• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
BACK TO THE SUPERBIKE
Paris, le 20 septembre 2016

L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

Au delà des points distribués, chaque week-end de course apporte son lot de remarquables prouesses et de contre-performances, de bonnes et de mauvaises surprises. Dans son analyse, Moto-Net.Com revient sur les faits marquants du WSBK au Lausitzring.

Imprimer

Retours agités pour le World Superbike

Après deux interminables mois de vacances, le championnat du monde de Superbike a enfin effectué sa rentrée ! Le retour était d'ailleurs triple puisque les équipes se rendaient en Allemagne, pays absent du calendrier WorldSBK depuis trois saisons, et sur le circuit de Lausitz, non visité depuis 2007...

Sur les 24 pilotes engagés en Superbike, une poignée avait participé il y a un mois à deux journées d'essais privés, dans le but de faire connaissance avec le technique et bosselé tracé germanique (lire MNC du 19 août 2016 : prise de repères pour Guintoli and co).

Parmi eux, Rea et Sykes n'avaient toutefois pas pu dégrossir les réglages de leurs motos de course : le circuit allemand ne faisant pas partie de leur liste de pistes d'essai pour 2016, les Ninjas avaient du s'entrainer sur des ZX-10R standard - et même perso pour Jonathan descendu tout spécialement de l'Ile de Man !

 Sykes, Rea et Savadori - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

Tom Sykes, réputé pour son franc parler, livrait vendredi sur Twitter ses impressions après la première session d'essais libres, au commande cette fois de sa machine d'usine : "on manque un peu de rythme ce matin ! Je suppose que c'est ce qu'on obtient quand on fait un test sur une moto de route, analysait le champion du monde 2013 avant de taguer un limpide "#paslamêmechose"...

Se pourrait-il que, contrairement à ce qu'essaient - vainement - de nous faire croire les constructeurs à travers leurs jolis discours marketing, les performances des motos (sur) préparées pour le World Superbike et celles des modèles de série originels n'aient rien en commun ?

 Sykes - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

Comme pris de remords - ou conseillé par son entourage, ou bien encore réprimandé par son employeur ?! -, le pilote officiel Kawasaki n°66 précisait quelques minutes plus tard : "malgré tout, je serais bien en-deçà de la barre des 107% (qualificative, NDLR), ce qui illustre bien le niveau de la moto standard". Ouf, les possesseurs de ZX-10R sont rassurés !

Dans sa dernière vidéo promotionnelle d'ailleurs, Kawasaki met en scène son champion du monde - Jonathan Rea, who else ? - s'entrainant cet été sur un petit circuit de l'Ile de Man, afin de rester dans le coup physiquement, mentalement, cognitivement...

 Rea - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

"La première fois que j'ai piloté la ZX-10R à Sepang au lancement presse, j'ai su que j'en voulais une, pas seulement pour ma collection, mais pour partager les mêmes sensations qu'avec ma moto de course et, surtout avec cette longue pause estivale, pour rester affûté et me tenir prêt pour la fin de la saison", déclare le "Number One".

Enchanté par sa moto d'entrainement, l'impitoyable "JR" était samedi après-midi particulièrement remonté contre sa Ninja de compétition qui l'a envoyé au tapis à cause d'un nouveau problème de boite de vitesse... dont son coéquipier ne semble pas souffrir !

 Rea - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

Contraint à l'abandon lors de la dernière course Superbike disputée à Laguna Seca, le leader du championnat inscrivait ainsi une deuxième bulle consécutive sur son tableau 2016 et voyait son avance réduire quasiment de moitié : de 46 points à 26 face à Sykes deuxième de la course derrière l'imbattable Davies.

Mais la chance a changé de côté dimanche au sein du Kawasaki Racing team : confondant vitesse et précipitation - un peu trop facile à dire derrière son écran, non ?! -, "Major Tom" s'est écrasé en plein freinage à l'approche du virage n°10.

Rea au contraire, a parfaitement dominé les conditions très piégeuses : 11 pilotes sont tombé durant la seconde manche... dont le pilote Kawasaki Pedercini qui avait déjà tâte du gravier pendant le deuxième tour de chauffe ! En tout, huit pilotes n'ont pas franchi la ligne d'arrivée...

 Van den Mark - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

On souligne au passage que Michael van den Mark aurait du figurer dans la liste des DNF (Did Not Finish). Mais sa stupéfiante ténacité l'a conduit à remonter immédiatement après sa chute sur son épave - désolé Soichiro, il n'y a pas d'autre mot pour qualifier la Fireblade n°60 après ses cabrioles - et arracher la huitième place !

"Je ne sais toujours pas comment j'ai terminé cette course", gazouillait lundi matin le jeune néerlandais, "mais nous avons marqué des points importants pour le championnat ! Sans ces derniers en effet, "Magic Michael" (4ème ex-aequo avec Giugliano en arrivant en Allemagne) partagerait le même nombre de points que son coéquipier Nicky Hayden...

Tom Sykes non plus n'a pas démérité puisque reparti bon dernier après sa bourde du premier tour, il est parvenu à sauver quatre points des eaux. Ce week-end donc, Tom n'a concédé qu'un point à son propre coéquipier Jonathan '47 points d'écart donc)... Mais cela ne peut le satisfaire.

 Sykes, Davies et Van den Mark - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

Il ne reste désormais plus que six courses à disputer, soit 150 points à distribuer aux vainqueurs... mais également 120 aux deuxièmes, 96 aux troisièmes, etc. Étant donné que l'impitoyable "JR" n'a jamais terminé de course en dehors du podium, la mission de Tom s'annonce impossible !

L'objectif de Chaz Davies n'est pas moins compliqué à atteindre : situé à 51 points de Tom Sykes, le gallois souhaite, comme Jonathan Rea, conserver son rang. Vice-champion WSBK en 2015, le pilote Ducati n°7 tient à le rester en 2016.

Capable de rouler à la fois plus fort et plus serein sur le sec grâce aux progrès accomplis cet été en essai, "Chazie" a été impérial en Superpole (3ème de sa carrière seulement) puis en première manche samedi (14ème). Le lendemain en revanche, Davies a été déboussolé par les éléments et déboulonné par ses adversaires, son grand copain Leon Camier en tête.

 Davies, Camier, Forés, West, Van den Mark et Torres - L'analyse MNC du World Superbike en Allemagne

Car la Panigale d'usine n'est pas la seule à s'être amélioré récemment... L'unique MV Agusta F4 du plateau, engagée par la petite firme italienne et pilotée par le grand pilote anglais (1,88 m !), a décroché deux Top 5 dans des conditions très différentes : piste sèche à 28° un jour, piste détrempée à 18° l'autre...

Quelque soit la météo, toujours très changeante à la fin du mois de septembre à Magny-Cours, doit-on s'attendre à voir de belles italiennes et de vigoureux britanniques jouer les vedettes de l'épreuve française du World Superbike 2016 ? Ou peut-on espérer qu'un autre duo s'illustre ? La réponse en page suivante...

.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !