• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
ALCANIZ - ROSSI S'EXPLIQUE
Paris, le 25 septembre 2017

GP d'Aragon MotoGP - Rossi (5ème) : "Je suis assez fier"

GP d'Aragon MotoGP - Rossi (5ème) : Je suis assez fier

Trois semaines après s'être fracturé la jambe droite, Valentino Rossi termine le Grand Prix d'Aragon MotoGP 2017 à la cinquième place, dans le sillage de Maverick Viñales et à moins de six secondes de Marc Márquez ! Bien qu'il cède la quatrième place au provisoire à Dani Pedrosa, le courageux pilote officiel Yamaha s'estime fier de son week-end... Forza Vale ! Déclarations et analyse MNC.

Imprimer

Valentino Rossi, Yamaha-Movistar (3ème en qualifs et 5ème en course) : "Je suis assez fier, car il y a une semaine je ne savais toujours pas si j’allais pouvoir rouler. Mais nous avons bien travaillé et nous avons fait le bon choix. Nous avons également pris quelques risques. Je ne voulais pas manquer une autre course, car plus vous êtes absent, plus cela prend du temps de retrouver son niveau. Le bilan du week-end est plutôt bon car je me sentais à l’aise sur la moto".

"J’avais évidemment quelques douleurs, mais j’ai pu rouler convenablement. Etre parvenu à se qualifier en première ligne samedi était déjà génial, mais je savais que la course allait être plus délicate. J’ai malgré tout pris un départ correct et j’ai pu me battre pour la victoire face à Lorenzo et Marquez. Passé la mi-course, je savais que j’allais souffrir davantage et fatiguer, mais ce fut une bonne bagarre. 

 

"Sincèrement, je ne m’attendais pas à terminer dans le Top 5. Nous avons désormais deux semaines devant nous pour travailler et arriver à Motegi en pleine forme. On aura ensuite trois courses d'affilée, ce sera très difficile pour ma jambe donc je veux essayer d'arriver au Japon peut-être pas à 100%, mais quand même en forme".

L'analyse Moto-Net.Com : 23 jours. Moins de trois semaines seulement après sa fracture tibia-péroné suite à une chute en moto d'enduro, Valentino Rossi décroche la cinquième place du Grand Prix d'Aragon 2017 dont il fut même l'un des protagonistes pour la victoire pendant le premier tiers de la course, en partant d'une inéspérée troisième place ! 

Certes, Valentino Rossi n'est pas le premier à reprendre le guidon très peu de temps après une grosse blessure : son ancien coéquipier, Jorge Lorenzo, était par exemple revenu en piste au GP des Pays-Bas 2013 moins de 30 heures après avoir été opéré d'une fracture de l'épaule ! Mais Lorenzo avait à l'époque 26 ans quand Rossi en accuse douze de plus : une décennie qui n'est pas neutre dans la rapidité du processus de guérison.

 

Le majorquin est donc particulièrement bien placé pour mesurer le courage du nonuple champion du monde, dont il n'avait pas anticipé le retour si tôt : comme beaucoup, Lorenzo n'imaginait pas revoir le n°46 avant le début de la tournée d'outre-mer au Japon, Yamaha ayant même désigné Michael van der Marck pour le remplacer.

"Je ne m'y attendais pas parce qu'il est assez loin de la première place du championnat", expliquait Lorenzo avant le GP d'Aragon, en faisant référence aux 42 points de retard de Rossi. "Il n'a pas encore perdu le championnat, mais ce sera très difficile de récupérer autant de points, surtout avec sa blessure".

"Ses chances ne sont pas très élevées, mais elles ne sont pas nulles", pronostiquait le pilote Ducati, troisième en Aragon après avoir mené pendant 15 tours. "Et Rossi n'est pas stupide", prévenait Lorenzo : "s'il revient sur un circuit qui n'est en général pas le meilleur pour lui, c'est parce qu'il reste cinq courses et que tout peut arriver. En raison du niveau de compétitivité du championnat, les gains et les pertes de points sont  finalement peu élevés chaque week-end".

 

Au final, Valentino Rossi laisse cependant filer 14 points supplémentaires en terminant 5ème sur le Motorland d'Aragon, l'un des trois circuits du calendrier sur lequel l'italien ne s'est jamais imposé. Son retard sur Marc Marquez grimpe ainsi à 56 points, soit plus de deux victoires d'écart alors qu'il ne reste que quatre courses à disputer (Japon, Australie, Malaisie et Valence). A la régulière, ça s'annonce compliqué...

Le risque pris est-il récompensé ?

Au point de se demander si le jeu en valait vraiment la chandelle pour Valentino Rossi, par ailleurs obligé de démentir des rumeurs sur sa blessure en exhibant son genou blessé ? N'aurait-il pas été plus raisonnable de laisser ce brave Van der Marck réaliser sa première pige en MotoGP pour soigner au mieux sa double fracture ?

Le bon sens suggère que si, bien sûr... Mais c'était mal connaître le nonuple champion du monde que de penser qu'il allait "lâcher l'affaire" aussi facilement : non seulement Rossi a du panache à revendre, mais aussi de la suite dans les idées. Pas question de prendre le risque de voir une infime possibilité d'être titré lui filer sous le casque. Tant que le drapeau à damiers n'est pas levé, la compétition n'est pas terminée ! 

 

Rappelons que l'italien a perdu son premier titre MotoGP en 2006 pour 5 petits points : il en connaît un rayon sur le caractère imprévisible d'une course au titre ! D'autant que si Marquez domine, c'est en prenant énormément de risques : l'officiel Honda part régulièrement au tapis en essais (encore deux chutes ce week-end !), jusqu'ici sans se blesser. Mais dépasser les limites de la sorte est dangereux : Rossi et ses autres rivaux en sont conscients.

Valentino Rossi a toutefois admis qu'il devait revoir son mode d'entraînement, quitte à exclure les séances d'enduro : "l'enduro ne faisait pourtant pas partie de ma "liste noire" à éviter en cours de saison, à l'inverse de la motocross sur laquelle nous sommes nombreux à nous être blessés".

 

Le Docteur, qui s'est blessé durant une course régionale à laquelle il participe chaque année avec des amis, va-t-il aussi mettre un terme à ses régulières séances de flat track sur terre battue dans son ranch ? Pas sûr, car le nonuple champion du monde défend mordicus l'idée qu'un pilote moto doit s'entraîner à moto aussi souvent que possible pour progresser !

Et ce n'est pas son coéquipier Maverick Viñales, contraint de sortir la très grosse attaque pour lui subtiliser la quatrième place, qui viendra remettre en cause les prescriptions de ce sacré Docteur...

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 5 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2022

Plateau : Les pilotes et leurs motos 2022

GP de France moto MNC Premium : Invitation GP de France (épuisé)

Courses 2022

GP moto du Qatar 6 mars : GP du Qatar
GP moto d'Indonésie 20 mars : GP d'Indonésie
GP moto d'Argentine  3 avril : GP d'Argentine
GP moto des Amériques 10 avril :  GP des Amériques
GP moto du Portugal 24 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 1er mai : GP d'Espagne
GP de France moto 15 mai : GP de France
GP moto d'Italie 29 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 5 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 19 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 26 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande10 juillet : GP de Finlande
GP moto de Grande-Bretagne 7 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Autriche 21 août : GP d'Autriche
GP moto de San Marin 4 septembre : GP de San-Marin
GP moto d'Aragon 18 septembre : GP d'Aragón
GP moto du Japon 25 septembre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande 2 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie 16 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie 23 octobre : GP de Malaisie
GP moto de Valence 6 novembre : GP de Valence


SAISON 2022   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...