cycle optimisée et d'un look modernisé ? 11 050 euros. Que vaut-elle ? Réponse dans notre essai MNC.
Sportive 3 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les Yamaha Tracer 9 et Tracer 9 GT 2021 aux prix de 11 499 € et 13 999 € 

Mauvaise nouvelle pour les nombreux motards en attente des nouvelles Tracer 9 et Tracer 9 GT : ces excellentes et dynamiques motos routières revues pour 2021 connaissent une hausse de tarif plus importante que prévue suite à un correctif de prix de Yamaha France...
Roadster 1 commentaire
Interview Guintoli : pas vraiment surpris des titres MotoGP de Mir et de l'équipe Suzuki 

Suite aux sacres 2020 de Joan Mir et de son équipe Suzuki Ecstar en MotoGP, Moto-Net.Com a contacté Sylvain Guintoli, pilote d'essai de la GSX-RR, pour parler de la saison écoulée : ses hauts (facile), ses bas (la blessure de Marquez), ses à-côtés (Iannone et Lorenzo), ses conséquences (équipe satellite et nouveautés Suzuki)... Interview !
Portraits 4 commentaires
Canal+ annonce des records d'audience pour le MotoGP 2020

Avec une audience de 703 000 téléspectateurs en moyenne par Grand Prix pour sa deuxième saison de diffusion, Canal+ annonce avoir battu son score de l'année dernière. Explications.
MotoGP 2020 8 commentaires
Des Yamaha Tracer 900 "tout 9" et Euro5 pour 2021 (MAJ)

La troisième génération de Tracer 900 récupère le nouveau 3-cylindres de 890 cc aux normes Euro5 du roadster MT-09, un châssis optimisé et une électronique affûtée. Yamaha appuie cette transition en rebaptisant ses excitantes motos sport-routières Tracer 9 et Tracer 9 GT. Présentations.
Roadster 6 commentaires
Nouvelle Honda CMX1100 Rebel 2021 : l'Africa custom 

Honda réinvestit les motos customs de grosse cylindrée avec son inédite CMX1100 Rebel, qui reprend à son compte le bicylindre parallèle de son maxi-trail vedette Africa Twin CRF1100L. Look calqué sur la CMX500 et prix contenu à 10 499 euros comptent parmi ses atouts. Présentation, fiche technique et informations commerciales.
Motos 10 commentaires
Johann Zarco quitte Ducati-Avintia pour Pramac après un Top 10 au Portugal

La première et dernière saison de Johann Zarco chez Avintia se termine avec une 10ème place au GP du Portugal 2020 et la 13ème au général, à seulement un petit point de l'ancien pilote officiel Ducati Danilo Petrucci. Encourageant pour l'an prochain avec la Ducati 2020 chez Pramac ! Déclaration et bilan MNC.
GP du Portugal 41 commentaires
GP du Portugal : Fabio Quartararo (14ème) en avait plein les bras...

Fabio Quartararo, solide candidat pour le titre de champion du monde dès sa deuxième saison en MotoGP, termine finalement à la 8ème place du championnat du monde 2020 après une nouvelle déception lors de la dernière finale... Le français clôt son parcours chez Petronas-SRT - et son 100ème Grand Prix - avec une 14ème position au GP du Portugal à Portimaõ. Déclaration et bilan MNC.
GP du Portugal 18 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité
  • En savoir plus...