• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ESSAI
Paris, le 18 mai 2009

L'Aprilia RSV4 Factory se taille la part du Lion !

L'Aprilia RSV4 Factory se taille la part du Lion !

Belle à se damner, dotée des meilleurs composants et d'un incroyable V4, la nouvelle Aprilia RSV4 Factory est la cinglante revanche du Lion de Noale chez les Hypersports. Ames sensibles s'abstenir : c'est une bête de course à peine civilisée... Essai !

Imprimer

Viser les sommets en partant d'une feuille blanche...

L'Aprilia RSV4 Factory coté technique

La nouvelle Aprilia RSV4 Factory étrenne un inédit V4 à 65° de 999,6 cc, sortant 180 ch et 115 Nm de couple à 10 000 t/min. Des chiffres impressionnants pour ce bloc qui prend 13 600 tr/mn, et qui affiche un rapport d'alésage*course de 78*52,3 mm avec un taux de compression de 13:1 ! Du fait de l'ouverture du V, l'admission a pu être redescendue au maximum entre les cylindres, favorisant ainsi la compacité. Même chose pour la distribution inédite chez Aprilia - chaîne et engrenages - qui a permis de minimiser la zone d'échappement : malgré son contre-arbre chargé d'absorber les vibrations, le V4 est plus compact que le bi monté sur la RSV 1000 !

Résolument moderne, le moulin rital est entièrement commandé par un accélérateur full ride by wire à trois cartographies actionnables au guidon. Sophistiquée et parfaitement au point, cette technologie remplace le bon vieux câble d'accélérateur par une centrale électronique et des servomoteurs qui décident de la meilleure ouverture des deux corps de papillons d'injection, en fonction du rapport engagé, du régime moteur et d'une foultitude d'autres paramètres. Le dispositif s'accompagne d'une injection électronique Magneti Marelli et de conduits d'admission à hauteurs variables qui favorisent le couple à bas régimes et la puissance en haut.

Spécialité de la maison, le cadre - 10,1 kg seulement ! - est un double poutre en alu avec des pièces moulées et embouties. Ultra rigide, il étrenne surtout des réglages jusqu'ici réservés à la compétition : la position et l'inclinaison du fourreau de direction, la hauteur du pivot de la fourche et même celle du V4 sont ainsi entièrement ajustables ! Pour ne rien gâcher, la RSV4 Factory adopte des périphériques de folie : fourche inversée et complètement réglable Öhlins de 43 mm traitée au nitrure de titane, amortisseur de la même provenance - équipé de petites bombes d'azote Piggy Back - lui aussi totalement réglable et freinage assuré par une redoutable combinaison d'étriers radiaux Brembo monobloc et des disques flottants de 320 mm spécialement conçus pour la RSV4 ! Les nouvelles jantes en alu forgé pèsent 1 kg de moins que celles équipant la RSV 1000 et la nouvelle égérie d'Aprila n'oublie surtout pas de se doter d'un très efficace amortisseur de direction Öhlins et d'une boîte à cassette extractible que commande un embrayage à bain d'huile avec système anti-dribble !

La recette de l'Aprilia RSV4 Factory ? Prenez tout le savoir-faire d'un constructeur cumulant 33 titres de champion du monde en vitesse. Ajoutez-y la frustration de ne jamais avoir pu concurrencer les références du segment Hypersport avec une RSV 1000 certes équilibrée et efficace, mais manquant cruellement de watts pour se hisser en tête d'affiche. Saupoudrez le tout des technologies les plus avancées, des meilleurs périphériques (lire encadré ci-contre) et de quelque 25 millions d'euros de R&D : vous obtenez une sportive totalement inédite et radicale, l'Aprilia RSV4 Factory !

Conçue avec le département course de Noale - et ses 254 victoires en Grands Prix ! - la RSV4 n'a nécessité "que" trois ans de développement à des ingénieurs partis d'une feuille blanche pour accoucher d'un prototype exclusivement tourné vers la performance et l'efficacité ! Onze ans après le lancement de sa RSV 1000, le blason de Noale revient donc aux affaires par la grande porte : un retour patiemment attendu et programmé par le Lion vénitien, depuis son passage dans le giron Piaggio !

Or, à l'inverse de Ducati et de KTM qui ont choisis de gonfler la cylindrée de leurs twins sportifs pour donner la réplique aux incontournables 4-cylindres en ligne nippons - dans le top des ventes comme en championnat du monde Superbike -, Aprilia s'est donné les moyens de surprendre, voire de bouleverser la hiérarchie des Hypersports.

A commencer par le propulseur de la RSV4 : incroyablement compact et fleurant bon le "racing spirit" avec toute son électronique embarquée, le V4 à 65° entièrement conçu à Noale renvoie le bicylindre Rotax de la RSV 1000 aux calendes grecques ! Sur-vitaminé par des doubles injecteurs Weber-Marelli et contrôlé électroniquement par un accélérateur électronique de type Ride-By-Wire, le bloc de 999,6 cc développe 180 ch sur cette version "route" et pas moins de 215 fougueux étalons sur la version WSBK ! Oui, en France ça sera 106 ch...

Pierre angulaire du projet, cette motorisation inédite sur une sportive de série - il y a bien le V4 de la Desmosedici RR, mais à 60 000 € le bout et une diffusion limitée à quelques centaines d'unités... - est le fruit des études d'Aprilia sur toutes les architectures connues. Quatre cylindres en ligne, trois pattes, bicylindre : les ingénieurs ont gambergé sur tous ces types de moteur avant de statuer sur un quatre-cylindres en V, selon eux le meilleur compromis entre puissance, rendement et encombrement !

L'Aprilia RSV4 se taille la part du lion !

Un choix ingénieux - après tout, Honda, Suzuki et Ducati utilisent un V4 en MotoGP -, et osé pour un constructeur riche d'une fructueuse expérience des moteurs en V, mais qui ne possédait aucun acquis sur les quatre-pattes de grosse cylindrée. Car comme ne manque pas de le faire remarquer un responsable d'Aprilia France, "la solution de facilité pour être rapidement au niveau aurait été de s'appuyer sur un quatre-cylindres en ligne, comme l'un de nos concurrents européens"... Qui a parlé de BMW avec sa nouvelle S1000 RR (lire Moto-Net.Com du 13 mai 2009) ?

Dithyrambiques, les représentants français d'Aprilia en France se révèlent même intarissables sur les mérites et les avancées technologiques du nouveau fer de lance de la marque ! Ceci dit, les lecteurs de Moto-Net.Com adeptes de sportives - à qui rien n'échappe, c'est bien connu ! - argueront que l'accélérateur Ride-by-wire était déjà présent sur les Yamaha R1 et R6 !

L'Aprilia RSV4 se taille la part du lion !

Tout comme l'admission à longueur variable - à bas régimes, le conduit long favorise le couple tandis qu'à pleins régimes, la trompe d'admission se raccourcit au profit de la puissance -, qui se retrouve sur les mêmes motos et certaines MV Agusta. Tandis que la triple cartographie actionnable au guidon a été étrennée sur les Suzuki GSX-R, puis adoptée par l'YZF R1 2009...

Ce qui est nouveau cependant, c'est bel et bien la combinaison de tous ces éléments sur une même machine ! Mais aussi les possibilités - quasi infinies - de réglages du châssis et le degré de sophistication de l'accélérateur électronique...

Introduite sur la Shiver - avec plus ou moins de bonheur à ses débuts -, la technologie Ride-by-Wire de la RSV4 fait l'impasse sur une connexion mécanique entre l'accélérateur et les papillons : l'ouverture est entièrement gérée par une centrale Marelli de dernière génération. Chaque banc de cylindre possède un servomoteur qui opère exclusivement sur ses deux papillons de 48 mm. Ainsi, la gestion des deux rangées - et par conséquent la quantité de carburant injecté - est contrôlable indépendamment.

L'Aprilia RSV4 se taille la part du lion !

Un tantinet usine à gaz sur le papier, ce dispositif permet à Aprilia de modifier à loisir la réponse du moteur à la poignée des gaz et aussi la courbe de puissance : pour son modèle de série, le blason de Noale a ainsi retenu trois cartographies qu'il est possible de changer d'une simple pichenette sur le démarreur au point mort.

La Superbike - et c'est bien le mot ! - italienne peut par exemple s'appréhender en mode Road, avec une réponse moteur plus souple et une puissance maxi limitée à 140 ch, ou se déguster en mode Sport, qui délivre bel et bien les 180 bourrins de la bête mais en limitant ses ardeurs sur les trois premières vitesses. Enfin, la RSV4 révèle son vrai visage en mode Track, où puissance et courbe de couple sont à leur apogée sur chaque rapport !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèle : d'origine avec moins de 1 000 km au compteur
  • Pneus : Pirelli Diablo Supercorsa SP neufs
  • Parcours : 8 sessions de 20 min sur le tracé de 2,5 km du pôle mécanique d'Alès
  • Conso moyenne : entre 8,5 l et 9 l d'après l'ordinateur de bord
  • Problèmes rencontrés : devoir rendre la machine...
 
 
 

POINTS FORTS

 
  • Ligne générale et qualité de réalisation
  • V4 plein, onctueux puissant : une réussite !
  • Agilité et précision sur circuit
  • Son d'origine
 
 
 

POINTS FAIBLES

 
  • Point mort délicat à trouver sur les quatre motos essayées
  • Orientation circuit à fleur de peau : quid sur route ?
  • Prix : celui de l'excellence ?
 
 
 
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !