• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
DUEL
Paris, le 10 juillet 2015

Duel Yamaha MT-125 Vs KTM Duke 125 : à couteaux tirés...

Duel Yamaha MT-125 Vs KTM Duke 125 : à couteaux tirés...

Jolie, performante et attractive financièrement, la KTM 125 Duke s'est rapidement hissée dans le top 5 des immatriculations 125 cc. Longtemps sans réelle concurrente, elle doit à présent compter avec une Yamaha MT-125 bien décidée à en découdre... Duel !

Imprimer

Opposition de styles...

Lancée en 2011, la KTM 125 Duke a rapidement trouvé son public (lire notre Essai MNC du 23 mars 2011 : Karrément Trop Mortelle !). Conçue en Autriche mais fabriquée en Inde (chez Bajaj, partenaire de KTM), elle allie un design moderne et agressif à souhait à un châssis de qualité et une performante motorisation de 15 chevaux, le maximum autorisé dans cette catégorie. Son attractivité s'est encore accrue depuis 2013 avec l'adoption d'un ABS désactivable de série, le tout contre la modique somme de 4100 euros.

En position de challenger, la Yamaha MT-125 (lire notre Essai MNC du 10 juin 2014 : Roulez (des mécaniques) jeunesse !) peine pourtant à rivaliser avec la KTM sur le plan tarifaire.

Elle est en effet proposée à 4299 euros sans ABS et 4699 euros avec, soit 599 € de plus ! Un différentiel de prix qui s'explique en partie par la conception même de l'engin, basé sur la sportive YZF-R125 à cadre Deltabox et moteur performant, mais surtout par le fait que cette moto est construite en France dans l'usine Yamaha de Saint-Quentin (02), avec une main d'oeuvre certes qualifiée mais a priori plus coûteuse...

Pour autant, la MT-125 menace d'ores et déjà la Duke sur les six premiers mois 2015, avec 636 immatriculations pour la franco-japonaise contre 506 pour sa rivale austro-indienne !

Opposition de styles

Sur le plan esthétique, la KTM marque assurément des points avec son gabarit cossu et valorisant de grosse moto, son coloris orange à la déco "flashy", ses pièces d'habillage acérées, son joli cadre treillis tubulaire, son silencieux d'échappement compact logé en position basse sous le moteur et son guidon cintre plat aux poignées pourvues de protège-mains façon supermotard.

Du bel ouvrage, avec pour couronner le tout des suspensions "maison" WP flatteuses à l'oeil et un beau phare en deux parties superposées, surmonté d'un petit saut de vent et entouré de jolis clignotants à LEDs.

La MT-125 n'est pas en reste pour ce qui est du gabarit, tout aussi valorisant, mais elle peut sembler un peu moins sexy avec ses longues - et fausses - écopes de prise d'air longeant le réservoir, son silencieux d'échappement très ordinaire et son volumineux habillage de bas moteur.

Même constat au niveau du coloris "Race-Blu" des jantes alliage - par ailleurs jolies -, qui auraient pu rester noires pour plus de sobriété. La ligne générale de la MT-125 demeure toutefois plaisante et équilibrée avec une jolie tête de fourche, un té de fourche supérieur ajouré, un guidon alu à diamètre variable, un revêtement de selle façon Alcantara, un superbe bras oscillant ajouré pour laisser passer la chaîne et un arrière train élancé, avec le feu arrière logé au niveau du passage de roue.

Un style immédiatement identifiable et proche des autres modèles de la gamme "Master of Torque" du constructeur japonais (MT-09, MT-07). Toutes deux disposent d'un petit coffre sous selle avec trousse à outils, sous la place pilote sur la Yamaha et passager sur la KTM. Cette dernière est en revanche la seule à proposer de véritables poignées de maintien passager.

Au niveau des tableaux de bord, KTM et Yamaha font dans le 100% numérique : simple cadran multifonctions pour la Duke et large cadran en trois parties pour la MT-125. On y trouve peu ou prou les mêmes informations, avec notamment une jauge de carburant, des indicateurs de consommation moyenne et instantanée ainsi qu'un shift light signalant les surrégimes.

La KTM prend l'avantage grâce à son indicateur de rapport engagé - pas un gadget sur des motos aussi pointues mécaniquement - et son très pratique rétro-éclairage des boutons sur les commodos.

Sur la Yamaha, un bouton "info" au commodo droit facilite le changement d'affichage au compteur, tandis que l'absence d'un ergot complique le déploiement de la béquille latérale. On note sur l'une et l'autre des lacunes d'équipement, comme l'absence de réglage en écartement des poignées de frein et d'embrayage, ainsi que l'absence d'une commande de warning.

La contenance des réservoirs d'essence des deux motos est proche : 11,5 litres pour la Yamaha et 11 pour la KTM, qui dispose d'un bouchon type aviation monté sur charnière. Le réglage de tension de chaîne est à axe poussé sur les deux.

Prêts ? En selle !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

CONDITIONS ET PARCOURS

 
  • Modèles d'origine
  • Kilométrage au départ : KTM 4600 km, Yamaha 1060 km
  • Pneumatiques :
    • Duke 125 : Continental ContiAttack SM
    • MT-125 : Michelin Pilot Street
  • Parcours : 100 km
  • Routes : réseau secondaire, ville, autoroute
  • Consommations moyennes sur l'essai
    • Duke 125 : 3,3 l/100km
    • MT-125 : 2,5 l/100km
  • Météo : radieuse
  • Problèmes rencontrés : RAS
 
 
 

POINTS FORTS KTM DUKE 125

 
  • Moteur expressif
  • Châssis rigoureux
  • Equipements
 
 
 

POINTS FAIBLES KTM DUKE 125

 
  • Vibrations dès 4000 tr/min
  • Suspensions sèches
  • Selle ferme
 
 
 

POINTS FORTS YAMAHA MT-125

 
  • Agrément moteur
  • Tenue de route
  • Autonomie
 
 
 

POINTS FAIBLES YAMAHA MT-125

 
  • Tarif avec ABS
  • Souplesse fourche
  • Frein avant peu progressif
 
 
 
Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !