• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Circuit de Valence (Espagne), le 16 janvier 2013

Essai MV Agusta F4 2013 : le prestige des sens

Essai MV Agusta F4 2013 : le prestige des sens

Avec sa F4, MV Agusta proposait jusqu'ici l'une des plus belles motos sportives du marché. En 2013, le constructeur italien tente de réunir beauté et efficacité : la Super(be)bike de Varese gagne tant en performances qu'en sophistication... Essai.

Imprimer

Bella meccanica !

Débutée en septembre 1997 avec un moteur de 750 cc, la saga MV Agusta F4 a traversé presque une décennie et demie en se contentant de monter en cylindrée et en multipliant les déclinaisons (Oro, Senna, CC, 312RR, etc.) avant de subir sa première véritable mutation en 2009 (lire MNC du 14 novembre 2009).

Grâce à un subtil dosage entre modernisme et tradition, le constructeur italien réussit alors le tour de force de conserver toute la puissance du coup de crayon originel de Massimo Tamburini, à l'image des quatre superbes sorties d'échappement aux formes désormais carrées. ""Ouf", soupiraient les adorateurs de la belle italienne !

Trois ans plus tard, MV Agusta surprend en dévoilant au Salon de la moto de Milan ce qui est annoncé comme une "nouvelle F4", une nouveauté déclinée en trois versions distinctes : la F4 "standard", la "milieu" de gamme F4R et la (très !) haut de gamme F4RR (lire notre Présentation MNC du 13 novembre 2013).

D'apparence, l'Hypersport n'a quasiment pas changé et seul un oeil expert notera que les sorties d'échappement sous la selle ont été redimensionnées et que les entrées d'air forcées sont subtilement redessinées, tout comme les jolis feux arrière. Soyons francs : personne ne regrettera que sa plastique n'ait pas été plus retouchée, tant la F4 s'inscrit au panthéon des beautés motocyclistes !

Car il convient de rendre à César ce qui appartient aux Italiens : sur le plan du design, les constructeurs transalpins n'ont de leçons à recevoir de personne, et la F4 ne fait pas exception ! Cette MV Agusta caractérise même à elle seule tout le génie créatif italien, un mélange inspiré de raffinement et de sportivité que Ducati a aussi su remettre au gout du jour avec la 1199 Panigale.

Bref, inutile de tourner autour du (quadruple !) pot : la F4 2013 est irrésistiblement séduisante. De sa tête de fourche où deux rangées de leds bleutées surlignent son optique oblongue à sa coque arrière façonnée comme une ogive, en passant par sa ligne ramassée et comme tracée d'un seul trait, c'est un véritable sans-faute esthétique.

Pour ne rien gâcher, la qualité de réalisation ne souffre d'aucun défaut : la F4 n'est pas juste "belle de loin", elle l'est aussi dans ses plus infimes détails. Un très fort sentiment de qualité se dégage de son splendide monobras, de son cadre treillis tubulaire relié à des platines aux soudures irréprochables ou encore de son té supérieur tout simplement sublime.

Le revêtement aux coutures surpiquées rouges de sa selle haut perchée (830 mm) produit de surcroit son petit effet "racing", tout comme ses vis de carénage quart de tours de type Zeus et ses très beaux repose-pieds réglables en inclinaison.

Et le ramage de la F4 est à la hauteur de son ravissant plumage : la qualité de ses périphériques est en phase avec son statut d'icône. Une fourche Marzocchi sur la F4 "standard" et F4R, du "full" Öhlins électronique sur la F4RR, des étriers radiaux Brembo (monoblocs sur la RR), des Pirelli Diablo Supercorsa SP presque aussi lisses que des pneus de MotoGP : la MV Agusta donne des ampoules aux yeux à force de détailler ses belles pièces (voir tous les détails dans notre Point technique en pages suivantes).

Malgré ce positionnement sportif, le quotidien n'est pas complètement négligé. En témoignent cette jolie protection en métal brossé installée sur le monobras pour éviter de le rayer, l'instrumentation commandée au guidon, les valves de jantes coudées, les leviers réglables et la présence de warning. Certes, il faut lâcher le guidon pour actionner ces feux de détresse via l'interrupteur situé en bas à gauche du tableau de bord, mais l'intention est là !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Motos d'origine avec entre 600 et 1400 km
  • Parcours : 3 sessions de 20 min sur la piste de Valence (Espagne)
  • Pneus : Pirelli Diablo Supercorsa SP
  • Météo : couvert, venteux et plutôt froid (env. 12°C)
  • Conso moyenne : non mesurée
  • Problèmes rencontrés : mauvais contact au niveau de la clé sur trois motos, faux points morts lors de rétrogradages à pleine charge

POINTS FORTS MV AGUSTA F4 2013

  • Ligne somptueuse et finition à l'avenant
  • Moteur sensationnel
  • Rapport qualité-performances-prix (modèle standard)
  • Package électronique ultra-complet

POINTS FAIBLES MV AGUSTA F4 2013

  • Électronique perfectible (feeling gaz et shifter)
  • Différences de comportement entre les motos testées
  • Navigation instrumentation peu intuitive
  • Prix de la F4RR (celui de l'exception ?)
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.