• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
DUEL
Paris, le 26 mai 2011

Kawasaki W800 Vs Triumph Bonneville SE : les mamies font de la résistance

Kawasaki W800 Vs Triumph Bonneville SE : les mamies font de la résistance

Votre ZXG-R vous a coûté 6 points de permis ? Madame ne supporte plus la selle passager de votre vilain roadster ? Vous êtes peut-être mûr pour une machine néo-rétro ! Essai comparatif de deux ''vraies fausses'' motos anciennes bien dans leur époque !

Imprimer

Le nez au vent...

Que ce soit au guidon de la W800 ou de la Bonneville, on évitera autant que possible les longs trajets : elles ne protègent pas le pilote et leur capacité à emporter des bagages est assez réduite d'origine... a fortiori en duo.

Kawasaki W800 vs Triumph Bonneville SE : les mamies font de la résistance !

Elles ont également en commun un confort de selle très limité dans le temps. Le mal aux fesses apparaît assez vite et ne vous lâche plus, à moins de faire une vraie pause.

En revanche, malgré leurs petits réservoirs (14 litres pour la japonaise et 16 pour l'anglaise), elles permettent de tabler sereinement sur une autonomie de 200 km, en passant en réserve aux alentours des 180 km.

La Triumph consomme un peu plus que la Kawasaki (5,5 l/100 km en moyenne contre 5,1) mais leur régime de croisière est quasi identique : à 130 compteur, la Kawa tourne à 4 600 tr/mn en 5ème et la Triumph à 4 750.

... en sifflotant !

Les deux vraies fausses "mamies" s'apprécieront donc vraiment sur les petites routes de campagne, sans but précis et sans horaire imposé. Seul ou à deux, on prendra un grand plaisir à rouler sur le couple de ces deux twins à air.

Kawasaki W800 vs Triumph Bonneville SE : les mamies font de la résistance !

Curieusement, les 20 ch d'écart annoncés par les fiches techniques (68 ch pour la Bonneville et 48 pour la W800) se ressentent très peu. Si on la cravache, l'anglaise est forcément plus performante, mais en usage normal pour ce type de moto (en mode balade), on a l'impression qu'elles développent toutes deux la même puissance.

C'est également vrai pour les reprises : le couple disponible très bas sur la Kawa (62 Nm dès 2 500 tr/mn) lui offre des relances généreuses et une souplesse hors pair.

Trop bonne, cette Bonnie ?

En comparaison, le twin parallèle calé à 360° de la Triumph offre un caractère très lisse : certains pourront même le trouver ennuyeux, alors que d'autres loueront sa douceur et son onctuosité. Ce qui est sûr, c'est que l'anglaise mériterait une sonorité plus enjouée et plus expressive.

Kawasaki W800 vs Triumph Bonneville SE : les mamies font de la résistance !

En réalité, la grande force de la Bonnie réside dans l'homogénéité parfaite entre son moteur et sa partie cycle. Normalement vouée à la balade tranquille, elle prend un malin plaisir à titiller des beaucoup plus "grosses" qu'elle dans le sinueux, grâce notamment à l'agilité de son petit pneu arrière de 130 mm.

Hormis sa garde au sol un peu limitée, la Bonneville invite volontiers à la gentille arsouille. Seul son duo d'amortisseurs arrière Kayaba, trop ferme, grève le confort et la motricité sur mauvais revêtements.

Une W800 pas en reste

Même si sa monte pneumatique est moins taillée pour le sport, la Kawa offre aussi de jolies sensations avec une tenue de route très correcte. En outre, ses repose-pieds frottent moins vite le macadam. La W800 est donc elle aussi parfaitement apte à filer un bon train, dans un confort de suspensions bien meilleur que sur l'anglaise.

Kawasaki W800 vs Triumph Bonneville SE : les mamies font de la résistance !

En revanche, il faudra éviter les surprises et les approximations car Kawasaki a doté sa moto d'un freinage littéralement "rétro"... Le disque avant pincé par des étriers à deux pistons manque singulièrement de mordant et de puissance, tandis que le tambour arrière est complètement dépassé. Rien à voir avec la Triumph, qui offre un freinage en tous points conforme aux standards actuels.

.

Commentaires

Bestof: 
1
Lectures: 
0
Désolé Steeves, je ne sais si tu as connu cette époque, mais dans les 70's les motos ce n'était pas la frime à la terrasse des cafés ou sur la croisette. On les chargeait comme des baudets et on enquillait des centaines ou des milliers de kms. C'était pas 1936 mais presque. On les affublait de porte-bagage bien costaud en acier inoxydable, ou pour la norton commando que tu cites, les mecs se faisaient faire d'immenses arceaux (ce qu'on ne retrouve plus aujourd'hui) qui permettaient d'enfiler et d'empiler au moins 2sacs à dos, On ajoutait parfois un bon pare-brise ou un moche carénage (comme sur les yam xs 3cyl), mais il n'y avait pas autant d'autoroutes à l'époque. Certaines en étaient déjà affublées d'origine comme la john player spécial (norton aussi). De toutes façons on se débrouillait toujours pour partir loin, pour ensuite faire le récit auprès des copains et copines, car c'était une époque de découverte et de griserie, un temps initiatique révolu pour la grande majorité des jeunes d'aujourd'hui. Maintenant, on se sent presque coupable d'exister, on a droit à la réduction des libertés et à la frustration grandissante d'une société qui se flicaille pernicieusement à grand renfort d'électronique. On sera bientôt dans le monde que décrivait George Orwell dans son célèbre roman 1984. Surtout restons lucides pour ne pas, nous et notre progéniture, nous faire manger tout cru par un système qui manifestement veut de plus belle nous contrôler nous presser et nous jeter, afin de privilégier une minorité bling bling cynique avide de développer son patrimoine au détriment de la majorité silencieuse. On sait que le gâteau se rétrécit, alors on se sert d'abord, notre président l'a bien compris en s'augmentant dès qu'il est arrivé, et il a donné l'exemple aux cadres dirigeants qui aujourd'hui n'hésitent plus à s'augmenter de 50 à 150% d'une année sur l'autre ou bien de négocier des parachutes. Restons bien éveillés, la révolution de 68 a été internationale...

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • W800 d'origine avec 2442 km au compteur
  • Bonneville SE d'origine avec 1342 km au compteur
  • Parcours : 700 km
  • Routes : route, autoroute, Paris et grande banlieue
  • Pneus : Dunlop Roadmaster TT100 GP sur la Kawa
    Metzeller MEZ 4 (Av) et MEZ 2 (Ar) sur la Triumph
  • Conso moy : 5,1 l/100 km (Kawa)
    5,5 l/100 km (Triumph)
  • Auton moy (avant réserve): 180 km (Kawa), 180 km (Triumph)
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS KAWASAKI W800

 
  • Look craquant
  • Finition et qualité des matériaux
  • Plaisir de conduite
 
 
 

POINTS FORTS TRIUMPH BONNEVILLE SE

 
  • Châssis sain et joueur
  • Freinage très correct
  • Possibilités de personnalisation
 
 
 

POINTS FAIBLES KAWASAKI W800

 
  • Freinage très rétro...
  • Vibration un peu trop présentes
  • Prix en forte hausse (W650)
 
 
 

POINTS FAIBLES TRIUMPH BONNEVILLE SE

 
  • Manque total d'aspects pratiques
  • Confort de selle et de suspensions
  • Prix de la version SE (bicolore en sus)
 
 
 
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !