• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2012 - MOTEGI
Paris, le 15 octobre 2012

Grand Prix du Japon Moto GP : déclarations et analyse

Grand Prix du Japon Moto GP : déclarations et analyse

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux pilotes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites et de leurs échecs par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP du Japon 2012.

Imprimer

Dimanche à Motegi, Dani Pedrosa s'est de nouveau montré intraitable face à Jorge Lorenzo. Sur le circuit appartenant à Honda, le n°26 et sa RC213V étaient bien trop forts pour le leader du championnat sur sa Yamaha M1. D'ailleurs, "Lorenshow" n'a tenté que très brièvement de rester dans l'aspi de la Honda officielle.

En comparaison, la bataille pour la troisième marche entre Alvaro Bautista et Cal Crutchlow a été bien plus mouvementée ! Le final a toutefois cruellement manqué de piquant puisqu'une panne sèche a stoppé net dans le tout dernier tour la Yamaha n°35 du team français Tech3...

De retour de blessure, Casey Stoner n'a pu décrocher qu'une "décevante cinquième place" - ce sont les mots de l'Australien -, quatre secondes derrière un Andrea Dovizioso plus calme que d'habitude et quatre secondes devant un Stefan Bradl handicapé par des crampes aux avant-bras dès le 10ème tour.

Les Ducati quant à elles sont littéralement passées inaperçues sur un circuit qui, par le passé, leur réussissait pourtant bien ! Valentino Rossi affirme avoir tout donné mais termine à 26 secondes de Pedro, tandis que Nicky Hayden a lutté contre sa moto et sa fracture au poignet durant toute la course et se classe huitième derrière le n°46.

Seul le pilote invité Katsuyuki Nakasuga a pimenté le passage de la procession MotoGP (et CRT, ne les oublions pas) sous le drapeau à damier : le Japonais a porté sa Yamaha M1 à sept centièmes seulement de la huitième place du Kentucky Kid.

Globalement trop peu animé, le Grand Prix du Japon 2012 restera néanmoins dans les annales. Après le carton plein en Moto2, les Espagnols ont signé un nouveau triplé quelques minutes plus tard en MotoGP : une première en catégorie reine !

"Je ne fais pas trop attention aux nationalités", remarquait le petit Dani dans le parc fermé au micro d'une chaîne de TV, "mais je me souviens maintenant de mes batailles avec Alvaro en mini motos. Le monde est petit, finalement".

"Je me souviens m'être tenu sur le podium avec Capirossi et Biaggi", observait de son box le grand Valentino avant de concéder que "l'Espagne nous a dépassés. Ils ont les bonnes écoles pour développer les jeunes talents et des personnes prêtes à investir dessus"...

Depuis le début de la saison, les 35 pilotes espagnols qui ont pris au moins un départ en Grand Prix cette année ont inscrit un total de... 2346 points, raflant 29 pole positions et 29 victoires ! Sur le podium de ce "classement provisoire des Nations", les 24 Italiens cumulent 946 points (une pole et trois victoires) et les dix Britanniques 523 points (une pole et une victoire).

Suivent les douze Allemands avec 482 points (sept poles et trois victoires), les six Français et leurs 328 points au compteur (aucune pole et une victoire), puis les six Australiens qui doivent beaucoup à Casey Stoner : quatre poles, quatre victoires et 197 points amassés à lui tout seul (sur 295 points au total).

Dani Pedrosa, Honda Repsol (2ème en qualifs et 1er en course) : "La course a été difficile parce que le rythme était très élevé dès le début. J'essayais de bien comprendre comment se comportait ma moto parce que nous avions eu beaucoup de chattering la veille et je ne savais pas comment ça allait se passer aujourd'hui".

"J'ai fait du mieux que j'ai pu, je suis resté avec Jorge, je l'ai doublé en prenant une meilleure trajectoire, j'ai ensuite aligné plusieurs bons chronos et puis je n'ai eu qu'à contrôler l'écart. Jorge a essayé de me suivre mais il s'est ensuite contenté de la seconde place".

"Nous avons fait ce que nous avions à faire et c'est dommage qu'il n'y ait eu personne d'autre pour nous suivre parce qu'à chaque fois que je gagne, il termine deuxième. Quoi qu'il en soit, je suis heureux de remporter des courses et de le faire maintenant. Merci à Honda et à toute l'équipe, je suis vraiment ravi de gagner de nouveau au Motegi !"

L'analyse Moto-Net.Com : Il s'agit de la deuxième victoire d'affilée à Motegi pour Dani "Asimo" Pedrosa ! Il demeure d'ailleurs à ce jour le seul pilote à avoir remporté sur ce circuit une course dans les trois catégories que compte l'Intercontinental Circus : 125/Moto3, 250/Moto2 et 500/MotoGP.

Ce nouveau succès est avant tout le cinquième du n°26 cette saison, soit la meilleure année que n'ait jamais connue Pedrosa depuis son arrivée dans la cour des très grands, il y a six ans déjà ! Grâce aux 25 points inscrits, le pilote Honda reste en mesure d'accomplir son rêve...

Un "dream" que Nicky Hayden avait réalisé en 2006 justement, face à un certain Valentino Rossi. Ce "rêve" demeure même l'une des notions phares du constructeur de Tokyo, de même que le "Total Control" dont a parfaitement fait preuve Dani lors de ce Grand Prix du Japon.

Dani Pedrosa est en mission - une mission "quasi impossible" certes, mais une mission qu'il souhaite tout de même accomplir, et qu'il accomplit merveilleusement bien ! Le triple champion du monde le sait : il ne faut jamais rien lâcher en sports... notamment mécaniques.

Qui sait si le titre MotoGP 2012 ne se jouera pas comme le titre Superbike promis à Biaggi - comme semble l'être celui de GP à Lorenzo - lors de la finale ? Celle-ci se disputera en Espagne, le nouveau pays de la moto, dans l'arène de Valence que les organisateurs et les pilotes espèrent comble (lire MNC du 15 octobre 2012).

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (1er en qualifs et 2ème en course) : "J'étais au maximum pour essayer de rester avec Dani mais il y avait vraiment un écart de performances sur les lignes droites et il pilotait vraiment bien. J'ai essayé de rester avec lui mais c'était impossible, ce sera peut-être différent la prochaine fois. Le championnat se resserre mais nous sommes encore très compétitifs et nous gardons de bonnes chances de le gagner".

L'analyse Moto-Net.Com : Lucide et confiant, Jorge Lorenzo n'a pas riposté à l'attaque imparable, nette et tranchante de la RCV n°26 sur sa M1 n°99... Le dépassement en sortie de courbe révélait à lui seul la supériorité de Dani et de sa Honda sur Jorge et sa Yamaha.

Une nouvelle fois donc, "Jorgueil" a suivi la voie de la sagesse. Alors que son compatriote alignait à la mi-course une impressionnante série de chronos (dont deux à 1'45.6 !), Lorenzo butait contre le mur des 1'46 et laissait doucement mais sûrement filer son adversaire.

L'écart de Lorenzo sur le duo infernal Bautista - Crutchlow s'est en revanche maintenu aux alentours des quatre secondes. Preuve s'il en fallait que le n°99 ne faisait pas semblant d'attaquer et mérite bel et bien les 20 points de sa nouvelle deuxième place, sa huitième cette saison !

Le "simple" champion du monde de MotoGP maintient donc solidement entre ses gants les rênes du championnat 2012. Il ne reste plus que trois courses à disputer et Jorge dispose encore d'une confortable avance de 28 points sur Dani.

Alvaro Bautista, Honda Gresini (5ème en qualifs et 3ème en course) : "Nous avions eu des problèmes le vendredi, comme à Aragon. Le train avant bougeait beaucoup en entrée de virage mais nous avons commencé à progresser samedi matin. Nous avions un bon rythme en qualifications et je savais, avant la course, que nous pouvions nous battre pour le podium".

"Mon départ n'a pas été génial mais j'ai pu doubler des pilotes et revenir derrière Cal. Nous avions des rythmes similaires mais je ne voulais pas être trop proche de lui parce que les freins chauffaient beaucoup et perdaient en efficacité. J'ai donc attendu d'être à cinq tours de l'arrivée pour attaquer, nous nous sommes bien battus et au final j'ai obtenu le podium. Je suis très heureux et je crois que c'était la meilleure façon de fêter mon nouveau contrat avec Gresini".

L'analyse Moto-Net.Com : Quelle plus belle manière, en effet, que de célébrer le renouvellement de son contrat au sein du team Honda Gresini par un nouveau podium, son deuxième en MotoGP et son 48ème en Grand Prix toutes catégories confondues ?

Alvaro devance ainsi les plans de son propre team manager : "je crois aux projets qui vont sur le long terme et je pense qu'Alvaro a encore beaucoup de potentiel. Je suis convaincu qu'il nous offrira beaucoup de joies et de résultats l'an prochain", déclarait Fausto Gresini à la veille de la course japonaise !

Car Bautista et Crutchlow ont été les seuls véritables animateurs de cette manche nippone. Leurs superbes passes d'armes faisaient plaisir à voir, d'autant qu'ils disposent de matériel différent à plus d'un titre : le prototype Honda n°19 se fournit chez Showa pour les suspensions et Nissin pour les freins, tandis que le proto Yamaha n°35 fait appel aux fournisseurs "quasi-officiels" Öhlins et Brembo.

La lutte entre les deux hommes a beau avoir été abrégée (cf. la déclaration de Cal Crutchlow), Alvaro a eu le temps de prouver qu'il méritait sa place au sein du MotoGP. Éclipsé par l'autre pilote Honda satellite Stefan Bradl cet été, Bautista profite même de son podium pour bondir de la 7ème à la 5ème place du provisoire !

Au classement général des pilotes, le troisième Espagnol passe donc devant Crutchlow, mais aussi et surtout un nonuple champion du monde : Valentino Rossi ! Le premier Italien, Andrea Dovizioso, est en revanche trop loin (48 points d'avance) pour être menacé par Bautista.

Andrea Dovizioso, Yamaha Tech3 (6ème en qualifs et 4ème en course) : "Difficile de se satisfaire de cette quatrième place... Je n'ai pas été aussi rapide que je l'espérais. Le week-end a été un peu bizarre parce que nous avons eu des soucis avec les freins et il n'y a vraiment qu'ici que ça arrive. C'est un circuit qui a beaucoup de virages difficiles et dans certains il fallait garder un peu de marge au cas où les freins perdent en efficacité".

"Ça allait mieux au bout de quelques tours, mais j'avais perdu beaucoup de temps au début. Je n'ai pas aussi bien piloté que je le voulais et je ne pouvais pas rattraper Alvaro et Cal. C'est dommage parce que je m'attendais à mieux, mais je suppose que le résultat n'est pas mauvais. Maintenant je vais me préparer pour Sepang, où je suis sûr d'être de retour dans la bagarre pour le podium".

L'analyse Moto-Net.Com : Après avoir gravi une sixième fois la troisième marche du podium à Aragon, cette nouvelle quatrième place n'enchante pas l'Italien, loin s'en faut... Une certaine lassitude s'emparerait-elle d'Andrea ?

"Refroidi" par le comportement de ses freins en fréquente surchauffe, le Dovi a effectué un début de course timide - prudent ? - qui l'a irrémédiablement privé d'une sympathique baston avec son coéquipier Crutchlow et le bouillant Bautista. Au lieu de quoi le n°4 a dû compter les tours, dépassant des pilote diminués physiquement (Bradl puis Stoner)...

Une fois la ligne d'arrivée franchie, Andrea a pu se mettre à compter les points : cinq seulement le séparent de la troisième place occupée actuellement par Casey Stoner ! Au guidon de sa machine satellite, il pourrait égaler son meilleur classement en MotoGP, obtenu l'an dernier sur une RCV officielle...

L'an prochain, Dovizioso changera de nouveau de moto et passera sur le troisième prototype disponible sur le marché MotoGP : la Desmosedici ! Fera-t-il aussi bien ou mieux en 2013 aux commandes de la Ducati officielle ? Mystère et boules de Bridgestone...

Casey Stoner, Honda Repsol (7ème en qualifs et 5ème en course) : "Pour être honnête, je suis un peu déçu. Nous avons progressé assez lentement ce week-end mais la moto était à un niveau que nous jugions satisfaisant pendant le warm-up".

"En début de course, j'avais l'impression d'avoir le rythme suffisant pour suivre Dani et Jorge et la moto tournait très bien. La course a continué et mon corps a commencé à souffrir beaucoup plus que je pensais. Nous avions le rythme pour être beaucoup plus proches d'eux, pour être sur le podium, mais je n'ai pas pu suivre sur le plan physique. Un grand merci au team, ils m'ont donné une excellente moto aujourd'hui, mais je ne pouvais simplement pas faire mieux dans ma condition actuelle".

L'analyse Moto-Net.Com : L'Australien n'était pas en forme à l'occasion de son retour sur la piste de l'Intercontinental Circus. Le champion du monde en titre n'a pas pu livrer son numéro habituel, ni grimper sur le podium qu'il partage si souvent avec les deux autres vedettes, Lorenzo et Pedrosa.

Sur son blog officiel, Casey ne cache pas sa frustration : "c'était bon de remonter sur la moto, mais pénible de ne pas pouvoir bouger dessus et la piloter comme je l'aurais souhaité". Il se dit cependant heureux de repartir du Japon sans bobo supplémentaire...

Malheureusement pour lui, la tournée du Pacifique qui vient de débuter limite grandement les temps de récupération. Le GP du Japon est à peine achevé que se profile déjà celui de Malaisie, où il tentera a minima de monter sur le podium. Puis, dès le week-end suivant, il s'alignera pour "son" GP d'Australie...

Le futur retraité aura à cœur de dominer ces adversaires sur le tracé de Casey Phillip Island ! Et tant pis si, en remportant une sixième victoire consécutive à domicile, le n°1 du HRC compromet la remontée de son coéquipier Pedrosa au classement général.

Ce faisant, Stoner permettrait au moins à Honda de consolider sa première place au classement des constructeurs. Les Rouges comptent actuellement 11 points d'avance sur les Bleus d'Iwata : 337 contre 326. Quant aux Rouges de Bologne, ils n'ont récolté que 161 points.

Valentino Rossi, Ducati Corse (9ème en qualifs et 7ème en course) : "Je pense que nous avons fait du mieux que nous le pouvions tout ce week-end. Nous avons bien travaillé sur la moto et j'avais un bon réglage pour la course. C'est malheureusement notre potentiel en ce moment, et notre rythme n'est pas encore au niveau de celui des autres, surtout dans les premiers tours".

"Aujourd'hui j'ai roulé au maximum pendant toute la course, j'ai essayé de rattraper Bradl et je m'en suis approché vers la fin. Je pense que nous avons trouvé de la régularité depuis que nous avons les nouveaux cadre et bras oscillant, mais il y a encore du travail à faire".

"Nous perdons encore beaucoup sur l'accélération, où nous ne sommes pas en mesure de transmettre toute la puissance au sol car le pneu patine trop, surtout en sortie de virages lents. Quoi qu'il en soit, nous ferons de notre mieux jusqu'à la fin et nous verrons bien".

L'analyse Moto-Net.Com : Neuvième de la séance de qualification samedi après-midi, Valentino Rossi a gagné deux places en course 24 heures plus tard... Malheureusement pour lui, cette progression n'est pas due à un quelconque progrès de sa GP13 dans la nuit de samedi à dimanche, mais bien aux abandons de deux pilotes devant lui...

Le nonuple champion du monde n'a même pas pu profiter des crampes du jeune Stefan Bradl pour le dépasser et échoue à 1,5 seconde de la RCV du champion de Moto2. Le diagnostic établi par le Doctor demeure inchangé depuis près de deux ans, et cela ne devrait plus bouger désormais.

La prochaine épreuve s'annonce d'ailleurs lourde en émotion pour Vale, puisqu'elle se disputera sur le "Sepang International Circuit" ("SIC") où son ami Simoncelli ("Sic") a trouvé la mort juste sous ses roues... Les fans inconditionnels du n°46 attendent un sursaut de la part de leur idole, mais les autres savent que si renaissance il doit y avoir, elle n'aura lieu qu'en 2013 au guidon de "sa" Yamaha officielle.

Cal Crutchlow, Yamaha Tech3 (3ème en qualifs et abandon en course) : "Après avoir fini comme ça, il faut essayer de ne garder que les points positifs de ce week-end et il y en a beaucoup. Ce n'est pas un circuit qui me réussit et j'avais eu du mal le vendredi, mais nous avons réussi à décrocher une nouvelle première ligne et j'étais en lice pour le podium pendant toute la course. Les progrès que nous avons faits sur l'ensemble du week-end sont très importants et je suis fier de toute l'équipe".

"Je suis évidemment déçu parce que j'espérais passer Alvaro dans le dernier tour. Ça n'aurait pas été facile, il pilotait très bien, mais nous nous étions bien battus. Je me suis fait plaisir, je suis sûr que lui aussi, et il est simplement dommage que nous n'ayons pas pu continuer à nous battre jusqu'au bout".

"Même si j'avais terminé quatrième ça aurait été positif pour essayer de finir cinquième du championnat, mais aujourd'hui j'ai perdu beaucoup de points. Nous savions que la consommation allait être difficile à gérer. J'ai été très rapide mais j'ai roulé sans prendre d'aspiration pendant presque toute la course et j'ai donc consommé plus de carburant. J'ai au moins prouvé que je pouvais me battre avec les meilleurs et j'essayerai d'en faire autant à Sepang".

L'analyse Moto-Net.Com : Relégué en neuvième position sur la feuille des temps vendredi soir, Cal Crutchlow avait réussi à hisser sa Yamaha en première ligne sur la grille pour la septième fois cette saison ! Le pilote anglais ne tarissait naturellement pas d'éloges sur son team - français, SVP - samedi soir.

Dimanche après-midi, on imagine aisément la satisfaction de Cal durant la première moitié de la course : pas d'Andrea Dovizioso dans les parages, tout juste un Alvaro Bautista se maintenant à une demi-seconde de sa troisième place...

Alors qu'il roulait vers son deuxième podium cette année, le champion de Supersport était victime d'une soudaine perte d'adhérence. Le pilote anglais parvenait miraculeusement à rester sur ses deux-roues... Mais le signal était donné à Bautista et une féroce bataille s'engageait alors entre les deux gaillards !

Dans la bagarre, le funambule anglais venait lécher le genou puis la roue arrière du n°19. Contraint de freiner et de redresser légèrement sa moto, Crutchlow accordait à son adversaire quelques longueurs d'avance qu'il récupérait petit à petit dans les deux boucles suivantes... avant de tomber en panne sèche !

Petite consolation signalée par Cal sur son compte Twitter : le n°35 a eu le droit à un tour sur la Yamaha officielle qu'il convoitait pour la saison prochaine... mais derrière Jorge Lorenzo, et seulement pour rejoindre le box Tech3 !

Randy de Puniet, ART (14ème en qualifs et abandon en course) : "Le week-end a été difficile pour nous... J'avais eu du mal à trouver le feeling vendredi, nous avions un peu progressé en qualifications et aujourd'hui, pour le warm-up, nous avions fait des changements qui me plaisaient".

"J'ai cependant eu une chute très étrange dans le virage n°10. C'était comme si le frein était resté activé alors que je l'avais relâché. Au final ça n'a pas été un bon week-end pour nous et je me suis fait mal aux deux chevilles dans ma chute de ce matin. J'espère que nous aurons un week-end un peu plus positif en Malaisie".

L'analyse Moto-Net.Com : Randy de Puniet était déjà tombé lors du warm-up dans ce fameux virage n°10. Son team avait alors tout mis en oeuvre pour réparer sa moto et aligner Randy dans les meilleures conditions possibles. Mais quand ça ne veut pas...

Reparti en dernière position après sa chute - en course cette fois-ci -, le n°14 a tenté de sauver les meubles mais ses deux chevilles meurtries le matin même et l'impossibilité de remonter sur la 19ème place alors occupée par Ivan Silva ont eu raison de son opiniâtreté.

Au même moment, son collègue Aleix Espargaro se disputait avec Colin Edwards la tête des CRT... Finalement, au grand dam de Randy, l'Espagnol n°41 a décroché la première place des "Claiming Rule Teams" de ce GP du Japon 2012 et s'octroie simultanément les commandes du "championnat" CRT, deux points devant notre compatriote et 27 devant le Colombien Yonny Hernandez.

.

.

.

Les derniers essais MNC

Essai Kawasaki Ninja H2SX SE+ : compression intime

Coup de pied au cul et stimuli des parties intimes sont déjà au programme de la H2SX SE, unique moto routière à moteur compressé ! L'activité cérébrale n'est plus en reste avec sa nouvelle déclinaison SE+, qui intègre notamment un amortissement piloté, des modes de conduites et une instrumentation connectée. Essai.
Sportive 4 commentaires
Duel Royal Enfield Interceptor 650 Vs Triumph Street Twin : lutte de classe

La délicieuse authenticité de la nouvelle Royal Enfield Interceptor 650, premier bicylindre du constructeur depuis 1970, fait-elle ombrage à la redoutable maîtrise du néo-classique de l'onéreuse Triumph Street Twin ? Réponses dans notre duel MNC.
Tous les Duels 4 commentaires
Duel Africa Twin Vs V85 TT : la référence Honda ou le renouveau Moto Guzzi ?

Moto Guzzi se relance en 2019 sur le (tout) terrain des trails avec son inédite et originale V85 TT, une moto au look sympathique, aux performances raisonnables et au tarif raisonné. Un tiercé qui semble gagnant... y compris face à l'excellente Honda Africa Twin Honda ? La réponse dans ce nouveau duel MNC !
Essai XSR700 Xtribute : le P'tit LU de Yamaha

Comme le célèbre Petit Beurre de LU, la XSR700 XTribute est craquante et savoureuse sous son apparence classique. Cette nouvelle moto Yamaha, supposée rendre hommage à la XT500, est également Lu-dique à piloter et Lu-crative pour le constructeur. Essai MNC.
Roadster 7 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Grille de départ du GP de Grande-Bretagne MotoGP 2019 : Marquez devant Rossi, Miller et Quartararo

C'est finalement Marc Marquez qui s'élancera en pole position du GP de Grande-Bretagne demain à Silverstone, après avoir réalisé le meilleur chrono des qualifs - nouveau record du circuit à la clé - devant Rossi et Miller. En tête pendant toute la séance, Fabio Quartararo a été relégué en quatrième position après un problème sur sa première moto... Grille de départ.
Essais 10 commentaires
Harley-Davidson Road Glide Limited et CVO 2020 : Very Easy Riders

Quatre nouvelles motos taillées pour les "highways" débarquent chez Harley-Davidson en 2020 : la Road Glide Limited (qui remplace la Road Glide Ultra) et les luxueuses CVO Limited, Street Glide et Tri Glide. Moto-Net.Com fait les présentations.
Nouveautés 2020 1 commentaire
[Vidéo] Kawasaki, premier constructeur japonais de grosse moto ?

Quel constructeur japonais est le premier à avoir produit une moto de grosse cylindrée ? Le méconnu Meguro... que Kawasaki a racheté au milieu des années 60 afin de se lancer justement dans les gros cubes. La firme d'Akashi revient en vidéo sur la naissance de sa W1 650...
Comment le CNSR veut empêcher le retour aux 90 km/h

Sous pression face aux manifestations de motards (un peu) et à l'impressionnante mobilisation des Gilets jaunes (surtout), les élus de la République ont voté un assouplissement  des 80 km/h. Sauf que le Conseil national de sécurité routière veut à tout prix empêcher les autorités locales de revenir aux 90 km/h, en énonçant une liste de recommandations techniques et de tracasseries administratives quasiment impossibles à respecter... Explications.
Radars 11 commentaires
[Vidéo] GP de Grande-Bretagne 1979 : Roberts Vs Sheene Vs Fogarty

Le Grand Prix de Grande-Bretagne 2019 se dispute ce week-end à Silverstone... Et c'est sur ce même circuit, il y a 40 ans tout rond, que certains d'entre vous ont pu assister à l'un des plus beaux duels entre les champions Kenny Roberts et Barry Sheene. Avec, pour arbitre, un certain George Fogarty... Remember.
GP de Grande-Bretagne 14 commentaires
Nouveaux coloris Kawasaki pour l'année 2020 

Kawasaki profite de la pause estivale pour dévoiler de nouveaux coloris pour la saison - commerciale - à venir. Les Verts d'Akashi ont repeint les Ninja ZX-10R et Ninja 400, Z1000/R et Z400, ZZR1400, Versys 650 et Vulcan S. Arrêt sur images.
Nouveautés 2020 6 commentaires
West Coast Cruiser : Harley-Davidson relance la Low Rider S 

La moto électrique LiveWire est la grande nouveauté 2020 pour Harley-Davidson. Cependant, de nombreux "bikers" seront enchantés d'apprendre que la Low Rider S est de retour au catalogue de la firme de Milwaukee, avec un - très - gros moteur thermique. Présentation.
Nouveautés 2020 1 commentaire
Fondation Fabrice Miguet LE MIG : notre champion est toujours présent !

Un an déjà que Fabrice Miguet nous a quittés, mais l'esprit du MIG demeure grâce à la fondation qui porte son nom. Interrogé par Moto-Net.Com, son président Michel Ducret présente les nombreux projets en cours : une statue à Chambois, la restauration de motos, le sponsoring de jeunes pilotes, etc.
Horaires et enjeux du Grand Prix de Grande-Bretagne MotoGP 2019 à Silverstone

Horaires et programme du GP de Grande-Bretagne, douzième manche du championnat du monde MotoGP 2019 le 25 août où Jorge Lorenzo, pilote le plus victorieux sur le circuit de Silverstone, devrait enfin reprendre le guidon de sa Honda officielle...
Horaires et objectifs 2 commentaires

Abonnement MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Intersaison : Tests MotoGP
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avril : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juillet : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
11 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 septembre : GP de San-Marin
22 septembre : GP d'Aragón
6 octobre : GP de Thaïlande
20 octobre : GP du Japon
27 octobre : GP d'Australie
3 novembre : GP de Malaisie
17 novembre : GP de Valence

SAISON 2019   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...