• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...

MOTO TOUR 2003
Toulon, le 11 octobre 2003

Dominique Sarron : "je n'étais pas venu pour gagner !"

Dominique Sarron : "je n'étais pas venu pour gagner !"

A son arrivée à Toulon, Dominique Sarron livre à Moto-Net ses impressions sur la folle semaine qu'il vient de vivre. Enchanté d'être arrivé jusqu'au bout, il ne participera toutefois pas à l'édition 2004.

Imprimer

Dès son arrivée à Toulon, Dominique Sarron, vainqueur de l'édition 2003 du Moto Tour, livre à Moto-Net ses impressions sur la folle semaine qu'il vient de vivre. Enchanté d'être arrivé jusqu'au bout, il ne souhaite toutefois pas commencer une nouvelle carrière de courses sur routes et ne participera donc pas au Moto Tour 2004.

Moto-Net : Dominique, quel est ton bilan de cette épreuve ?
Dominique Sarron : je dirais que c’est d’abord un très beau travail des organisateurs, car c’est très difficile d’emmener comme ça 240 concurrents à travers la France ! Il y a eu quelques problèmes et quelques tensions au début, mais je crois que le maximum a été fait pour les résoudre. La situation s’est vraiment débloquée vers le milieu de l’épreuve. On a alors eu une très bonne ambiance, que ce soit avec les organisateurs ou entre les concurrents. Au départ des spéciales, on discutait entre pilotes dans un très bon état d'esprit.

Dominique Sarron au départ de l'épreuve à Paris, le 5 octobre

Moto-Net : sur le plan sportif, beaucoup de concurrents se sont plaints de la prépondérance des épreuves sur circuit. En as-tu tiré un avantage ?
Dominique Sarron : quel avantage ? compte les kilomètres de spéciales sur circuit et sur route, et on en reparle ! De même, ma moto est une R6 du parc presse Yamaha, simplement équipée d’un amortisseur Ohlins. Non, je crois plutôt que ce sont les spécialistes du rallye routier qui se sont mis la pression et qui ont moins bien géré les différentes épreuves. Moi, j’ai passé l’âge de me mettre la pression, je n’ai rien à prouver et d’ailleurs, je n’étais même pas venu pour gagner !

Moto-Net : quel a été le moment décisif de la course ?
Dominique Sarron : c’est d’abord sur les circuits du Mans et d’Issoire où j’ai pu gagner pas mal de temps. La nuit s’est pas trop mal passée, je n’étais pas loin des spécialistes. Mais entre Villefranche-sur-Saône et Alès, je n’étais pas dans mon assiette. En particulier, dans la spéciale du Burzet, je ne sentais pas bien la route et j’ai perdu pas mal de temps. En fait, tout s’est joué hier entre Alès et Toulon, quand dans les deux spéciales routières, je lâche à peine quelques secondes aux spécialistes. Ils ont vu qu’un pistard avec une sportive peut aussi aller vite sur la route, et je crois que psychologiquement ça a été important !

Dominique Sarron à la lutte avec Thierry Rogier sur le circuit d'Alès

A ce moment de l'entretien, on apprend que Vincent Cathala, 3ème ce matin, et Nicholas Ayrton, 5ème, se sont sortis violemment. En particulier Ayrton qui a tiré tout droit au fond d’un ravin suite à une compression sur une bosse. Il est hospitalisé avec au moins un bras et des côtes cassées...

Dominique Sarron : c’est vraiment dommage que l’épreuve finisse comme ça... C’est ce que je te disais : les gars se sont mis la pression inutilement. A la troisième place, Cathala n’avait aucune chance de revenir sur Nuques et son WR 450, vu les spéciales au programme. Il lui suffisait de rentrer à Toulon pour un podium...

Dominique Sarron : je ne participerai pas l'an prochain

Moto-Net : tu reviendras l'an prochain ?
Dominique Sarron : clairement, la réponse est non ! Je ne suis venu sur cette première édition que suite à une promesse faite à Marc Fontan. Maintenant je ne vais pas commencer une nouvelle carrière de course sur route ! Sans compter qu'il y a aussi une prise de risques parfois excessive sur ce genre d’épreuve. Quand tu te retrouves dans la boue avec une R6, tu te demandes vraiment ce que tu fais là !

Moto-Net : tu t'es quand même fait plaisir ?
Dominique Sarron : bien sûr, j'ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer plein de gens et à découvrir des paysages surprenants. C’est aussi une épreuve très dure physiquement, où il faut savoir gérer son effort. C’est donc aussi une grande satisfaction d’arriver au bout !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Ducati Monster 797 : du plus et du moins

La nouvelle Ducati Monster 797, plus abordable et moins délurée, fait une pause dans la course à la performance pour retrouver la substantifique moelle de la famille Mostro (l’appellation originelle) et du moteur à air. Premier essai !
Essai Suzuki V-Strom 1000 XT 2017 : un super coût !

La Suzuki V-Strom 1000, relancée en 2013 après une suspension de carrière en 2008 à cause des normes Euro3, étrenne en 2017 de menus changements pour renforcer sa polyvalence. Très légèrement restylé et équipé d'un ABS sensible à l'angle, le maxi-trail reçoit aussi une nouvelle bulle plus convaincante. Essai de la version XT.
Essai Suzuki V-Strom 650 XT 2017 : en plein dans la mille !

La V-Strom 650, véritable best-seller avec plus 170 000 ventes depuis 2004, profite d’Euro4 pour évoluer techniquement et esthétiquement en 2017 en se calquant sur la V-Strom 1000. Mieux équipé et plus confortable, le trail de moyenne cylindrée Suzuki atteint un rare niveau d’efficacité. Essai de la version baroudeuse XT.
Essai comparatif Kawasaki Z900, Suzuki GSX-S750 et Yamaha MT-09 : Élection du meilleur roadster japonais "maxi-mid-size"

En 2017, Kawasaki muscle encore son best-seller et lance sa Z900 dans les trois pattes de la MT-09, mise à jour par Yamaha. Suzuki reste fidèle à sa cylindrée fétiche "sept-et-demi" avec sa nouvelle GSX-S750. MNC compare ces trois nouveaux roadsters nippons... ni maxi, ni "mid-size" ?

Guide pratique Nouveautés moto 2017 : prix, fiches techniques et dates de disponibilité

  • En savoir plus...

Les derniers articles parus

Les accidents de moto coûteraient deux fois plus cher que les accidents de voiture

La Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (Suva), principal assureur-accidents helvétique, vient de réaliser une analyse du coût des accidents de moto montrant qu'ils reviendraient en moyenne deux fois plus cher que les accidents de voiture.
GP du Qatar MotoGP - Lorenzo : "Je veux rester positif"

La première course de Jorge Lorenzo sur la Ducati au Qatar se termine par une lointaine onzième place, loin de ses ambitions et de celles de sa nouvelle équipe. Le transfuge Yamaha, déjà pas rassuré par les conditions climatiques changeantes, a subi les exigences de sa nouvelle moto en fin de course. Déclarations et analyse.
GP du Qatar MotoGP - Marquez : "Avec le pneu avant dur, j'aurais pu gagner"

Entame laborieuse au Qatar pour le champion MotoGP en titre Marc Marquez, victime d'un changement de pneu avant mal inspiré sur la grille de départ. L'officiel Honda termine déçu par sa quatrième position à 6,7 sec du vainqueur Viñales, mais néanmoins satisfait de marquer des points importants. Déclarations et analyse.
GP du Qatar MotoGP - Zarco : "J'ai saisi ma chance..."

Pendant six tours, la star du Grand Prix du Qatar 2017 était Johann Zarco ! Marquez, Dovizioso, Iannone, Viñales et Rossi n'ont vu que la coque arrière de la Yamaha Tech3 du débutant français, lancé dans une échappée inattendue. Impressionnant, même si le rêve s'est brutalement terminé dans les graviers... Déclarations et analyse.
GP du Qatar MotoGP - Rossi : "On n'abandonne jamais !"

Belle performance de Valentino Rossi hier au Qatar, qui termine sur le podium dès la première course du championnat du monde MotoGP. Déclarations et analyse MNC.
GP du Qatar MotoGP - Dovizioso : "Notre choix pneumatique était le bon"

Andrea Dovizioso est passé tout près de l'exploit pour la course d'ouverture au Qatar grâce à une stratégie pneumatique décalée et au souffle de sa Ducati dans la ligne droite du circuit de Losail. Mais un ultime grain de sable a grippé le nouveau coéquipier de Lorenzo : Maverick Viñales ! Déclarations et analyse MNC.
GP du Qatar MotoGP - Viñales : "Je ne pouvais pas espérer mieux"

Maverick Viñales répond brillamment aux attentes placées sur lui avec sa victoire au Qatar dès sa première course sur la Yamaha officielle. L'espagnol n'a pourtant pas eu la partie facile pendant ce week-end qatari perturbé par les pluies. Déclarations et analyse MNC.
Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.