• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 28 février 2013

Essai Suzuki Burgman 650 2013 : service maximum !

Essai Suzuki Burgman 650 2013 : service maximum !

Lancé en 2002, le Burgman 650 a traversé la dernière décennie en devenant la limousine des maxi-scooters. En réponse à l'arrivée de sérieux concurrents, Suzuki a pertinemment accentué ses forces et gommé certaines de ses faiblesses. Pari réussi ? Essai.

Imprimer

Un maxi-scooter vraiment maxi !

"Ho-hisse" ! Premier constat en débéquillant le nouveau Burgman 650 de sa centrale de série, puis en le manoeuvrant à l'arrêt : la première refonte accordée par Suzuki sur le fer de lance de sa gamme scooter ne profite guère à son embonpoint (lire notamment notre Duel face au Honda 600 Silverwing du 23 février 2009).

Avec 277 kg tous pleins faits pour le Burgman 650 Executive (avec selle et poignées chauffantes et dosseret passager de série) et 275 kg pour la version standard (Genuine), le maxi-scooter GT du blason d'Hamamatsu reste un "poids lourd" de la catégorie. Un jugement confirmé par son aspect imposant : long de 2265 mm, il n'occupe que 430 mm de moins sur une place de parking qu'une Smart Fortwo Coupé, la "micro voiture" du groupe Daimler !

Heureusement que l'excellent système de rétroviseurs escamotables (d'une pression prolongée au commodo gauche) est reconduit : avec la largeur totale (810 mm) et le volume "automobilesque" de ses très efficaces rétros, cela facilite les remontées de files ou les stationnements dans les endroits étroits. Bonne nouvelle : ce dispositif est désormais installé de série sur le Burgman 650 Genuine, tout comme l'ABS et le pare-brise réglable électriquement.

Même si son excellent équilibre et son centre de gravité placé très bas concourent à faire oublier rapidement ses rondeurs, le fait qu'il n'ait pas perdu un gramme s'avère un peu étonnant : selon Suzuki, le lifting accordé à la partie arrière (moins large de 25 mm) aurait pourtant permis d'alléger la boucle via la suppression de renforts du châssis en acier. De surcroît, la nouvelle centrale ABS développée par Bosch pèserait "55% de moins", assurent les ingénieurs japonais.

"Oui, mais le poids gagné sur ces points est malheureusement compensé au niveau de l'échappement. Nous l'avons totalement redessiné - à l'extérieur comme à l'intérieur - pour qu'il réponde aux normes anti-pollution les plus sévères, et cela se traduit par du poids supplémentaire", nous répond Etusji Kato, le "Senior Advisor" de la division moteur chez Suzuki Moto. De fait, le catalyseur de ce silencieux recouvert d'un élégant cache chromé est plus long de 20 mm.

En parlant d'élégance, le lifting dont bénéficie le Burgman 650 lui donne un coup de jeune bienvenu : l'avant et l'arrière gagnent en fluidité grâce à des lignes plus tendues. Les phares redessinés apportent eux aussi une touche de modernité, que Suzuki aurait peut-être pu pousser plus avant pour marquer la scission avec le précédent modèle.

Sur le plan technique, le Burgman 650 reconduit quasi telles quelles ses principales caractéristiques : le bicylindre en ligne de 638 cc développe exactement les mêmes valeurs de puissance et de couple (55 ch et 62 Nm), mais se révélerait plus sobre de "15% en mode automatique Drive" grâce à l'emploi d'injecteurs plus efficaces et d'un diamètre inférieur, de ressorts de soupapes au tarage plus souple et de nouveaux segments sur ses deux pistons.

CVT : la boîte noire...

Depuis sa sortie en 2002, le Burgman 650 n'a guère reçu de critique concernant sa fiabilité, à l'exception de sa transmission à variation continue CVT qui propose trois modes de conduite : deux automatiques (Drive et Power) et une fonction avec passage manuel de cinq "rapports". Concrètement, cette transmission par courroie fait varier l'écartement des flasques de son variateur en fonction des modes ou "vitesses" engagés, ce qui donne l'impression que le rapport de transmission final change (comme sur l'Aprilia Mana). En passant du mode "Drive" (enclenché par défaut au démarrage) au mode "Power" par exemple, le régime moteur augmente d'environ 1500 tr/mn à vitesse égale : les reprises y gagnent "automatiquement" en vivacité. Hélas, ce CVT a rapidement présenté des signes de faiblesses : dans certains cas, la transmission a dû être remplacée suite au bris d'une vis de butée située sur un roulement. Suzuki a rectifié le tir en renforçant la pièce incriminée et le dispositif serait désormais 100% fiable. "Le fait que Suzuki propose une extension de garantie de deux ans (pour 392 €, NDLR) sur le Burgman 2013 tend d'ailleurs à prouver qu'ils sont totalement sûr de la fiabilité du système", nous précise un membre de l'équipe technique de Suzuki France.

De même, la réduction des frottements au niveau des disques d'embrayage (-35% de frictions grâce à un nouveau matériau de surface) et de la transmission finale par pignons participerait à réduire la consommation. Hélas, ce progrès annoncé n'a pas pu être vérifié, faute de pouvoir faire la plein pendant l'essai. A titre indicatif, les consos moyennes indiquées au tableau de bord après 225 km parcourus à bon rythme variaient de 5,6 l à 6,5 l/km selon les essayeurs.

Enfin, la transmission à variation continue "CVT" a elle aussi fait l'objet d'une remise à niveau visant essentiellement à adoucir son fonctionnement en mode automatique (lire notamment l'encadré ci-contre).

Grâce à une baisse du régime moteur à basse vitesse et à un nouveau paramétrage de l'injection, Suzuki a cherché à réduire - voire éliminer - les à-coups ressentis sur le précédent modèle, notamment lors de fortes relances ou décélérations. Et les efforts déployés par les motoristes sont immédiatement perceptibles : l'accélération est plus aisément dosable et les phases d'accélération / décélération sont parfaitement transparentes.

A la coupure des gaz en dessous de 20 km/h, le phénomène de roue libre ressenti lorsque le variateur "décroche" se montre lui aussi beaucoup moins prononcé. A l'approche d'une intersection, le nouveau Burgman 650 fait preuve de plus de souplesse, car sa gestion du frein moteur est bien plus finement maîtrisée : un véritable plus au niveau de l'agrément de conduite.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle Executive (selle et poignées chauffantes + dosseret passager) avec 860 km au compteur
  • Parcours : 225 km dans Rome (Italie) et ses alentours
  • Météo : temps ensoleillé et sec, de 6 à 17°C
  • Pneus : Bridgestone TH01
  • Conso moyenne : non mesurée
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS SUZUKI BURGMAN 650

  • Transmission plus douce
  • Confort général et niveau d'équipements
  • Comportement routier

POINTS FAIBLES SUZUKI BURGMAN 650

  • Poids
  • Intérêt et agrément du CVT en manuel
  • Évolution stylistique et technologique timide
Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !