• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
WSBK FRANCE (13 SUR 14)
Paris, le 7 octobre 2013

Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

Déclarations et analyse du Superbike à Magny-Cours

La treizième épreuve du World SBK 2013 s'est disputée ce week-end à Magny-Cours, en France. Pour compléter nos comptes rendus en direct, voici les déclarations des pilotes Superbike ainsi que l'analyse Moto-Net.Com des deux courses françaises.

Imprimer

Analyse du Mondial Superbike à Magny-Cours

Lowes est devenu ce dimanche le Champion du monde 2013 de Supersport, sans même attendre la dernière course de la saison programmée à Jerez dans deux petites semaines ! Après Cal Crutchlow en 2009 et Chaz Davies en 2011, Sam devient le troisième pilote britannique à décrocher le titre.

Outre leur nationalité, il existe un autre point commun important, sans doute décisif, qui lie ces trois hommes : leur machine, une YZF-R6 ! Christian Iddon, troisième de l'épreuve française disputée hier au guidon de sa MV Agusta, ferait peut-être bien de rouler sur une Yamaha en 2015 ?

 Sofuoglu, Lowes et Iddon - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Sam Lowes lui, était censé piloter une Yam' les deux saisons prochaines (lire MNC du 6 novembre 2012 : Lowes et le team Yakhnich misent sur Yamaha !). Troisième du championnat 2012 derrière le triple champion Kenan Sofuoglu, et son coéquipier chez Honda PTR Jules Cluzel, le pilote anglais souhaitaient remporte le titre WSSP avec sa nouvelle équipe Yakhnich - ça, c'est fait ! - avant de monter en WSBK...

They are the Champions

D'un commun accord toutefois, Sam et le team russe se sépareront à la fin de cette excellente saison : "l'an prochain le team Yakhnich Motorsport participera aux championnats de World Supersport et World Superbike", prévient l'équipe, sans préciser qu'elle poursuivait son aventure avec Yamaha...

 Team Yamaha Yakhnich - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

De son côté, Sam Lowes partira tenter sa chance Moto2, championnat actuellement dominé par un autre pilote anglais : Scott Redding ! "Les deux parties ont convenu qu'un pilote aussi talentueux doit faire ses preuves dans d'autres championnats", rapportent les Russes.

 Sam Lowes - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Titré en British Supersport en 2010 et en Mondial Supersport cette année, il est effectivement temps pour le célèbre - de plus en plus en tout cas ! - n°11 anglais de gouter à une autre catégorie et de se frotter à d'autres pilotes.

"Je suis très heureux d'avoir obtenu titre de champion !", lançait Sam hier soir. En parfait gentleman, le jeune pilote - il a fêté ses 23 ans le 14 septembre dernier - avait un petit mot pour les vaincus : "je serais éternellement reconnaissant envers mes adversaires qui m'ont aidé à devenir plus rapide".

"Je voudrais dire un immense merci à Kenan", ajoutait Lowes : "c'est un grand pilote, je le considère comme un ami et je le respecte beaucoup pour la saison qu'il a effectuée. Merci pour le combat !". Dans quel team débarquera Sam en Moto2 ? Y sera-t-il plus compétitif que son ami turc ? Affaires à suivre sur Moto-Net.Com...

À l'instar de Sam Lowes en Supersport, Tom Sykes est le pilote qui a posté le plus grand nombre de "meilleur temps en course" cette saison en Superbike. Hier encore, le pilote Kawasaki était - de très loin - le plus rapide en piste, Tom balayant le record détenu depuis 2009 par un certain Nitro Nori !

Major Tom en orbite

Avec ses douze meilleurs tours en course inscrit cette saison, Sykes est assuré de recevoir la récompense du "Meilleur Tour Pirelli" devant Eugene Laverty (4 chronos), Chaz Davies (3), Sylvain Guintoli (2), Michel Fabrizio, Marco Melandri, Jonathan Rea et Davide Giugliano (chacun 1).

 Sykes, Guintoli et 73844 spectateurs - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Imbattable sur certains circuits, dont celui de Magny-Cours ce week-end (!), le Ninja n°66 a également signé huit Superpole en 2013. Mai il est avant tout monté sur 16 podiums, dont neuf premières marches, récoltant 411 points en treize épreuves, soit 37 de plus que Laverty et 38 de plus que Guintoli...

Passé à côté du titre 2012 pour un demi-point, Tom tient sa revanche et mérite amplement ce sacre, le premier de sa carrière ! Que de progrès accomplis par Tom, depuis son arrivée en WSBK aux côtés - dans l'ombre ! - de Ben Spies chez Yamaha en 2009...

Extrêmement véloce, le natif d'Huddersfield a du apprendre, petit à petit, à tempérer ses ardeurs (lire notre guide WSBK 2013- Kawasaki : haut les Verts !). Passé chez Kawasaki en 2010, le Ninja anglais a du attendre deux saisons avant de faire ses preuves, profitant d'une moto de plus en plus affûtée...

Tom Sykes - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Car Sykes n'est pas le seul à avoir progressé de manière phénoménale ses deux dernières années. La firme d'Akashi, abonné aux dernières places du classement constructeur Superbike depuis de nombreuses années, a oeuvré sans relâche pour faire de sa ZX-10R une machine à gagner !

Tant et si bien que la Kawa' - la n°66 en tout cas - est devenue, à ce jour, la moto la plus redoutable du plateau : l'aisance avec laquelle Sykes survolait le tracé nivernais ce week-end suffisait à le démontrer. Sur l'ensemble de la saison 2013 toutefois, la RSV4 conserve l'avantage...

 WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Avec 500 points au compteur (sur 625 maxi en 25 courses), Aprilia demeure effectivement en tête du championnat constructeur. BMW pointe à 88 longueurs de l'Italien, Honda à 266, Suzuki à 275 et Ducati à 331. Yamaha, qui n'a participé qu'à une épreuve cette année, compte pour du beurre de l'huile.

Sykes tout près du but... Aprilia aussi !

Seul Kawasaki et ses 465 points peut donc encore prétendre, mathématiquement, ravir la couronne mondiale à Aprilia dont les deux pilotes officiels sont justement les seuls à pouvoir - mathématiquement toujours - priver Tom Sykes de son titre de Champion... Ambiance !

Sykes, Laverty et Guintoli - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Eugene Laverty et Sylvain Guintoli - qui se sont vu décerner un joli 9/10 en chute synchronisée par le jury MNC - courront donc non seulement pour défendre leur mince chance de coiffer la couronne mondial, mais aussi et surtout pour assurer à la firme de Noale un troisième titre constructeur après ceux de 2010 et 2012.

Sykes, Laverty et Guintoli - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Pour battre Aprilia au championnat - cela ressemble fort à une mission impossible -, les Verts compteront naturellement sur leur champion du monde en puissance mais aussi, on l'espère, sur Loris Baz ! Écarté des circuits depuis qu'il s'est esquinté une vertèbre au Nürburgring, le n°76 devrait être de retour pour la grande finale du WSBK 2013.

Baz et Giugliano - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

"Week-end très difficile pour moi en essayant de satisfaire tout le monde ! Entre interviews, autographes et repas !", témoignait Bazooka sur sa page Facebook, cet après-midi. Soutenu ce weekend à Magny-Cours par ses nombreux fans, ses sponsors et partenaires, Loris concluait d'un ton enjoué : "vivement Jerez !"

Constamment dans le Top 10 et régulièrement dans le Top 5 depuis l'ouverture de la saison en Australie, le "Géant Vert" n'a plus disputé de course depuis sa victoire à Silverstone, début août. Gageons que Loris retrouvera instantanément ses marques sur la piste espagnole et empochera de gros points le 20 octobre prochain.

Baz doit en effet rattraper le temps et sa place perdus ! Sixième du championnat après l'épreuve anglaise (180 points), Loris s'est fait doubler, ce week-end seulement, par Fabrizio et Giugliano. Si Michel ne devrait pas poser trop de souci à Loris - surtout si la Honda plante à nouveau le n°84 ! -, Davide en revanche devrait lui donner plus de mal.

Baz et Giugliano - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Le n°34 du team Aprilia Althea risque effectivement d'être dur à devancer : si le champion du Superstock 1000 (2011) n'est pas tout à fait aussi rapide, endurant et consistant que les n°50 et 58 du Aprilia Racing Team, il n'en est plus très loin.

Guintoli et Giugliano - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Premier pilote privé au classement général, Giugliano a terminé les courses françaises aux deux quatrièmes places devant les officiels BMW, "per favore" ! Davide compte actuellement 15 points de plus que notre Loris national... Le duel entre Aprilia et Kawasaki se joue là aussi.

Sylvain Guintoli - qu'on espère aussi incisif et bagarreur qu'en fin seconde manche ! - et Eugene Laverty ne seront donc pas les seuls à porter haut les couleurs d'Aprilia dans deux semaines à Jerez. De plus, Toni Elias (Aprilia Red Devils Roma) en tant qu'ancienne vedette de l'Intercontinental Circus, pourrait tirer son épingle du jeu....

Contrairement à leurs homologues du Mondial Superbike, les pilotes du MotoGP connaissent la piste andalouse sur le bout des gants. Marco Melandri compte parmi ceux-là et pourrait lui aussi profiter de ses nombreux GP courus à Jerez, et des innombrables tests hivernaux réalisés là-bas aussi !

Melandri et Davies - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

La météo, que les équipes espèrent plus clémente qu'à Magny-Cours, devrait servir le même Marco et son coéquipier Chaz Davies, dont les S1000RR ont mal apprécié les conditions climatiques changeantes et le peu de roulage sur le sec avant les deux courses.

Vincent Philippe - WSBK France (13 sur 14) : Déclarations et analyse du SBK à Magny-Cours

Sous le soleil espagnol, Melandri et Davies pourraient-ils offrir à leurs motos BMW "semi-officielles" mais "complètement sur le départ" (!) une dernière coupe de Champagne, Prosecco, boisson alcoolisée effervescente ? L'an dernier, lors de la finale - alors française - du WSBK, Melandri et Laverty avaient bien offert un ultime doublé aux Yamaha R1...

Tirons enfin pour conclure notre casque à Vincent Philippe, sixième de la seconde manche de WSBK à Magny-Cours ce dimanche ! Non content de remplacer Leon Camier au guidon de la GSX-R du team Suzuki Fixi Crescent, l'octuple champion du monde d'Endurance a pris le relais de Jules Cluzel !

Maudit ce dimanche, le n°16 français a chuté dans chaque manche et n'a récolté que deux petits points... Forfait depuis le Nürburgring - comme Baz, Rea et Checa ! - Camier n'a pas connu une journée plus agréable. En effet, le n°2 de Suzuki gazouillait récemment sur Twitter une métaphore pour le moins parlante...

"Avez-vous déjà maté quelqu'un se taper votre copine...", demandait à ses "suiveurs" l'Anglais qui n'a pas sa langue percée dans sa poche... "C'est ce que je ressens quand je regarde un autre piloter ma moto ! Pas cool".

Lorsqu'en prime, le mec en question - Vincent Philippe, pour ne pas le (féli)citer - prend son pied et en redemande... On imagine le calvaire du pauvre "Kamir" !

.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Abonnement MNC Premium

Vos invitations MNC Premium

En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !