• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TEST
Paris, le 10 juillet 2012

Essai de la Brutale 675 : le plan de rigueur de MV Agusta

Essai de la Brutale 675 : le plan de rigueur de MV Agusta

Compacte, ferme, vigoureuse : ces adjectifs définissent bien le petit roadster tout juste sorti de l'usine MV Agusta. C'est d'ailleurs à Varese que le constructeur italien nous a conviés au galop d'essai de sa Brutale 675, ou B3 pour les intimes... Test !

Imprimer

La Brutale 675 à l'attaque !

Même une fois la moto posée sur l'angle, la prise - ou "reprise" ! - du frein avant ravit l'amateur d'arsouille : la fourche et le cadre issu de la Superport réagissent fort bien aux sollicitations même brusques, ce qui permet de poursuivre sa route sans s'écarter de sa trajectoire.

D'une manière générale, le train avant propose une direction à la fois précise et stable. Cramponné au large guidon et serrant fermement le réservoir, le pilote a une rassurante sensation de contrôle... sauf peut-être à l'accélération !

En effet, un léger dévers, une petite bosse ou un vif changement d'angle suffit à faire quitter la roue avant du sol ! Les débutants devront faire attention à ne pas prendre trop vite "la confiance" sous peine de faire une sortie de route ou, au moins, une grosse frayeur.

Le train arrière est exempt de toute faute sur belle route également : la motricité y est excellente et l'on peut ouvrir gaz en grand sans arrière pensée. On profite alors de 63,6 Nm de couple disponibles à partir de 8600 tr/min, puis des 110 chevaux maxi atteints à 12600 tr/min (d'après la brochure commerciale), soit 500 tours avant que n'intervienne le rupteur.

"La B3 possède le même vilebrequin à rotation inversé que la F3 mais dispose de pistons différents, de soupapes en acier (magnésium sur la Supersport), de profils de cames moins agressifs et d'une simple ligne d'injecteurs (double sur la F3)", nous signalent les ingénieurs MV Agusta.

Comme la sportive, le roadster 675 transalpin bénéficie en outre de quatre modes de cartographie. Testé par MNC, le mode "Rain" tempère grandement les ardeurs du Trepistioni à bas et mi-régimes, tandis que le contrôle de traction réglé par défaut au maximum évitera de partir à la faute sur du gras-mouillé.

Les modes "Normal" puis "Sport" permettent de hausser progressivement le ton, le moteur se montrant plus sec lorsque le "S" de sport figure sur le tableau de bord. La différence est surtout sensible dans les tours et les deux modes se montrent aussi convaincants entre 6000 et 8000 tr/min, régimes où MNC a été emballé par les grosses performances du "petit" moulin.

Enfin, un mode "Custom" permet de sélectionner point par point les paramètres de l'injection : il est possible par exemple de mixer la sensibilité du mode Rain et le couple maxi du mode Sport... MV Agusta propose un 675 à la carte, en quelque sorte !

Le 3-cylindres italien mouline sévère

C'est en poussant plus longuement les rapports que l'on sent apparaître au niveau du séant un léger inconfort : la selle et le réservoir grésillent lorsque le régime moteur atteint 5500 tr/min. Sur petite route, la concentration du pilote sur d'autres points plus vitaux permet de passer outre, mais pas sûr qu'il en soit de même sur voie rapide !

Calée sur le 6ème rapport, la Brutale 675 doit monter à 7000 tr/min pour accrocher les 130 km/h (compteur). À régime constant, les vibrations perdent en intensité mais les plus sensibles ne pardonneront pas au moteur de Varese ses vibrations... Les autres remarqueront que toute passion exige des sacrifices.

Un rapide calcul permet de vérifier que la vitesse maximale annoncée par MV Agusta - l'un des derniers, sinon le dernier constructeur à communiquer sur ce sujet brûlant - n'est nullement exagérée : les 225 km/h devraient pouvoir être décrochés sur autoroute allemande ou sur circuit...

Mais c'est en poussant un peu plus les rapports que l'on découvre un second palier à partir duquel le "Trepistoni" se projette droit vers la zone rouge ! À partir de 7000 tr/min, les pistons - dont la course est plus courte que sur le Triple anglais - galopent de plus belle et propulse le pilote de manière vigoureuse.

La sensation d'accélération est accentuée par la tonalité plus rugueuse et rageuse encore du moteur. Clairement, la Brutale 675 pourrait entreprendre une carrière parallèle dans le cinéma en tant que doubleuse des motos - à deux, trois ou quatre-cylindres, le spectateur s'en fout - dans les films d'action !

Le bilan de cet essai de la nouvelle MV Agusta Brutale 675 est donc contrasté : manquant singulièrement de confort, le petit roadster italien mériterait une attention plus soutenue au niveau de la finition de son faisceau électrique.

De même, les Italiens devront faire attention à l'avenir aux tarifs communiqués : la B3 coûtera en France un peu plus de 9000 €, et non 8990. Moins chères que ses frangines "B4", la B3 exige donc "environ" 1400 € de plus que sa plus grande rivale, la Triumph Street Triple standard.

Le prix de l'originalité face à une Britannique que l'on croise aujourd'hui à chaque coin de rue ? Certains acheteurs n'hésiteront pas une seconde pour jouir de cette MV Agusta, une "vraie", à savoir une moto aux lignes intemporelles, au caractère moteur bien trempé et au contenu technologique valorisant (contrôle de traction et modes de cartographie).

MV Agusta n'a pas encore précisément établi le nombre d'exemplaires de sa petite Brutale dévolus au marché français, le troisième après l'Italie et l'Allemagne... Mais "il n'y en aura pas assez pour tout le monde", prévoient seulement les responsables italiens.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

  • Modèle d'origine, 800 km au compteur
  • Parcours : 100 km
  • Routes : petites routes essentiellement
  • Pneus : Pirelli Angel ST
  • Problèmes rencontrés : RAS

POINTS FORTS MV AGUSTA BRUTALE 675

  • Performance et sonorité du Trepistoni
  • Lignes et aura MV Agusta
  • Cartographies et Traction Control (au guidon, en roulant)
  • Prix jamais vu pour une MV Agusta

POINTS FAIBLES MV AGUSTA BRUTALE 675

  • Selle et embrayage trop durs
  • Pas d'ABS, même en option
  • Réseau de concessionnaires diffus
  • Tarif élevé pour un roadster de moyenne cylindrée
Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !