• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - JEREZ (4 SUR 18)
Paris, le 5 mai 2014

Déclarations et analyses du GP d'Espagne MotoGP

Déclarations et analyses du GP d'Espagne MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix d'Espagne MotoGP 2014.

Imprimer

Après avoir entendu l'hymne italien suite à la victoire de Fenati en Moto3, puis l'hymne finlandais en l'honneur du succès de Kallio en Moto2, le public espagnol massé en nombre dans les tribunes et les talus de Jerez avait hâte que la course Moto GP démarre, afin que l'organisateur "change de disque" et que résonne enfin la Marcha real...

Qualifié en pole pour la quatrième fois consécutive, Marc Marquez n'a pas déçu ses compatriotes en remportant une victoire écrasante - sa quatrième d'affilée, comme Doohan en 1992 - devant Rossi et Pedrosa. Difficile d'imaginer meilleur scénario pour le 100ème départ en Grand Prix du tenant du titre !

Marc Marquez, Honda-Repsol (1er en qualifs et 1er en course) : "Je suis très content, c'est un autre genre de victoire. J'avais eu un peu de mal en début de week-end et le niveau était très élevé. Pedrosa, Jorge et Valentino étaient très forts. J'ai pu prendre de l'avance en début de course et attaquer. Je sais que Dani et Valentino sont forts en fin de course, je me sentais mieux sur les pneus neufs que sur pneus usés et j'ai donc choisi de pousser très fort en début de course".

"Le Mans est un week-end avec beaucoup d'interrogations concernant la météo. Nous avions fini troisièmes là-bas sur piste mouillée l'an dernier et nous sommes forts sur le sec. Nous allons maintenant savourer cette victoire, puis nous préparer pour le test de demain"

L'analyse Moto-Net.Com : Encore un week-end parfait pour le champion du monde en titre, puisqu'il repart de Jerez avec la victoire mais aussi le record absolu du circuit (1'38.120 en qualifications) et le meilleur chrono en course (1'39.841) !

Pas un seul de ses rivaux n'est parvenu à le rejoindre sous la barre des 1'40 (1'40.186 pour Pedrosa et 1'40.195 pour Rossi) pendant le Grand Prix, ce qui a donné lieu à des écarts allant jusqu'à 5 secondes pleines entre l'officiel Honda et ses poursuivants !

Rarement un pilote n'a dominé à ce point la catégorie reine : la question n'est déjà plus de savoir "si" Marquez sera de nouveau champion du monde en 2014, mais "quand"...

"Je suis sûr qu'il arrivera une course où nous serons incapables de gagner", relativise "l'ogre Marquez" en précisant néanmoins qu'il saurait alors réagir en conséquence : "nous devrons en tirer les leçons et essayer de prendre des points importants". Voila ses adversaires prévenus !

Valentino Rossi, Yamaha Factory (4ème en qualifs et 2ème en course) : "Je suis très content parce que Jerez est l'un de mes circuits préférés et l'un de mes week-ends préférés, en raison du public sur le circuit. Je n'étais plus monté sur le podium ici depuis 2010 et c'est donc génial de remonter dessus. Nous avons travaillé très dur ce week-end, nous avions encore un peu amélioré la moto ce matin et je pensais que j'allais être compétitif".

"Les conditions pour la course étaient très dures pour tout le monde (50°C au sol et 28°C dans l'air, NDLR) et le rythme était un peu plus lent. J'avais choisi un pneu extra-dur à l'avant, c'était risqué mais je craignais que le pneu medium me pose des problèmes en fin de course. Je pense que j'ai fait le bon choix pour la Yamaha parce que j'ai pu attaquer".

"L'arrière glissait beaucoup en fin de course, mais je gardais un bon rythme. Dani est revenu à la fin et je savais qu'il allait être un petit peu plus rapide... J'ai donné le maximum et je suis très heureux ! Merci à tout le monde et à Yamaha pour mon deuxième podium de la saison".

L'analyse Moto-Net.Com : Valentino Rossi a été tout simplement brillant à Jerez. Certes, il ne remporte pas la course et son compteur personnel en Andalousie reste bloqué à six victoires en catégorie reine (8 en tout). Mais il grimpe pour la deuxième fois de la saison sur la deuxième marche du podium après le GP du Qatar, portant à 185 son nombre de podiums signés en Grands Prix dont 149 en catégorie reine.

Surtout, le n°46 s'est montré immédiatement rapide, combattif et constant : c'est le seul pilote à être parvenu à donner du fil à retordre à Marquez en début de course, ce qui n'est pas un mince exploit au regard de l'état de forme actuel de l'officiel Honda !

"Je ne pouvais pas faire plus aujourd'hui, mais je ne suis pas inquiet : tôt ou tard nous le battrons !", prévient le Docteur qui rigolait comme un gosse hier soir en taquinant Marquez sur ces records : "J'ai déjà réussi à gagner les trois premières courses (en 2001 sur la 500cc 2-temps Honda, NDLR), donc il m'a battu. Mais bon, il y a un de mes records qu'il ne peut plus battre : j'ai atteint 100 Grands Prix avec 46 victoires et il en a seulement 36 !"

Plus important encore : il termine premier pilote Yamaha avec 7,11 secondes d'avance sur son coéquipier Jorge Lorenzo, après avoir réussi à résister à Pedrosa - contrairement au Majorquin. A l'heure actuelle, force est de constater que l'homme fort du clan d'Iwata porte le n°46 : une situation sur laquelle personne n'aurait pariée cet hiver... y compris "Vale" lui-même !

Même si cet état de fait est temporaire - Lorenzo retrouvera tôt ou tard son rythme -, Valentino Rossi savoure comme jamais cette sensation jouissive d'être le "patron" de son écurie. Malin, le Génie des Alpages en profite déjà pour préparer la renégociation de son contrat : oubliées les idées de retraite, le Docteur admet en coulisses chercher à obtenir de Yamaha un nouveau contrat de deux ans !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (3ème en qualifs et 3ème en course) : "La course a été très dure dès le début, je ne pouvais pas bien contrôler la moto parce que l'avant menaçait de se fermer. Je ne pouvais pas attaquer et j'ai failli chuter à deux reprises. J'ai pris un rythme que je me sentais capable de tenir. Je suis resté derrière les Yamaha pendant toute la course".

"Vers la fin, ma moto se comportait mieux et j'ai doublé Lorenzo. Je me rapprochais de Rossi à deux tours de l'arrivée, mais l'arrière glissait beaucoup et j'ai perdu contact. Ça a été une course difficile, c'était dur de ne pas tomber. Demain nous avons un test important mais maintenant nous devons féliciter Marc !"

L'analyse Moto-Net.Com : Comme en Argentine la semaine dernière, Dani Pedrosa a réalisé une superbe fin de course mais sa tardive remontée le prive d'une deuxième place potentiellement à sa portée.

Bien sûr, il lui aurait fallu pour ça battre un Rossi au sommet de sa forme, mais il n'est pas dit que l'Italien aurait pu longtemps lui résister tant la RC213V se comportait mieux que la YZR-M1...

"Malheureusement pour nous, un des points forts de la Honda est qu'elle use moins les pneus, notamment l'avant", déplore le n°46 qui avait fait le pari - risqué - de la gomme dure à l'avant, justement pour tenter de combler cette différence.

Deuxième du provisoire avec 28 points de retard sur son coéquipier, Dani Pedrosa doit impérativement trouver les quelques dixièmes qui lui manquent en début de course pour être en mesure d'empêcher Marquez de filer comme un lièvre dès l'extinction des feux. S'il n'y parvient pas, on ne voit pas à ce stade comment le n°26 pourrait stopper l'irrésistible "Marc Royale" de ce diable de Marquez...

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (2ème en qualifs et 4ème en course) : "J'ai manqué mon départ, la moto s'est cabrée et ça m'était aussi arrivé lors des essais de départ que j'avais faits ce week-end. On attend parfois quelque chose d'une course mais ça ne se passe pas toujours comme on l'espère".

"En Argentine ça s'était mieux passé que nous l'espérions et ici moins bien. Nous n'avons pas su trouver le bon set-up pour ce pneu. Physiquement, je me sentais aussi moins bien que je l'espérais et nous allons devoir travailler là-dessus pour progresser".

L'analyse Moto-Net.Com : Si la prestation de Rossi est de nature à contenter tout le staff Yamaha, force est de constater qu'il n'en va pas de même pour Lorenzo. Quatrième à 8,541 secondes du vainqueur, ce n'est pas vraiment le résultat escompté d'un quadruple champion du monde, surtout le jour de ses 27 ans et de son 200ème départ en GP...

Jamais tout à fait dans le rythme en course, le Majorquin s'est comme en Argentine effondré dans la dernière partie, une situation qu'il impute à un réglage inadéquat pour préserver ses pneus mais aussi - une fois encore - à une petite baisse de forme.

Dans chacune de ses déclarations depuis quelque temps, Jorge Lorenzo attire en effet l'attention sur son état physique et poste de nombreuses photos de lui en train de s'entraîner d'arrache-pied en salle ou de courir autour des circuits (comme à Jerez jeudi sur la photo ci-contre), comme s'il souffrait d'une gêne avec laquelle il devait composer.

"Pedrosa était très fort en fin de course, j'étais fatigué et j'ai fait de mon mieux pour rester deuxième", faisait-il notamment observer à l'arrivée du Grand Prix d'Argentine...

Au-delà de cet aspect, le plus gros problème de Lorenzo réside encore et toujours à son incapacité à exploiter les nouveaux pneus Bridgestone : "il devrait adopter les réglages de Rossi", entend-t-on dans le paddock.

Il est vrai que si l'on examine de près la façon dont les deux officiels abordent la problématique des pneus, il apparaît que l'Italien adopte une méthodologie plus pertinente. Là où Lorenzo stagne et s'entête à reprocher à Bridgestone de ne plus pouvoir piloter comme il l'aime, son coéquipier tente de contourner le problème en modifiant son pilotage.

La preuve avec notre montage ci-dessus, sur lequel on voit clairement que Rossi adopte le style Marquez, le haut du corps complètement sorti pour aider la moto à virer, alors que Lorenzo reste - toutes proportions gardées - plus "statique". Sûr que le Majorquin doit compter parmi les pilotes satisfaits du départ de Bridgestone à la fin de la saison 2015 !

Andrea Dovizioso, Ducati Team (6ème en qualifs et 5ème en course) : "Je suis très content de cette cinquième place ! Jerez est l'un des circuits les plus difficiles pour Ducati comme pour moi. Ce résultat est donc très important, il confirme que nous travaillons bien et que je peux tirer le meilleur de la GP14 en course".

"L'écart avec les leaders est encore trop important, mais ce n'est que le début de la saison et nous ne nous attendions pas à ce que ce soit différent. Nous allons continuer à travailler dur parce que nous voulons être plus proches des avant-postes, mais remporter la bataille d'aujourd'hui face à une Honda Factory (celle d'Alvaro Bautista, NDLR) et une Yamaha Open (celle d'Aleix Espargaro, NDLR), sur une piste où l'usure des pneus est prononcée, était une grande satisfaction"

L'analyse Moto-Net.Com : De nouveau dans le Top 5 pour la quatrième fois consécutive, Andrea Dovizioso peut être satisfait de son début de saison en termes de résultats. Ses 45 points marqués le font apparaître à la quatrième place au provisoire avec 45 points, entre les Yamaha officielles de Rossi (61 points) et de Lorenzo (35).

Pour autant, l'Italien reste mesuré lorsqu'il jauge sa course espagnole, car son bon résultat ne suffit pas à masquer une réalité moins glorieuse : malgré son statut "bâtard" Factory / Open et tous les avantages qui vont avec (pneu plus tendre, plus d'essence et de moteurs disponibles et développement mécanique illimité), Ducati ne comble toujours pas l'écart au chrono.

"Dovi" termine ainsi à 27,494 secondes de Marc Marquez, soit 1,862 seconde de plus que Nicky Hayden, premier pilote Ducati l'an dernier à Jerez à "seulement" 25,632 secondes du vainqueur.

Dans la mesure où la durée totale de la course est globalement similaire (en 2013, Pedrosa a remporté l'épreuve espagnole en 45'17.632 contre 45'24.134 pour Marquez cette année), impossible pour les Rouges de se montrer satisfait : concrètement, à ce stade, la Desmosedici ne semble pas aller plus vite que la saison dernière.

Cette situation préoccupante se trouve renforcée par la nouvelle déconvenue subie par Cal Crutchlow, contraint à l'abandon suite à un problème de freins. Sachant que Dovizioso a cramé un moteur lors des essais libres 2 du GP d'Argentine, ça commence à faire beaucoup de pépins techniques pour le team officiel...

"J'avais gagné beaucoup de positions et j'étais neuvième (soit 5 places de mieux que sa position sur la grille, NDLR) quand mes freins ont lâché. J'ai ralenti pendant un tour pour voir s'ils allaient se remettre à fonctionner, mais ça n'a pas marché et je suis donc rentré par mesure de sécurité", déplore Crutchlow auteur d'un début de saison catastrophique : le Britannique n'a terminé qu'une course sur trois départs - au Qatar - et a déclaré forfait en Argentine à cause d'une blessure à la main.

Bonne nouvelle toutefois : le n°35 fait savoir que sa main fracturée à Austin ne l'a pas fait souffrir pendant ses quelques tours de course...

Stefan Bradl, Honda-LCR (7ème en qualifs et 10ème en course) : "Après seulement quelques tours, j'ai commencé à ressentir des douleurs au bras droit similaires à celles que j'ai pu connaître dans le passé lorsque je souffrais du syndrome des loges. Ce circuit est particulièrement exigeant et je manquais cruellement de sensations sur les phases de freinage et à la remise des gaz".

Grosse déception pour le Bavarois de 24 ans, victime de douleurs dans les avant-bras qui laissent craindre un retour du syndrome des loges (gonflement des muscles dans les gaines). Le pilote LCR s'est pourtant fait opérer en novembre 2012 pour résoudre ce mal fréquemment rencontré par les pilotes moto et ira consulter son médecin mardi pour tenter de comprendre l'origine de ses douleurs, et éventuellement confirmer le syndrome.

"Ce problème inattendu a ruiné mon Grand Prix et ce n'est pas une excuse car nous avions le rythme qu'il fallait pour nous battre avec les pilotes de devant", déplore Stefan Bradl, sixième du championnat avec 30 points au compteur.

Nouvelle séance d'essais à Jerez

Les pilotes MotoGP restent une journée supplémentaire à Jerez de la Frontera aujourd'hui dans le cadre d'une session d'essais officiels. Les pilotes Yamaha vont notamment en profiter pour poursuivre le développement d'un nouveau châssis étrenné vendredi, conçu pour améliorer la stabilité de la M1 au freinage.

Chez Honda, on va s'atteler à peaufiner un package qui, visiblement, ne souffre guère de défauts. La prochaine course, le Grand Prix de France, aura lieu sur le circuit du Mans (72) du 16 au 18 mai : restez connectés !

Résultats du Grand Prix MotoGP d'Espagne 2014

  1. Marc MARQUEZ Honda 45'24.134
  2. Valentino ROSSI Yamaha +1.431
  3. Dani PEDROSA Honda +1.529
  4. Jorge LORENZO Yamaha +8.541
  5. Andrea DOVIZIOSO Ducati +27.494
  6. Alvaro BAUTISTA Honda +27.606
  7. Aleix ESPARGARO Forward Yamaha +27.917
  8. Bradley SMITH Yamaha +27.947
  9. Pol ESPARGARO Yamaha +29.419
  10. Stefan BRADL Honda +32.872
  11. Nicky HAYDEN Honda +35.490
  12. Hiroshi AOYAMA Honda +40.083
  13. Scott REDDING Honda +43.830
  14. Yonny HERNANDEZ Ducati +52.295
  15. Hector BARBERA Avintia +54.873
  16. Michael LAVERTY PBM +1'06.182
  17. Broc PARKES PBM +1'23.420

Non classés

  • Colin EDWARDS Forward Yamaha 1 Tour
  • Andrea IANNONE Ducati 5 Tours
  • Mike DI MEGLIO Avintia 6 Tours
  • Karel ABRAHAM Honda 17 Tours
  • Cal CRUTCHLOW Ducati 23 Tours
  • Michele PIRRO Ducati 25 Tours

Classement provisoire du championnat MotoGP 2014

  1. Marc MARQUEZ Honda SPA 100
  2. Dani PEDROSA Honda SPA 72
  3. Valentino ROSSI Yamaha ITA 61
  4. Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA 45
  5. Jorge LORENZO Yamaha SPA 35
  6. Stefan BRADL Honda GER 30
  7. Aleix ESPARGARO Forward Yamaha SPA 30
  8. Bradley SMITH Yamaha GBR 28
  9. Andrea IANNONE Ducati ITA 25
  10. Pol ESPARGARO Yamaha SPA 25
  11. Nicky HAYDEN Honda USA 23
  12. Hiroshi AOYAMA Honda JPN 19
  13. Scott REDDING Honda GBR 14
  14. Yonny HERNANDEZ Ducati COL 13
  15. Alvaro BAUTISTA Honda SPA 10
  16. Cal CRUTCHLOW Ducati GBR 10
  17. Karel ABRAHAM Honda CZE 8
  18. Colin EDWARDS Forward Yamaha USA 7
  19. Danilo PETRUCCI ART ITA 2
  20. Hector BARBERA Avintia SPA 2
  21. Broc PARKES PBM AUS

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai trail X-Cape : Moto Morini "s'é-Chine" avec succès !

Moto Morini - sous capitaux chinois depuis 2018 - revient aux affaires avec un inédit trail de 649 cc plein d'ambitions et de qualités, comme MNC a pu le découvrir lors d'un bref galop d'essais organisé en Corse par l'importateur français SIMA. Test du nouveau X-Cape. 
Essai GSX-S1000GT : une Suzuki pour mettre du Gaz et se mettre au Tourisme

Le Sport GT ne séduit plus les motards ? Faux, répond Suzuki en lançant en 2022 la remplaçante de sa GSX-S1000F ! Une moto aux gènes de bonne vieille Superbike et de récent maxiroadster, aux lignes futuristes, au système embarqué sophistiqué et aux orientations Grand Tourisme. MNC teste la GSX-S1000GT... sous la pluie.
Suzuki GSX-S1000GT : le bilan de notre essai en vidéo 

Les premiers exemplaires de la GSX-S1000GT ne sont attendus dans les concessions françaises que pour les fêtes de fin d'année. Mais MNC a déjà testé cette importante nouveauté Suzuki 2022 qui entend concurrencer la meilleure vente de moto Sport GT, l'une des dernières aussi, la Ninja 1000 SX... Essai !
Essai veste moto RST Adventure-X avec airbag intégré In&Motion

MNC a testé pendant un an la veste Adventure-X du manufacturier anglais RST (groupe Bihr) dans sa configuration avec airbag autonome intégré. Quelles sont les forces et les faiblesses de cet équipement trail et de son coussin gonflable fourni par In&Motion ? Réponses dans notre essai longue durée.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Aprilia fait le plein de vidéos sur son nouveau trail Tuareg 660

Dévoilée en plein été, la Tuareg 660 a peut-être échappé à certains motards qui se la coulaient douce en vacances... En deux semaines donc, Aprilia a publié une série de cinq vidéos concernant son futur trail de moyenne cylindrée. Moto-Net.Com les relaie et les décortique...
Gold Line Edition : Triumph enrichit sa gamme Modern Classics en 2022

Suite au succès de sa première Street Twin Gold Line cette année, Triumph décline le concept à huit de ses motos néo-rétros : les Street Scrambler, Bonneville T100 et T120 ("tout court" et Black), Speedmaster et Bobber, Scrambler XC et XE ont droit à leur petite touche dorée pour 2022. Et seulement 2022, attention !
Fabio Quartararo est champion du monde MotoGP 2021 ! 

Fabio Quartararo n'a pas craqué sous la pression, à l'inverse de son dernier rival pour le titre Francesco "Pecco" Bagnaia, parti à la faute en tête du Grand Prix d'Emilie Romagne. La chute de l'officiel Ducati concrétise l'évidence : #ElD1ABLO est le patron de la saison 2021 et coiffe sa première couronne mondiale en Grands Prix moto à 22 ans ! Compte rendu et résultats.
GP d’Emilie Romagne 22 commentaires
MV Agusta rend hommage à Agostini avec 311 Superveloce Ago

Samedi dernier en marge du Grand Prix d’Emilie Romagne - du duel Quartararo Vs Bagnaia, des adieux de Rossi, du souvenir de Simoncelli -, MV Agusta présentait une nouvelle série limitée de sa Superveloce. Après les 75 anniversario et 110 Alpine, place aux 311 Ago qui célèbrent les 311 succès du champion Agostini !
Business 1 commentaire
Essai GSX-S1000GT : une Suzuki pour mettre du Gaz et se mettre au Tourisme

Le Sport GT ne séduit plus les motards ? Faux, répond Suzuki en lançant en 2022 la remplaçante de sa GSX-S1000F ! Une moto aux gènes de bonne vieille Superbike et de récent maxiroadster, aux lignes futuristes, au système embarqué sophistiqué et aux orientations Grand Tourisme. MNC teste la GSX-S1000GT... sous la pluie.
Essai trail X-Cape : Moto Morini "s'é-Chine" avec succès !

Moto Morini - sous capitaux chinois depuis 2018 - revient aux affaires avec un inédit trail de 649 cc plein d'ambitions et de qualités, comme MNC a pu le découvrir lors d'un bref galop d'essais organisé en Corse par l'importateur français SIMA. Test du nouveau X-Cape. 
Un salon de la moto à Paris en 2022, marchand, francilien et branché ?

Annulé en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, le Mondial de la Moto à Paris Porte de Versailles pourrait être de retour en 2022. Une majorité de filiales françaises y serait favorable, mais sous certaines conditions car selon la CSIAM, les grands salons d’antan sont terminés... Explications et réflexions.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Calendrier MotoGP 2021

Covid : premiers reports

Pilotes MotoGP 2020 Plateau : Pilotes et équipes 2021
Intersaison : Tests MotoGP

Courses 2021

GP moto du Qatar 28 mars : GP du Qatar
GP moto du Qatar 4 avril : GP de Doha
GP moto du Portugal 18 avril : GP du Portugal
GP moto d'Espagne 2 mai : GP d'Espagne
GP de France moto 16 mai : GP de France
GP moto d'Italie 30 mai : GP d'Italie
GP moto de Catalogne 6 juin : GP de Catalogne
GP moto d'Allemagne 20 juin : GP d'Allemagne
GP moto des Pays-Bas 27 juin : GP des Pays-Bas
GP moto de Finlande11 juillet : GP de Finlande
GP moto d'Autriche 8 août : GP de Styrie
GP moto d'Autriche 15 août : GP d'Autriche
GP moto de Grande-Bretagne 29 août : GP de Grande-Bretagne
GP moto d'Aragon 12 septembre : GP d'Aragón
GP moto de San Marin 19 septembre : GP de San-Marin
GP moto des Amériques 3 octobre :  GP des Amériques
GP moto du Japon3 octobre : GP du Japon
GP moto de Thaïlande17 octobre : GP de Thaïlande
GP moto d'Australie24 octobre : GP d'Australie
GP moto de Malaisie24 octobre : GP de Malaisie
GP moto de San Marin 24 octobre : GP d'Emilie Romagne
GP moto du Portugal 7 novembre : GP d'Algarve
GP moto de Valence 14 novembre : GP de Valence
GP moto d'Argentine  Annulé : GP d'Argentine


SAISON 2021   |   SAISONS PRÉCÉDENTES

  • En savoir plus...