• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
TERROT RHABILLÉ POUR L'HIVER
Paris, le 17 décembre 2018

Deux entrepreneurs relancent la marque Terrot... mais passent de la moto aux vêtements branchés

Deux entrepreneurs relancent la marque Terrot... mais passent des motos aux vêtements branchés

Frédéric Cervellon et Jean-Paul Chouraqui, deux entrepreneurs français dans le domaine du textile, relancent la célèbre marque dijonnaise Terrot, premier constructeur de motos françaises en 1928. Pour fabriquer des deux-roues néo-rétros ? Non, hélas : des vêtements, casquettes et autres accessoires stylés... Explications.

Imprimer

Dijon, capitale des ducs de Bourgogne et des célèbres moutardes... Mais pas que : cette ville bordée de délicieux vignobles est également le berceau historique de Terrot, l'un des plus importants constructeurs de l'histoire de la moto française qui a employé jusqu'à 1800 salariés et construit quelque 600 000 motos dans son usine située boulevard Voltaire !

Fondée par Charles Terrot en 1887 pour fabriquer des métiers à coudre, l'entreprise éponyme se diversifie rapidement dans la construction de moyens de locomotion : d'abord des vélos en 1890, puis des petits quadricycles à moteur et enfin une moto en 1903. A l'époque, ce bolide était en fait un vélo sur lequel était greffé un petit moteur à essence !

Après un passage à vide pendant la première guerre mondiale, Terrot prospère jusqu'à devenir en 1928 le premier constructeur français de moto devant Peugeot, le "voisin" franc-comtois.

L'enseigne dijonnaise profite également de sa participation à "l'effort de guerre" de 1939 à 1945 pour continuer à croître, avant de connaître un sérieux déclin au milieu des années 50. 

Peugeot rachète la marque en 1958... et la fait disparaître trois ans plus tard, laissant à de nombreux nostalgiques le souvenir de motos très robustes au point d'en apercevoir encore en parfait état de marche lors des événements dédiés aux motos anciennes.

Terminée, l'aventure Terrot ? Pas tout à fait...

Des motos aux fringues

Presque six décennies plus tard, l'appellation Terrot est de nouveau utilisée... mais, hélas, pas pour reconstruire des motos ! La marque a été en partie rachetée par Fréderic Cervellon et Jean-Paul Chouraqui, deux entrepreneurs français dans le secteur du textile.

Le but ? S'appuyer sur le riche patrimoine historique de Terrot pour lancer dans leurs boutiques Fiesta Revolution une collection de vêtements dits "casual", des fringues à la fois décontractées et chics qui s'inspirent de l'univers de la moto et de l'iconographie de Terrot. Un choix en phase avec la tendance néo-rétro et ses innombrables modes stylistiques ("puisque de toute façon les motards ne roulent plus", peut-on déjà presque lire dans les commentaires lecteurs ci-dessous)...

"La marque Terrot appartient à Peugeot qui ne l’exploite plus : nous, on a pris le secteur du textile à l’Institut national de la protection intellectuelle (INPI, NDLR) et on développe la marque dans le textile", expliquait hier Fréderic Cervellon sur France Bleu Bourgogne. "C’est un dépôt de marque dans un secteur d’activité qui n’était pas préservé par Peugeot".

"Les marques comme Terrot, appelées "sleeping beauties" ou "belles endormies", sont des marques qui ne sont plus actives sur le marché mais qui conservent un potentiel de création de valeur lié à leur histoire", poursuivent les repreneurs sur leur site officiel qui propose le détail des sweat-shirts, t-shirts, casquettes et autres accessoires Terrot à côté d'autres vêtements "stylés" de marque Champion, Von Dutch, Superdry et Harrington... 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Aprilia All Stars 2019 : bienvenue à la fiesta de Noale sur le circuit du Mugello !

Le Journal moto du Net est au Mugello pour le premier grand rassemblement Aprilia dédié aux amoureux de la marque. Première vidéo en direct de l'Aprilia All Stars 2019, avant notre essai de la nouvelle RSV4 1100 Factory !
Triumph rappelle les Bonneville de 2015 à 2019

Triumph procède actuellement au rappel de ses motos Bonneville  fabriquées entre le 11 août 2015 et le 13 janvier 2019 pour un risque de problème électrique. Explications.
Essai Suzuki GSX-S750 A2 : la moto A2 mi-mesure

Suzuki étend sa gamme de motos A2 avec une version de son roadster GSX-S750 bridée à 47,5 chevaux. De quoi satisfaire les attentes les plus sportives des nouveaux permis, jeunes et moins jeunes puisque tous passent désormais par la période probatoire de deux ans limitée à 35 kW. Essai.
Husqvarna confirme la disponibilité et le tarif de la Svartpilen 701

Comme annoncé en début d'année, la nouvelle Svartpilen 701 débarque actuellement dans les concessions Husqvarna. La "Flèche Noire" s'y affiche comme prévu également au même prix que la Vitpilen 701... soit nettement plus cher que la KTM 690 Duke.
Nouveautés 2019 7 commentaires
Les pilotes du team ITeM17 en caméra embarquée sur la Kawasaki expérimentale à fourche eXcentive

Les pilotes de la Kawasaki n°17 du team ITeM 17 (Innovation Technique Moto), inscrite en catégorie expérimentale aux 24H Motos 2019 avec sa fourche eXcentive, ont découvert le circuit Ricardo Tormo de Valence sur lequel ils n'avaient jamais tourné... Caméra embarquée.
24 Heures Motos 2019 1 commentaire
Essai vidéo de la Moto Guzzi V85 TT

En complément de notre essai complet de la nouvelle Moto Guzzi V85 TT, voici la vidéo de notre roulage sur les routes de Sardaigne.
Trail 4 commentaires
Essai vidéo du Can-Am Ryker

En complément de notre essai complet du nouveau Can-Am Ryker, voici la vidéo de notre roulage sur les routes du Portugal.

Invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

  • En savoir plus...