• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2012 - GRANDE-BRETAGNE
Paris, le 18 juin 2012

Grand Prix de Grande-Bretagne Moto GP : déclarations et analyses

Grand Prix de Grande-Bretagne Moto GP : déclarations et analyses

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux pilotes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites et de leurs échecs par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP de Grande-Bretagne 2012.

Imprimer

Hier, le public du Grand Prix de Grande-Bretagne 2012 a eu le droit à trois belles courses disputées sur le sec, après des essais et des qualifications perturbés par une météo "so british" (lire notamment notre Compte rendu des qualifs à Silvertone).

En revanche, les fans anglais sont repartis du circuit de Silverstone sans entendre résonner le "God save the Queen", malgré la présence d'au moins un sujet de Sa Majesté sur la grille de départ de chacune des trois catégories du championnat du monde.

C'est en effet l'hymne espagnol qui a retenti par trois fois : pour Pol Espargaro en Moto2, pour Jorge Lorenzo en MotoGP et pour Maverick Vinales en Moto3... Damned !

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (4ème en qualifs et 1er en course) : "La course a été très difficile, les autres étaient très rapides et j'ai eu du mal à les rattraper au départ mais le pneu arrière s'est usé petit à petit et je me suis senti de plus en plus confiant. Je suis devenu plus rapide que les autres et je les ai rattrapés".

"Je voulais éviter de chuter et je suis donc resté patient durant ma remontée. Une fois revenu sur Casey, nous avons eu une superbe bagarre, nous avions le meilleur rythme et j'ai réussi à le doubler. J'ai fait une grosse erreur à quatre tours de l'arrivée et j'ai failli chuter ! Je suis très content de ce résultat et pour le team qui m'a encore fourni une excellente moto".

L'analyse Moto-Net.Com : Quatre victoires et deux secondes places. Voila l'excellente "moisson" réalisée par Jorge Lorenzo après six courses ! Comptant désormais 25 points d'avance sur son plus proche rival au championnat (Stoner), l'officiel Yamaha semble évoluer sur une autre dimension depuis le Grand Prix de France qui a inauguré une série de trois victoires successives.

A croire que l'annonce du retrait de Casey Stoner au Mans a boosté la motivation du Majorquin, qui réalise une première partie de saison exceptionnelle : le n°99 s'est adjugé 140 points sur 150 distribués (!) et a signé à Silverstone son 50ème podium en MotoGP, dont 21 sur la plus haute marche.

Détenteur du nouveau record du tour en course à Silverstone (2'02.888), "Jorgeuil" a régalé les spectateurs lors de sa remontée vers la tête de course, puis pendant sa fantastique passe d'armes avec Stoner. Gonflé à bloc et en parfaite symbiose avec une M1 compétitive (317,6 km de vitesse de pointe, soit seulement 0,6 km/h de moins que la RCV de Stoner), Lorenzo s'ouvre une voie royale vers un second titre mondial !

Casey Stoner, Honda-Repsol (3ème en qualifs et 2ème en course) : "La course n'a pas été géniale pour nous. J'ai vu le rythme des Yamaha en début de course et je me suis tout de suite inquiété. La moto ne se comportait pas très bien en début de course, surtout sur le côté gauche, sur lequel le pneu s'est très vite usé. Mon plan était d'essayer de passer devant et de retenir les autres, mais Ben (Spies) a été dur à doubler, il a ensuite fait une petite erreur et j'ai tenté de me maintenir devant".

"Nous savions que nous n'avions pas le meilleur rythme et que les autres allaient rapidement revenir. J'ai fait tout mon possible pour rester devant, mais il nous aurait fallu un peu plus de grip pour nous battre pour la victoire. L'état de nos pneus arrière après la course montrait clairement qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas chez nous".

L'analyse Moto-Net.Com : En arrivant à Silverstone, Stoner et surtout Pedrosa en avaient gros sur le cœur. Les deux officiels HRC utilisaient pour la première fois le nouveau pneu avant Bridgestone, dont la carcasse plus souple provoquerait du mouvement sur leur RC213V officielle (lire notamment MNC du 4 juin 2012 et MNC du 5 juin 2012).

Ce phénomène semble étrangement moins marqué sur les RC213V satellites de Stefan Bradl et Alvaro Bautista, qui semblent a priori très satisfaits de cette solution pneumatique développée par Bridesgtone pour les nouvelles 1000 cc...

Or si la performance des Honda-Repsol a bien été entachée par un problème pneumatique durant ce Grand Prix de Grande-Bretagne, ce n'est l'avant mais l'arrière qui est incriminé ! Comme beaucoup de pilotes (Spies et Hayden, notamment), Stoner a rapidement manqué de motricité et n'a pas pu conserver un rythme suffisant pour contrer Lorenzo.

L'Australien s'est pourtant défendu comme un beau diable lorsque le Majorquin a lancé l'assaut, offrant aux spectateurs l'une des plus belles bagarres de la saison. La ténacité du champion du monde en titre était d'autant plus agréable à admirer qu'elle suggère une rage de vaincre restée intacte malgré son retrait annoncé !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (5ème en qualifs et 3ème en course) : "J'ai des sentiments mitigés après cette course. Je suis content d'être sur le podium sur ce circuit, parce que c'est une piste où j'ai toujours eu des problèmes et que le week-end avait été difficile. Ce n'était pas facile d'apprendre le circuit et de régler la moto avec les conditions météo que nous avons eues. Je n'ai pas fait un très bon départ. J'ai vu que Jorge était l'homme à suivre".

"J'ai réussi à passer Dovizioso, Bautista et Spies et à ensuite rattraper Casey, qui était deuxième. Jorge était cependant déjà parti, j'ai essayé de doubler Casey à deux reprises mais il arrivait à maintenir l'écart et dans la dernière chicane, je voulais essayer de le doubler à nouveau mais je me suis imaginé les deux Repsol Honda au sol et je me suis contenté de la troisième place"...

L'analyse Moto-Net.Com : Bien qu'une troisième place ne puisse satisfaire Dani Pedrosa, elle constitue pourtant son meilleur résultat depuis que le MotoGP a mis le cap sur Silverstone. Huitième lors de la première édition en 2010, puis forfait l'an dernier suite à sa blessure au Mans, le Catalan a en effet des relations tourmentées avec le tracé britannique...

Très critique envers Bridgestone à qui il reproche de saboter la saison du HRC en imposant - de manière "dictatoriale", selon lui - un pneu inadapté au train avant des RC213V officielles, "Pedro" a su mettre sa rancoeur de côté pour progressivement monter en puissance.

Le n°26 en a même surpris plus d'un par son agressivité lors de ses dépassements sur Dovizioso et Spies ! Grâce à ce nouveau podium - son cinquième cette saison -, il marque de gros points et conforte sa troisième place au provisoire à 39 points de Lorenzo. Mais sa première victoire se fait toujours attendre...

Alvaro Bautista, Honda-Gresini (1er en qualifs et 4ème en course) : "Le week-end a été génial et nous avons confirmé les progrès que nous avions faits à Catalunya. Je suis très content de finir aussi près du podium. J'aurais peut-être pu attaquer un peu plus pour jouer la troisième place, mais c'était très risqué. En fin de course je voulais juste les suivre et ne pas faire d'erreur".

"Nous avons marqué beaucoup de points pour le championnat, c'est important pour moi comme pour le team. Hier nous avons eu la pole (lire MNC du 16 juin 2012, NDLR) et aujourd'hui nous terminons à 5 secondes du vainqueur, c'est un week-end très positif et j'espère que nous continuerons comme ça ! Je suis content de notre progression et tout ça arrive grâce au travail de l'équipe. Notre objectif est désormais de continuer comme ça et de rouler plus régulièrement avec les leaders".

L'analyse Moto-Net.Com : Qui aurait parié sur une pole et une incursion dans le Top 4 pour Alvaro Bautista avant le Grand Prix de Grande-Bretagne ? Pas grand monde, avouons-le !

Aidé par les caprices de la météo samedi après-midi, l'Espagnol a tout d'abord bouleversé les pronostiques en signant sa toute première pole position en MotoGP au nez et à la barbe de Lorenzo, Stoner et Pedrosa, auteurs de toutes les pole depuis le GP des Pays-Bas 2011 !

L'exploit est aussi marquant que symbolique puisque c'est le regretté Marco Simoncelli - dont Bautista a justement récupéré le guidon - qui avait remporté la séance qualificative de la course batave l'an dernier... Autant dire que l'émotion était très forte au sein du team Honda-Gresini, qui peine à faire le deuil de Super Sic...

En course, Alvaro Bautista a ensuite remarquablement transformé l'essai : alors que beaucoup pensaient que le n°19 allait rapidement tirer la langue face au rythme imposé par les leaders, le champion du monde 125 cc 2006 a tenu bon au guidon de sa Honda satellite.

Chronométré en 2'03.069 dans son meilleur tour, l'Espagnol ne concède que 0,181 sec au chrono le plus rapide enregistré pendant la course, et seulement 0,089 sec sur celui de Pedrosa sur sa RCV officielle. Vous avez dit compétitif ?

Le plus dur reste cependant à accomplir : maintenir ce niveau de performances lors des prochains Grands Prix, puis franchir l'étape suivante qui mène au podium. En termes de vélocité, le n°19 possède assurément le talent nécessaire. Reste désormais à prouver qu'il a aussi la maturité et l'intelligence de course exigées pour accéder au plus haut niveau de la compétition moto...

Ben Spies, Yamaha Factory (2ème en qualifs et 5ème en course) : "La journée a été mi-figue, mi-raisin. Nous avons pris un bon départ et j'avais un très bon rythme au début. Après les quatre ou cinq premiers tours, j'ai eu un gros problème avec le pneu arrière et j'ai perdu mon rythme".

"Après j'ai simplement essayé de limiter les dégâts. Cette cinquième place est notre meilleur résultat depuis le début de la saison. La moto avait un très bon potentiel aujourd'hui et nous aurions pu nous battre pour le podium ou avec Jorge pour la victoire".

L'analyse Moto-Net.Com : Dans le rythme de son vainqueur de coéquipier en début de course (2'02.909), Ben Spies a temporairement mené le Grand Prix avec une aisance qui lui fait défaut depuis le début de la saison. L'Américain a semble-t-il renoué avec la confiance perdue au guidon de sa M1, même si sa belle échappée a finalement été de courte durée...

Trahi par son pneu arrière, le n°11 est rapidement rentré dans le rang et s'est ensuite retrouvé aux prises d'un trio déchaîné : Pedrosa, Bautista et Dovizioso ! Cinquième, Spies signe la meilleure performance d'une saison jusque-là marquée par un manque flagrant de compétitivité.

Classé onzième et dernier pilote officiel au provisoire, le champion du monde Superbike 2009 n'est pas encore revenu à son meilleur niveau, comme en attestent les 11,531 secondes séparant sa Yamaha de celle de son chef de file à l'arrivée...

Cal Crutchlow, Yamaha-Tech3 (absent en qualifs et 6ème en course) : "Je ne suis pas prêt d'oublier ce week-end ! La journée d'hier avait été un désastre suite à ma chute et je pensais vraiment que j'allais encore manquer ma course nationale. La Clinica Mobile et le staff médical de Silverstone ont cependant fait un excellent travail et je leur suis très reconnaissant pour avoir pu prendre le départ de mon GP national. Je n'imaginais pas que je pouvais finir sixième parce c'est un résultat qui est normalement difficile à obtenir quand on part de la troisième ligne, alors en partant dernier... Quand je suis passé devant Bradl, je voyais que Nicky était loin devant moi mais j'ai continué à attaquer pour voir où ça allait me mener. Je suis très content de mes chronos, j'étais aussi rapide que les pilotes qui ont fini sur le podium malgré une cheville fracturée. Je ne peux pas m'empêcher de penser que sans la chute de samedi, j'aurais pu être sur le podium du Grand Prix de Grande-Bretagne".

"Je ne vais pas me plaindre parce que je finis quand même sixième et je tiens à remercier mon équipe chez Monster Yamaha Tech3, qui m'avait préparé un set-up parfait. Merci aussi à tous les fans qui sont venus nous soutenir et qui ont été incroyables. Samedi matin, quand j'étais par terre dans les graviers, je pensais qu'ils allaient encore me voir manquer ma course nationale. Ils m'ont beaucoup aidé et j'espère qu'ils sont fiers de moi".

L'analyse Moto-Net.Com : On savait Cal Crutchlow talentueux, on l'a découvert dur au mal ! Présent sur la grille de départ malgré sa fracture à la cheville gauche, le pilote Tech3 a été tout simplement héroïque devant les siens.

Parti dernier, le n°35 n'a fait qu'une bouchée des CRT et des derniers pilotes prototypes : en quelques tours seulement, il pointait dans le Top 10 ! Presque aussi incisif et rapide que s'il courait sans blessure, le tenace pilote britannique n'a rien lâché jusqu'au dernier tour où il s'est "offert" Nicky Hayden sous les acclamations d'un public acquis à sa cause !

Nicky Hayden, Ducati (7ème en qualifs et 7ème en course) : "Nous avions un pneu dur à l'arrière pour le tour de formation mais en voyant les nuages, nous avons changé d'avis et nous avons opté pour un tendre sur la grille. Tous les autres avaient aussi mis le pneu tendre mais nous savions que la moto usait beaucoup les pneus ici".

"J'ai pris un super départ et le début de la course a été excellent. J'ai tout fait pour m'accrocher aussi longtemps que possible, je me suis fait plaisir et j'ai appris des choses. Le grip s'est ensuite détérioré, ce qui a accentué le chattering. Je ne pouvais pas accélérer autant que je le voulais avant la ligne droite, j'avais aussi un problème électronique dans un des virages et ça m'a fait perdre un peu de temps".

"Crutchlow m'a doublé dans le dernier tour, c'est frustrant. D'un autre côté, je n'avais jamais été aussi proche du vainqueur et du meilleur tour cette année. Nous devons trouver une solution pour que la moto use moins le pneu arrière, mais nous avons de vrais points positifs à tirer de cette course"

L'analyse Moto-Net.Com : Très à l'aise à Silverstone, Nicky Hayden a redonné le moral aux troupes Ducati. Quatrième chrono en course (2'02.922, à seulement 0,034 sec du meilleur tour), le n°69 a prouvé que la Desmosedici GP12 pouvait aller vite autrement que sur piste mouillée !

Auteur d'un début de course enthousiasmant, le champion du monde 2006 est resté "collé aux basques" des leaders un bon moment, avant de devoir rendre la main suite à une perte de grip à l'arrière et un nouveau problème électronique qui lui ont causé des sueurs froides.

La prestation de Hayden peut donc être qualifiée de satisfaisante, même s'il termine à plus de 15 secondes du vainqueur et derrière Cal Crutchlow qui partait de la dernière place avec une fracture à la cheville ! Le Kentucky Kid réalise la meilleure performance Ducati du week-end, loin devant son chef de file Valentino Rossi qui accuse 36,138 sec de retard à l'arrivée.

Valentino Rossi, Ducati (10ème en qualifs et 9ème en course) : "Le week-end a été difficile en dehors de la première séance qui avait eu lieu sur piste mouillée et durant laquelle nous avions été très forts. Nous avons eu beaucoup de mal sur le sec, hormis ce matin pour le warm up. Je n'arrivais pas à suivre le rythme des autres en début de course".

"J'ai essayé de rester avec eux mais j'avais du chattering dans les virages et j'ai failli perdre le contrôle à deux reprises. Au bout de quelques tours, le pneu arrière s'est mis à glisser et il y a un échappement qui a cassé. Ça ne me gênait pas trop mais ça m'a fait perdre un peu de puissance sur la ligne droite. Nous avons marqué quelques points mais Silverstone est clairement la piste la plus compliquée pour moi. La "vraie" Ducati aujourd'hui était celle de Nicky, qui n'était pas loin du podium et qui avait plus ou moins le niveau que nous avions à Barcelone".

"Maintenant nous devons essayer de comprendre pourquoi je n'ai pas pu rouler aussi bien que lors du warm up et essayer d'être plus compétitifs pour la prochaine course à Assen. C'est une piste que j'aime beaucoup et où je voudrais retrouver le niveau que nous avions à Estoril, au Mans et à Barcelone".

L'analyse Moto-Net.Com : Transparent... Le qualificatif semble a priori impossible à associer à un pilote de la trempe de Valentino Rossi, mais c'est pourtant le plus approprié pour décrire sa prestation à Silverstone.

Jamais dans le coup sur le sec, le Docteur a temporairement fait illusion sur piste mouillée vendredi matin avant de rentrer dans le rang. En qualifications, la Ducati n°46 se fait mettre 2,113 secondes dans la vue par la Honda de Bautista ! Et pourtant, ce n'est pas faute d'essayer : Rossi est parti deux fois à la faute, dont une fois assez lourdement, en tentant de forcer le train avant de la capricieuse Ducati.

Malgré ses efforts et les capacités de son équipe, "Vale" n'y arrive toujours pas avec cette satanée Desmosedici qui continue à le rendre chèvre course après course depuis déjà 24 Grands Prix...

Une fois de plus battu par son coéquipier, Valentino Rossi tente de garder le sourire en promettant des lendemains meilleurs à partir de Laguna Seca, où le team officiel étrennera un tout nouveau V4. Mais si les changements espérés ne sont pas au rendez-vous, il devient évident qu'il jettera l'éponge et tentera de rebondir avec une Yamaha ou une Honda satellite en 2013...

"Pour l'instant, je ne pense qu'à être compétitif avec Ducati. Mon premier objectif est de rester dans cette équipe pour les années à venir", a-t-il toutefois réaffirmé vendredi soir. Pour le nonuple champion du monde, impossible en effet d'imaginer partir sur un échec.

La star italienne n'a pas souhaité commenter ces allégations, mais la réponse donnée à la question de savoir à quelle date il annoncerait ses intentions pour 2013 parle d'elle-même : "cet été, sûrement après Laguna Seca", a-t-il répondu aux journalistes qui lui demandaient une échéance. "Je pense que vous saurez tout aux alentours de la course de Brno" (les 24, 25 et 26 août , NDLR).

Ce qui signifie qu'il reste deux mois à Ducati pour trouver des solutions satisfaisantes pour l'Italien (et vice-versa), sans quoi le divorce tant redouté pourrait devenir inéluctable...

Randy de Puniet (CRT), ART-Aspar (12ème en qualifs et 12ème en course) : "Je me suis fait battre pas mon coéquipier et je ne peux donc pas être content de ma course. J'ai pris un mauvais départ mais j'ai rapidement réussi à recoller. Au bout de deux tours, j'ai décidé d'attaquer parce que je me sentais bien. Les pneus ont petit à petit perdu en grip. Ma moto bougeait beaucoup, j'arrivais à garder le contrôle mais je ne pouvais pas aligner trois tours d'affilée en restant vraiment constant".

"J'ai souffert du manque de grip à l'arrière et des mouvements de ma moto. J'avais parfois une demi-seconde d'avance mais il revenait à chaque fois. A deux tours de la fin il m'a attaqué et m'a distancé, je suis revenu mais je n'ai jamais été en mesure de le passer. Il avait moins de problèmes que moi au niveau du grip arrière, il avait moins de mouvements et je pense qu'il faudra qu'on travaille dur là-dessus à Assen. Si on arrive à progresser sur ce point, je serai beaucoup plus rapide".

L'analyse Moto-Net.Com : Une nouvelle course à oublier pour l'unique pilote tricolore du plateau MotoGP qui termine à 1'03.443 min du vainqueur, derrière son coéquipier Aleix Espargaro...

Relégué au treizième rang au provisoire, Randy de Puniet peine à concrétiser ses ambitions hivernales : terminer premier pilote "CRT" et taquiner du prototype lorsque l'occasion se présente. Au lieu de cela, le n°14 se fait de plus en plus souvent éclipser par son débutant de coéquipier, dont la cote suit la tendance inverse de celle du Français.

A tel point qu'on peut se demander si Randy n'a pas perdu de sa motivation depuis que Casey Stoner a déclaré au Mans qu'il n'était pas à sa place sur une CRT (lire notamment MNC du 18 mai 2012).

Il est vrai que sur un circuit rapide comme Silverstone, les semi prototypes "Claiming Rule Team" ont encore joué le rôle de faire-valoir : alors que l'écart entre le meilleur tour réalisé par la plus rapide et la plus lente des onze MotoGP d'usine s'élève à 1,505 sec (2'02.888 pour Lorenzo contre 2'04.393 pour Rossi), il grimpe à 2,372 sec pour le premier pilote CRT (2'05.260 pour Randy de Puniet).

Et cet écart atteint carrément 4,850 sec entre le meilleur tour de Lorenzo et celui du dernier pilote CRT (2'07.738 pour Ivan Silva)...

Résultats du Grand Prix MotoGP de Grande-Bretagne 2012

  1. Jorge LORENZO Yamaha
  2. Casey STONER Honda +3.313
  3. Dani PEDROSA Honda +3.599
  4. Alvaro BAUTISTA Honda +5.196
  5. Ben SPIES Yamaha +11.531
  6. Cal CRUTCHLOW Yamaha +15.112
  7. Nicky HAYDEN Ducati +15.527
  8. Stefan BRADL Honda +22.521
  9. Valentino ROSSI Ducati +36.138
  10. Hector BARBERA Ducati +41.328
  11. Aleix ESPARGARO ART +1'03.157
  12. Randy DE PUNIET ART +1'03.443
  13. Michele PIRRO FTR +1'07.290
  14. James ELLISON ART +1'14.782
  15. Yonny HERNANDEZ BQR +1'15.108
  16. Colin EDWARDS Suter +1'29.899
  17. Danilo PETRUCCI Ioda +1'40.302
  18. Ivan SILVA BQR +1'52.099
  19. Andrea DOVIZIOSO Yamaha 1 Tour

Non classé :

  • Mattia PASINI ART 6 Tours

Classement provisoire du championnat MotoGP 2012

  1. Jorge LORENZO 140
  2. Casey STONER 115
  3. Dani PEDROSA 101
  4. Cal CRUTCHLOW 66
  5. Andrea DOVIZIOSO 60
  6. Valentino ROSSI 58
  7. Alvaro BAUTISTA 58
  8. Stefan BRADL 51
  9. Nicky HAYDEN 49
  10. Hector BARBERA 37
  11. Ben SPIES 35
  12. Aleix ESPARGARO 20
  13. Randy DE PUNIET 11
  14. Michele PIRRO 9
  15. James ELLISON 7
  16. Mattia PASINI 6
  17. Karel ABRAHAM 4
  18. Colin EDWARDS 4
  19. Danilo PETRUCCI 4
  20. Yonny HERNANDEZ 4
  21. Ivan SILVA 1

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai XSR700 Xtribute : le P'tit LU de Yamaha

Comme le célèbre Petit Beurre de LU, la XSR700 XTribute est craquante et savoureuse sous son apparence classique. Cette nouvelle moto Yamaha, supposée rendre hommage à la XT500, est également Lu-dique à piloter et Lu-crative pour le constructeur. Essai MNC.
Roadster 6 commentaires
Essai MP3 300 HPE : le scooter trois-roues compact de Piaggio

Piaggio remplace son Yourban 300 en 2019 : plus cossu que son prédécesseur et plus compact que les MP3 350 et 500 lancés l'an dernier mais toujours accessible aux permis B (auto), le nouveau MP3 300 HPE cible les scootéristes urbains. Moto-Net.Com l'a rapidement testé... Essai.
Essai Ténéré 700 : Yamaha décroche la dune

Et si la catégorie des trails revenait à l'essentiel après s'être progressivement enlisée dans un confort bourgeois ? Et si la simplicité et l'esprit d'aventure reprenaient le pas sur la puissance et la sophistication des onéreux maxi-trails ? Yamaha y croit fermement en lançant sur cette piste sa nouvelle Ténéré 700 ! Essai complet sur les magnifiques chemins et les routes escapées de Tortosa (Espagne).
Trail 13 commentaires
Duel Honda CB650R Vs Yamaha MT-07 : roadster chic contre roadster choc

Dépasser une référence nécessite soit de lui faire les freins, soit d'emprunter une autre trajectoire particulièrement inspirée. C'est l'alternative tentée par l'élégante Honda CB650R pour bousculer la turbulente Yamaha MT-07, numéro un des ventes moto en France... Essai transformé ? Duel MNC !
Tous les Duels 11 commentaires

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Les pilotes s'expriment sur le crash provoqué par Lorenzo en Catalogne

Marc Marquez, l'homme à battre et Jorge Lorenzo, l'homme à abattre ? Les deux pilotes officiels Honda ont marqué le GP de Catalogne 2019, le premier en remportant sa quatrième victoire de la saison et le deuxième pour avoir envoyé au tapis Dovizioso, Rossi et Viñales dès le deuxième tour... Réactions et analyse.
Analyses 7 commentaires
Compte rendu et résultats du GP de Catalogne 2019 (Marquez vainqueur)

Marc Marquez remporte son quatrième succès de la saison MotoGP 2019 après un Grand Prix de Catalogne mené en solitaire après le "strike" réalisé dans les premiers tours par son coéquipier Lorenzo sur la Ducati de Dovizioso et les Yamaha de Rossi et Viñales. L'officiel Honda s'échappe au championnat, tandis que Fabio Quartararo signe son premier podium ! Résumé et classements.
Course 37 commentaires
Petrucci favorise son maintien chez Ducati avec son podium en Catalogne

Au terme d'un Grand Prix de Catalogne âprement disputé contre Rins et Quartararo, Petrucci termine pour la troisième fois consécutive sur le podium MotoGP, du jamais vu depuis ses débuts en 2012. De quoi lui permettre de conserver son guidon officiel chez Ducati ?
Fabio Quartararo s'offre son premier podium MotoGP !

Qualifié en pole position du GP de Catalogne MotoGP 2019 après d'excellents essais, Fabio Quartararo (Yamaha satellite n°20) s'offre son premier podium en catégorie reine sur le circuit de Barcelone  où il s'était imposé l'an dernier en Moto2. Débriefing.
Johann Zarco signe son premier top 10 sur la KTM

Profitant de la chute de plusieurs pilotes devant lui, Johann Zarco signe au GP de Catalogne MotoGP 2019 son meilleur résultat au guidon de la KTM et espère faire encore progresser la RC16 grâce aux tests d'aujourd'hui. Débriefing.
Analyses 4 commentaires
Yamaha dévoilera la nouvelle Tracer 700 2020 au salon de Milan

La Yamaha Tracer 700, trail routier sur base de la MT-07 lancé en 2016, va évoluer sur le plan esthétique et améliorer son agrément général, selon les informations collectées par Moto-Net.Com. Ce modèle 2020 sera présenté cet automne à l'EICMA de Milan (Italie).
Routière 1 commentaire
Yamaha dévoilera la nouvelle Tracer 700 2020 au salon de Milan

La Yamaha Tracer 700, trail routier sur base de la MT-07 lancé en 2016, va évoluer sur le plan esthétique et améliorer son agrément général, selon les informations collectées par Moto-Net.Com. Ce modèle 2020 sera présenté cet automne à l'EICMA de Milan (Italie).
Routière 1 commentaire

Abonnement MNC Premium


En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Calendrier MotoGP 2019

Intersaison : Tests MotoGP
10 mars : GP du Qatar
31 mars : GP d'Argentine
14 avril : GP des Amériques
5 mai : GP d'Espagne
19 mai : GP de France
2 juin : GP d'Italie
16 juin : GP de Catalogne
30 juin : GP des Pays-Bas
7 juillet : GP d'Allemagne
4 août : GP de République tchèque
12 août : GP d'Autriche
25 août : GP de Grande-Bretagne
15 septembre : GP de San-Marin
22 septembre : GP d'Aragón
6 octobre : GP de Thaïlande
20 octobre : GP du Japon
27 octobre : GP d'Australie
3 novembre : GP de Malaisie
17 novembre : GP de Valence

SAISON 2019   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...