• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
NOUVEAUTÉS 2009
Paris, le 22 septembre 2008

L'Aprilia RSV4 se dévoile officiellement à Rome

L'Aprilia RSV4 se dévoile officiellement à Rome

Affichant de hautes prétentions en WSBK dès 2009, Aprilia a d'ores et déjà présenté sa machine en version course et voici que Max Biaggi est (re)nommé pilote officiel de la marque. Restait à présenter la version civile de la bête : c'est chose faite.

Imprimer

Depuis l'annonce de l'élaboration d'un V4 inédit de la part du constructeur italien, les discussions vont bon train : avec ses 31 titres mondiaux, ses 250 victoires en GP de vitesse et ses huit victoires en championnat du monde Superbike, Aprilia n'a en effet pas le droit à l'erreur et sa RSV4 se doit d'allier un design original à des performances de haut niveau.

L'enjeu est de taille pour Aprilia qui souhaite revenir au contact des meilleurs hypersports du marché pour ravir les fans et faire parler la poudre en World Superbike : un pari audacieux plein de passion et de haute technologie !

Aprilia lève le voile la RSV4 de série

Car en Italie, c'est plutôt vers Bologne que l'on se tourne aujourd'hui lorsqu'il est question de motos (hyper)sportives : non pas que l'homogène RSV et son moteur bicylindre manquent de charme, mais il faut avouer que face aux 180 ch et aux 165 kg de la Ducati 1098 R, l'Aprilia ne joue plus dans la même catégorie.

Bien décidé à faire de l'ombre à cet encombrant voisin - champion du monde en titre en catégorie reine pour ne rien arranger ! - et à faire la nique aux japonaises, à la KTM RC8 et à la prochaine BMW S1000RR, Aprilia s'est donc attelé à un audacieux et détonnant projet de sportive de 999 cc à moteur V4. Une motorisation quasiment unique sur le marché des motos sportives de série : seule la Ducati Desmosedici RR l'utilise elle aussi, mais à 60 000 € et une distribution limitée, peut-on encore parler de série ?

Approuvée par Max Biaggi !

Aprilia lève le voile la RSV4 de série

Présentée en grande pompe cet hiver (lire Moto-Net.Com du 29 février 2008), la RSV4 de course est apparue comme compacte et prometteuse. Et dévoilée en version street légal ce week-end à Rome, la future égérie de la marque semble bel et bien à la hauteur des attentes !

Aux côtés de Max Biaggi, promu officiellement ce week-end premier pilote de la marque pour le retour d'Aprilia en WSBK en 2009 (lire Moto-Net.Com du 22 septembre 2008), la RSV4 s'affichait ici en déclinaison Factory, avec une foultitude de pièces en carbone, des suspensions "up to date" signées Öhlins, des freins à étriers radiaux monobloc Brembo et des roues en aluminium forgé.

L'énorme bras oscillant et le cadre sont en aluminium, et leur élaboration est un "habile mélange de partie épaisse et de section à épaisseur variable", assure le constructeur de Noale. Née pour la piste, la RSV4 propose un angle de colonne variable, tout comme l'ancrage du bras oscillant et même la position du moteur dans la châssis : à côté, les réglages usuels de suspensions vont paraître des opérations de routine !

Pas qu'un physique...

Superbement dessinée, la RSV4 réussit le tour de force de ne ressembler à aucune autre, tout en gardant une évidente filiation avec les modèles de la marque ! Fine et ultra compacte, la moto dévoile un arrière tronqué et pointu du plus bel effet, souligné par un feu tout en finesse et en longueur, un passage de roue noir et un ensemble porte plaque / clignotants réduit.

Aprilia lève le voile la RSV4 de série

Le volumineux échappement sur la droite aborde une double sortie originale et son placement et ses proportions respectent l'équilibre des lignes de la moto. Le réservoir semble suffisamment fin pour ne pas gêner lors des changements de positions du pilote en courbes. Il adopte des formes creusées, afin que le haut des jambes trouve bien sa place en position de recherche de vitesse maxi.

La face avant étrenne un ensemble inédit de trois phares qui surplombent deux proéminentes entrées d'air forcées. La bulle courte suggère une protection limitée sur de longs trajets à allure soutenue, alors que les rétroviseurs comprennent les clignotants comme sur les GSX-R 1000 et ZX-10R. Enfin, les carénages minimalistes cachent - comme avec difficulté - l'impressionnant V4 de 999 cc, qu'Aprilia donne pour 200 ch en version Superbike et que l'on annonce proche des 180 ch pour cette déclinaison routière !

Aprilia lève le voile la RSV4 de série

Un véritable bâton de dynamite, d'autant que la belle frôlerait les 180 kg, soit un rapport poids-puissance des plus intéressants... dans le monde libre bien entendu ! Ce quatre-cylindres en V présente un angle de 65° et inaugure un accélérateur ride-by-wire (sans câble) avec plusieurs mapping possibles.

Électronique toujours, la RSV4 jugulera les excès de zèle de son pilote par le biais d'un sophistiqué système d'anti-patinage - d'origine sur la version Racing - que de nombreux pilotes de la marque ont développé : il se murmure même que les 250 GP d'Alex Debon et d'Hector Barbera auraient étrenné le dispositif lors de certaines courses disputées sur le mouillé cette année !

Bien entendu, Aprilia justifie le choix d'un V4 "par la possibilité de centraliser les masses et l'augmentation radicale des performances châssis". L'ensemble profiterait à plein de l'étroitesse de ce type de moteur et afficherait un empattement ultra-court (gage d'une maniabilité accrue) et un long bras oscillant pour passer la puissance au sol.

Aprilia lève le voile la RSV4 de série

Les cylindres sont de type monobloc tandis qu'à son tour, Aprilia mise sur la longueur variable des cornets d'admission comme sur les MV Agusta F4 et les Yamaha R1 ou R6. Chaque cylindre possède son propre servomoteur et peut voir gérer de manière indépendante son volume d'air et d'essence.

Une boîte de vitesses à cassette extractible - idéal pour toujours avoir le bon rapport lors de la bourre dominicale ! - et un embrayage anti-dribble font bien entendu partie de la panoplie. Enfin, les conjoints apprécieront de savoir que le nouveau joujou de leur apprenti pilote se déguste en solitaire, car comme lors de la présentation du modèle Superbike, la RVS4 Factory fait l'impasse sur la selle passager et les repose-pieds !

Tout aussi étonnant, les rares vues du poste de pilotage - où l'on retrouve un compteur avec compte-tours à aiguille et bloc digital - ne laissent rien transparaître de la présence de l'indispensable amortisseur de direction : le dispositif serait-il commandé électroniquement et placé sous le té de fourche ?

Aprilia fera probablement le point sur toutes les précisions techniques, le tarif et les disponibilités lors du prochain salon de Cologne, voire celui de Milan. Restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...