• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
San Francisco (USA), le 19 octobre 2012

Essai Kawasaki ZX-6R 636 2013 : une Supersport Karrément super !

Essai Kawasaki ZX-6R 636 2013 : une Supersport Karrément super !

Prenez une Kawasaki ZX-6R et portez sa cylindrée à 636 cc pour booster ses mi-régimes. Greffez-y une électronique de pointe et des suspensions moins fermes : vous obtenez la ZX-6R 636 2013, une Supersport fréquentable au quotidien. Essai piste et route.

Imprimer

Pousse-toi, ''Ninja-rrive'' sur la route !

Sur route justement, le surcroît de couple de la ZX-6R 636 prend encore plus d'importance : moins pointu que celui de la ZX-6R de 599 cc grâce à sa course plus élevée, le moteur de la "636" est aussi un peu plus linéaire dans les très hauts régimes. Une caractéristique recherchée par Kawasaki qui a volontairement lissé la distribution de la puissance pour faciliter son exploitation au quotidien.

Et le résultat est plutôt probant : le bloc offre suffisamment de consistance pour ressortir d'une agglomération sur le quatrième rapport sans avoir l'impression qu'il manque soudainement d'air à la remise des gaz ! Certes, un bi ou un triple se montrent plus expressifs dans ces conditions, mais la réponse du moteur n'en reste pas moins convaincante compte tenu de son architecture et de sa cylindrée.

En revanche, les vibrations ressenties à partir de 8000 tr/mn sont nettement moins réjouissantes... Peu perturbant sur circuit, le phénomène est beaucoup plus gênant sur route, surtout qu'il s'étend de l'entrejambe aux repose-pieds en passant par le guidon. Même les miroirs des rétroviseurs n'y échappent pas ! Dommage, car leur format proéminent promettait une rétrovision correcte pour une Supersport...

Testée sur des routes sinueuses à souhait avec ses réglages et son assiette d'origine (sans les cales sur l'amortisseur, donc), la ZX-6R 636 s'y est montrée rassurante et d'une stabilité au dessus de tout soupçon. Logiquement moins alerte que la veille sur circuit - car moins inclinée sur l'avant -, la Ninja demande toutefois plus d'implication qu'une CBR600RR pour basculer en courbes.

Loin d'être un "camion" pour autant, elle se place au doigt et l'oeil, bien aidée par sa fourche au comportement décidément réjouissant en toutes circonstances. L'arrière n'est pas en reste et avale les creux et les bosses avec une progressivité et une efficacité rarement observées sur une moto de cette catégorie. Si la selle était plus moelleuse et que les jambes n'étaient pas aussi repliées, la ZX-6R 636 2013 pourrait presque être qualifiée de confortable !

D'autant qu'elle bénéficie d'un ensemble "embrayage-boîte de vitesse" d'une grande douceur et que son frein arrière se montre suffisamment dosable et puissant pour corriger efficacement une trajectoire. Mais une Supersport reste une Supersport, en témoigne aussi le faible niveau de protection procuré par la bulle teintée et l'absence d'aspects pratiques comme des warnings, des valves coudées ou un réglage de d'écartement du levier d'embrayage (le levier droit, lui, propose cinq positions).

De même, les designers Kawasaki auraient peut-être pu aller encore plus loin dans le concept "sport-route" en installant par exemple des poignées passagers sous forme d'encoches dans la coque arrière - comme sur la Z1000 - et en choisissant des repose-pieds à hauteur variable, à l'instar des GSX-R et de la RC8R.

Verdict : la voie à suivre ?

Pour lutter contre l'érosion progressive des ventes de motos sportives (plus de 50% de moins en France entre le début des années 2000 et aujourd'hui), les constructeurs n'ont pas réellement beaucoup de pistes (sic !) à leur disposition...

Les concurrentes de la ZX-6R 636

  • Honda CBR600RR : 4-cyl. en ligne, 119,8 ch, 66 Nm de couple, 194 kg tous pleins faits - 10 690 €
  • Kawasaki ZX-6R "tout-court" : 4-cyl. en ligne, 599cc, 128 ch, 66,7 Nm de couple, 191 kg tous pleins faits - 11 999 €
  • MV Agusta F3 : 3 cyl. en ligne, 675 cc, 128 ch, 71 Nm de couple, 173 kg à sec - 11 990 € (en Italie !)
  • Suzuki GSX-R 600 : 4 cyl. en ligne, 599cc, 125,7 ch, 69,6 Nm de couple, 187 kg en ordre de marche - 11 999 €
  • Triumph Daytona 675 : 3 cyl. en ligne, 675cc, 125 ch, 72 Nm de couple, 185 kg tous pleins faits - 11 590 €
  • Yamaha YZF-R6 : 4 cyl. en ligne, 599cc, 129 ch, 67,5 Nm de couple, 185 kg tous pleins faits - 12 499 €

L'une d'elles consiste développer des modèles totalement novateurs et à forte image pour tenter de relancer - ou au moins de stabiliser - le marché : c'est la démarche suivie par BMW avec la S1000RR et Ducati avec la 1199 Panigale.

Avec un certain succès, puisque la première s'est écoulée à plus de 25 000 exemplaires dans le monde en seulement trois ans et que la seconde réalise des débuts commerciaux très encourageants malgré un "ticket d'entrée" pour le moins élevé (18 990 € pour une Panigale standard !).

Fidèle à son esprit d'initiative, Kawasaki a choisi une autre voie : tenter d'adapter sa production aux contraintes actuelles (répression routière et âge moyen du motard inversement proportionnel au kilométrage annuel...) en proposant d'un côté une Superport réservée aux purs pistards, et de l'autre une version moins radicale conçue sur le même moule.

Grâce à ses 37 cc supplémentaires et à son accord de suspensions vraiment bien fichu, la ZX-6R 636 modèle 2013 apparaît effectivement comme l'une des alternatives les plus cohérentes sur le segment Supersport.

C'est aussi la plus sophistiquée grâce à son recours massif à l'électronique, qui trouve sa légitimité tant sur circuit que sur route : après tout, un contrôle de traction n'est finalement qu'une sorte d'ABS à l'envers ! Or, l'utilité d'un freinage assisté dans le cadre d'un usage courant n'est plus à démontrer...

Reste l'épineuse question du prix : disponible chez les concessionnaires Kawasaki à partir de mi-novembre, la ZX-6R 636 2013 sera affichée à 12 199 euros sans l'ABS (13 199 € avec), soit 200 euros de plus qu'une ZX-6R 2012 "tout court". Compte tenu des améliorations apportées, de son package électronique et de la qualité de certains périphériques (étriers monoblocs, fourche Showa, etc.), l'affaire est Karrément bonne !

Mais d'un autre côté, des Superbike comme la CBR1000RR ou la GSX-R 1000 sont à peine plus onéreuses que cette "636" équipée de l'ABS, alors que leur forte puissance et leur cylindrée "mythique" peuvent les rendre plus fascinantes pour certains motards sportifs.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèles avec 1200 km au compteur
  • Réglages route : d'origine
  • Réglages circuit :arrière remonté de 4 mm et suspensions durcies
  • Parcours : 5 sessions de 30 min sur circuit et 130 km de routes sinueuses
  • Météo : chaud et sec
  • Pneus : Bridgestone R10 sur circuit et S20 (monte d'origine) sur route
  • Conso moyenne : non mesurée
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS KAWASAKI ZX-6R 636 2013

 
  • Coffre et allonge moteur
  • Contenu technologique probant
  • Excellent compromis des suspensions
 
 
 

POINTS FAIBLES KAWASAKI ZX-6R 636 2013

 
  • Largeur du réservoir (surtout sur piste)
  • Vibrations à partir de 8000 tr/mn
  • Concept pas assez approfondi ?
 
 
 
Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !