• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - ASSEN (8 SUR 18)
Paris, le 29 juin 2015

Déclarations et analyse du GP des Pays-Bas MotoGP

Déclarations et analyse du GP des Pays-Bas MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix des Pays-Bas Moto GP 2015 à Assen.

Imprimer

Règlement... et règlements de comptes à Assen

Un final haletant avec un Quartararo revenu au top en Moto3, un doublé fantastique de Johann Zarco en Moto2 et un duel au sommet entre Marquez et Rossi en Moto GP : le Grand Prix des Pays-Bas 2015 compte indubitablement parmi les rendez-vous dont on se souviendra !

Mais avant d'analyser les performances des cracks du MotoGP en général, puis la passe d'arme musclée - et sujette à controverse - entre le n°46 et le n°93 en particulier, MNC fait le point sur les nouveaux aspects réglementaires présentés par l'organisateur Dorna à Assen.

Exposées par Carmelo Ezpeleta (boss de Dorna, ci-contre), ces notifications officialisent ce qui a déjà été détaillé au Texas, puis en Argentine : le MotoGP passe à l'ECU et aux logiciels uniques en 2016, avant d'entrer l'année suivante dans une ère de stabilité d'au moins cinq ans, durant laquelle les règles n'évolueront pas "à moins que tout le monde ne s'accorde pour changer quelque chose ou qu'il s'agisse d'un thème concernant la sécurité".

2,2 millions d'euros maxi pour les motos privées

De même, Dorna rappelle que six constructeurs participeront au championnat en 2017 (Aprilia, Ducati, Honda, KTM, Suzuki et Yamaha) et que chacun devra aligner au moins quatre motos. Soit deux machines officielles et deux louées à des équipes privées à un prix maximal de 2,2 millions d'euros par an qui comprend tous les coûts (ingénieurs, développement en cours de saison, etc.), sauf ceux liés aux chutes.

Comme expliqué à Termas de Rio Hondo, Dorna mettra un peu plus la main au portefeuille pour soutenir les teams privés, et ainsi les aider à réunir cette somme minimum - façon de parler ! - à régler au constructeur. Les subventions allouées aux équipes satellites (comme Tech3, LCR ou Gresini) augmenteront à cet effet de "30% entre 2016 et 2017".

Enfin, le promoteur espagnol exercera une régulation sur le nombre de pilotes et de teams engagés durant cette période 2017-2021, en fixant à 24 le nombre de participants maximum. Six constructeurs, quatre motos chacun : le compte est bon ! Pour que ce contingent soit respecté, le nombre de Ducati, Honda et de Yamaha baissera en toute logique de six actuellement à quatre en 2017.

Précision d'importance : à partir du moment où le seuil minimum - fixé à 22 pilotes - sera atteint, aucun nouveau constructeur ne sera autorisé à intégrer la catégorie reine. Autrement dit, si un intéressé - BMW ou encore Kawasaki - souhaite intégrer la catégorie reine après 2017, il devra le faire via une structure existante, à l'image d'Aprilia qui a confié son nouveau projet RS-GP au team de Fausto Gresini.

De cette manière, Dorna tient à "remercier" - en leur garantissant une place stable - toutes les équipes actuelles pour leurs efforts consentis lors des saisons précédentes, notamment l'obligation de rouler avec les CRT, puis les Open sans compter les innombrables (dé)réglementations à propos des pneus et des ECU.

Une dérogation à cette obligation sera toutefois envisageable puisque Dorna précise qu'elle se réserve "chaque année le droit d'acheter les places des deux teams qui finiront derniers du championnat. C'est un droit, et non une obligation et nous espérons ne pas avoir à utiliser ce droit".

Ducati mis au pas pour 2016

A l'issue de cette réunion, la commission Grand Prix a également clarifié la situation de Ducati, dont on ne savait pas vraiment si les motos conserveraient l'an prochain leurs avantages mécaniques. D'un point de vue réglementaire, les Desmosedici n'ayant pas - encore ?- remporté de course, elles pouvaient en effet continuer à utiliser plus de moteurs et les développer à leur guise.

Mais la commission a décidé d'appliquer à Ducati le futur règlement à points présenté en Argentine, qui stipule que les constructeurs Factory Open ou Open perdent leurs avantages dès qu'un total de six points est obtenu (un point pour la troisième place, deux pour la deuxième et trois pour la première).

Ce total étant atteint grâce aux podiums signés cette année par Dovizioso (4) et Iannone (2), les Rouges de Bologne se sont vus signifier la fin de leurs dérogations réglementaires : l'an prochain, Ducati courra à "moteur égal" avec Honda et Yamaha, soit avec sept blocs - scellés en début de saison - à disposition de chaque pilote.

En revanche, Aprilia et Suzuki n'ayant signé aucun podium, ils conservent le droit d'utiliser plus de moteurs et de les développer en cours de saison comme cette année. Comme pour Ducati, cet avantage disparaitra dès que le total de six points sera obtenu via de bons résultats.

Pour Suzuki, la progression continue de la GSX-RR laisse supposer que le chemin n'est plus très long avant un podium. En revanche pour Aprilia, la donne est tout autre : ce week-end, Bautista et Melandri ont de nouveau terminé dans les derniers (17ème et 19ème sur 19), l'expérimenté - mais peu motivé - italien accusant carrément un tour de retard sur le vainqueur...

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !