• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTO GP 2013 - USA (2 SUR 18)
Paris, le 22 avril 2013

Déclarations et analyse du GP des Amériques

Déclarations et analyse du GP des Amériques

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations et les résultats des principaux protagonistes de la catégorie reine, ainsi que l'analyse de leurs réussites (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP des Amériques 2013.

Imprimer

Déclarations et analyse du GP des Amériques

Marc Marquez, Honda-Respol (1er en qualifs et 1er en course) : "Finir troisième dès ma première course, au Qatar, était déjà un rêve, et maintenant cette première victoire, c'est encore mieux ! La course a été assez dure, surtout sur le plan physique en fin d'épreuve, notamment dans le virage n°1. J'avais quelques soucis à l'avant, que je n'avais pas pendant les essais, mais j'ai quand même pu garder un rythme régulier. Je suis très heureux de cette victoire et je tiens à remercier toute l'équipe. Sans eux, rien de tout ça n'aurait été possible".

L'analyse Moto-Net.Com : On le savait déjà doué, téméraire et incroyablement rapide, mais Marc Marquez a confirmé tous les espoirs que ces qualités laissaient entrevoir depuis ses premiers tours de roues en MotoGP. Tout simplement intouchable à Austin, le débutant espagnol a écrasé ses rivaux : d'abord en essais libres, puis en signant la pole position et enfin en remportant la course MotoGP devant son expérimenté coéquipier, Dani Pedrosa.

A seulement 20 ans et 63 jours, Marc Marquez triomphe pour la première fois en catégorie reine, battant le record de précocité jusqu'ici détenu par Freddie Spencer : né le 20 décembre 1961, l'Américain s'était en effet imposé en GP 500 pour la première fois en Belgique le 4 juillet 1982, soit à 20 ans et 196 jours (lire notre Interview de Freddie Spencer).

Mais le plus impressionnant tient sans doute à la façon dont le jeune officiel HRC a scellé sa victoire, en gardant le contrôle et avec méthode, à l'image des grands champions. Fin stratège, le n°93 a tout d'abord fait un choix pneumatique différent de celui de Pedrosa : optant pour une solution plus dure à l'arrière, il a pris le risque d'être légèrement à la peine en début de course en pariant sur le fait que sa décision lui profiterait lorsque la chaleur (plus de 38°C au sol) et l'abrasion du bitume commenceraient à laminer les Bridgestone.

Ce pari a parfaitement fonctionné et a - en partie - participé à la correction que le brillant remplaçant de Stoner a collé à son compagnon de box, mais aussi à Lorenzo, Rossi et les autres. L'Espagnol a ensuite verrouillé son succès en se servant d'une dernière chose, et pas des moindres : son talent éblouissant !

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (2ème en qualifs et 2ème en course) : "Je n'avais pas de stratégie particulière, j'ai simplement essayé de faire les meilleurs chronos possible tout au long de la course ! Je savais que je n'étais pas très rapide dans la première section et j'ai eu des problèmes en fin de course avec mon bras gauche. Je ne faisais plus aussi bien basculer la moto d'un côté à l'autre qu'en début de course". .

Je perdais du terrain là-bas mais je rattrapais mon retard sur la seconde partie du tour. Puis j'ai fait une erreur et j'ai perdu une seconde et demie. C'était fini. Je suis quand même satisfait de ma moto cette fois-ci et content pour le team. Félicitations à Marc, il fait un super début de saison. Je suis vraiment content de ma deuxième place et j'essayerai de faire mieux lors de la prochaine manche".

L'analyse Moto-Net.Com : Après sa superbe fin de saison 2012, Dani Pedrosa partait comme l'homme fort du début du championnat 2013. Débarrassé de Stoner et en pleine possession de ses moyens physiques, le petit catalan pensait avoir réuni tous les ingrédients pour accéder au titre suprême après lequel il court depuis déjà sept saisons au guidon de la Honda officielle...

Mais le destin n'est pas tendre avec le n°26 : bien qu'il ait parfaitement pris conscience de la menace constituée par Marquez dès les essais d'intersaison, Pedrosa n'imaginait sans doute pas que celui-ci parviendrait à l'éclipser deux fois d'affilée en course, et surtout qu'il accéderait aussi vite à la victoire !

Beau joueur, "Pedro" a chaleureusement félicité son jeune rival tout en se focalisant sur les prochains Grands Prix. Dani Pedrosa sait que le véritable "coup d'envoi" de la saison sera donné le 5 mai à Jerez, sur un circuit que tous les pilotes connaissent par coeur et où il s'est imposé en 2008. Reste que le Catalan devra davantage se méfier de Marquez à l'avenir, même s'il paraît sur le papier mieux armé pour jouer le titre sur la durée d'une saison.

Car à Austin, Marc Marquez a gentiment commencé à se tisser un costume de favori, alors qu'il n'était jusque-là perçu que comme un "chien fou" capable de quelques coups d'éclats : le voici désormais co-leader du championnat, à égalité de points avec Lorenzo !

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (3ème en qualifs et 3ème en course) : "Une victoire est une victoire, une troisième place est une troisième place. Cette piste est probablement la plus problématique pour nous et hier je ne m’attendais pas à finir troisième, aussi près du vainqueur. Nous avions trouvé quelque chose lors du warm-up, une modification de la deuxième vitesse pour les épingles et les virages lents".

"C’était mieux, mais nous n’avions cependant pas le meilleur étagement pour l’accélération et il nous manquait donc deux dixièmes par tour. Félicitations à Cal Crutchlow parce qu’il n’a jamais abandonné mais surtout à Marc pour son record et parce qu’aujourd’hui, c’était lui le meilleur".

L'analyse Moto-Net.Com : Comme en mars, Jorge Lorenzo n'a rien pu faire face aux puissantes Honda à Austin... En qualifications, le champion du monde en titre s'est même fait mettre 1,079 sec par le poleman, Marc Marquez : un gouffre difficile à avaler pour un pilote aussi doué qu'orgueilleux !

Pour le Majorquin, le circuit d'Austin a mis en évidence l'écart de niveau entre les Yamaha et les Honda : les M1 n'ont pas autant de motricité en sortie de courbe et ce désavantage se creuse encore en ligne droite grâce à la boîte de vitesses ultra-rapide des RCV (lire notre Présentation technique détaillée des MotoGP 2013).

Plus inquiétant encore, l'avantage que les Yamaha ont toujours possédé sur les Honda en entrée de courbe ne semble plus aussi prononcé : "on dirait que la Honda peut mieux tourner, sur une distance plus courte", analysait-il avec inquiétude après les essais libres...

Mais le double champion du monde MotoGP n'est pas du genre à abandonner sans se battre : grâce à de subtiles modifications sur l'étagement de sa boîte, il est parvenu à maintenir l'écart sur ses rivaux à un seuil "acceptable" (+3,381 sec sur Marquez à l'arrivée). Ces progrès lui ont permis de signer le troisième meilleur temps en course en 2'04.470 (à deux gros dixièmes du record en course établi par Marquez en 2'04.242), puis de monter sur son 100ème podium en Grands Prix !

Cal Crutchlow, Yamaha-Tech3 (4ème en qualifs et 4ème en course) : "Je suis très content, nous avons fait beaucoup mieux que ce que nous espérions avant d’arriver au Texas. Je savais que ça allait être dur parce que nous n’avions pas fait de tests ici et l’incendie dans le garage mercredi nous a empêchés de suivre notre préparation habituelle. Finir quatrième derrière Márquez, Pedrosa et Lorenzo est un bel exploit pour nous tous et je tiens à remercier toute l’équipe".

"J’ai été très régulier en course. Je suis malheureusement parti un peu large en essayant de doubler Bradl, mais j’ai fini par réussir et je suis ensuite resté sur le même rythme que Lorenzo pendant un moment, ce qui est très encourageant pour les prochaines courses. Je me suis donné à fond, je n’ai jamais baissé les bras et je pense que nous avons montré à quel point nous sommes compétitifs. Nous allons maintenant à Jerez, où j’avais été le plus rapide lors des tests hivernaux. Il devrait y avoir une belle bagarre et j’attends ça avec impatience".

L'analyse Moto-Net.Com : Très agacé de ne pas avoir pu lui aussi profiter des essais privés à Austin, Cal Crutchlow n'a pas beaucoup desserré les dents jusqu'à dimanche... Ouvertement remonté contre ce qu'il considère - à juste titre - comme une situation sportivement discutable, le Britannique a dans un premier temps indiqué ne pouvoir briguer qu'une sixième place, derrière les pilotes qui ont participé aux tests en mars.

Rapidement toutefois, il est apparu que le n°35 possédait la vélocité suffisante pour pallier sa méconnaissance du circuit : dans le coup dès les essais et en qualifs, Cal Crutchlow a réalisé une course extraordinaire dans le sillage de la M1 d'usine de Lorenzo. Malgré une petite sortie de piste, il termine même devant Bradl et Rossi qui possédaient pourtant l'avantage de connaître la piste texane : mission accomplie, et avec panache !

De l'autre côté du box Tech3, son coéquipier Bradley Smith s'est montré plus discret : le débutant anglais termine sa première course en MotoGP - il a chuté au Qatar - en douzième position, derrière la CRT Aprilia d'Aleix Espargaro mais devant la Ducati de Ben Spies. L'honneur est sauf pour le n°38 : il n'est pas le dernier pilote prototype de la course !

Stefan Bradl, Honda-LCR (5ème en qualifs et en course) : "Aujourd'hui nous pouvons être satisfaits parce que nous avons fait du bon travail. J'ai pris un bon départ mais au début je n'ai pas été aussi agressif que les autres pilotes, parce qu'avec le réservoir plein je sentais l'avant glisser un peu. J'ai donc décidé de rester calme et concentré".

"Crutchlow m'a doublé à treize tours de l'arrivée. Il était assez rapide à la mi-course, surtout dans les entrées de virages. Je ne pouvais pas aller aussi vite en entrée mais nous avions une bonne vitesse à la sortie. Je pense que nous avons atteint le meilleur résultat que nous pouvions obtenir et cette cinquième place est le résultat que nous attendions ici au COTA".

L'analyse Moto-Net.Com : Comptant parmi les pilotes qui ont participé aux fameux tests privés en mars, Stefan Bradl partait donc avec un petit avantage sur certains de ses rivaux. L'Allemand en a tiré profit et termine la course à une belle cinquième place, à 9 secondes de la M1 de Lorenzo.

Seul petit regret pour le pilote Honda LCR : ne pas avoir pu résister à Cal Crutchlow qui lui chipe une quatrième place à laquelle il pouvait raisonnablement prétendre.

Valentino Rossi, Yamaha Factory (8ème en qualifs et 6ème en course) : "C’est un circuit compliqué pour nous. Nous espérions faire mieux mais j’ai eu beaucoup de mal en course parce que j’avais des problèmes avec les freins. J’avais une vibration au freinage parce que j’avais perdu un morceau de disque et ça ne m’a pas aidé".

"Nous savions que nous devions défendre ici. On doit essayer d’assurer le Top 5 quand on ne peut pas attaquer, mais aujourd’hui c’est une sixième place. Le bilan à l’issue des deux premières courses est positif et nous sommes optimistes pour Jerez et les prochaines courses, qui auront lieu sur des circuits qui nous vont mieux".

L'analyse Moto-Net.Com : Après sa brillantissime entame au Qatar, le génie des Alpages a subi une dure désillusion à Austin... En proie à des problèmes sur les phases de freinages pendant tout le week-end, le n°46 n'a jamais été "dedans" au Texas, malgré l'avantage qu'il possédait pour avoir participé aux tests privés.

Ce mauvais "karma" a d'ailleurs débuté avant même les premiers essais : retardé à l'aéroport de Boston jeudi en raison des précautions prises suite aux attentats perpétués pendant le marathon, l'Italien n'a pas pu prendre son avion pour Austin !

Contraint de se rabattre sur un vol à destination de Houston, le Docteur a ensuite couvert les 300 km qui le séparaient d'Austin en taxi (bonjour la facture !), d'où son absence pendant la conférence de presse jeudi après-midi...

Largué aux essais comme en qualifications, Vale a péniblement redressé la barre en course, sans toutefois parvenir à atteindre le niveau attendu d'un nonuple champion du monde. Auteur du sixième temps en course à une demi-seconde du chrono de Marquez et à trois dixièmes de celui de Lorenzo, il termine derrière deux motos satellites, la M1 de Crutchlow et la RC213V de Bradl.

Plus agaçant encore pour ses fans : sa performante M1 officielle n'a franchi la ligne d'arrivée qu'avec "seulement" six secondes d'avance sur la capricieuse Ducati de Dovizioso qui découvrait le circuit.

Il ne s'agirait toutefois pas d'enterrer Valentino Rossi trop vite ! Certes, ce week-end ne comptera pas parmi ses meilleurs, mais la star transalpine se rachètera sans aucun doute lors des trois prochains Grands Prix qui se dérouleront sur des circuits qu'il affectionne : Jerez le 5 mai, Le Mans le 19 mai et surtout le Mugello le 2 juin !

A ce moment de la saison, sa compétitivité réelle et la physionomie du championnat 2013 apparaîtront beaucoup plus clairement. Inutile de préciser que pour coiffer une dixième couronne mondiale, imposer sa loi durant cette succession de trois courses en Europe sera impératif pour le génie des Alpages...

Andrea Dovizioso, Ducati Team (6ème en qualifs et 7ème en course) : "Nous ne sommes évidemment pas satisfaits de cette septième place, mais notre course n’a pas été mauvaise. J’ai réussi à rester sous les 2’06 et je suis content de mes efforts et de mon agressivité. J’ai pu être régulier jusqu’aux cinq ou six derniers tours. Les trois derniers tours avec Bautista ont été funs, nous nous sommes bien battus ! Nous savons que nous avons encore beaucoup à faire, mais je suis vraiment motivé pour progresser".

L'analyse Moto-Net.Com : C'est peu dire qu'il s'est montré agressif, Andrea Dovizioso ! L'Italien a véritablement tout donné au guidon de sa Ducati pour rester au contact : un tel engagement ne peut qu'être salué, surtout sur une piste où Ducati ne disposait d'aucune donnée faute d'avoir participé aux tests privés.

Bien qu'il ne soit pas parvenu à descendre sous les 2'05 comme les six premiers pilotes, "Dovi" est parvenu à garder la Yamaha de Rossi en point de mire. Ce n'est pas "l'Amérique", mais ça constitue à coup sûr une petite consolation pour l'Italien... et certains membres de chez Ducati !

Pour les Rouges, la plus grosse déception provient finalement de son coéquipier Nicky Hayden qui ne termine qu'en neuvième position. "Je n’ai pas vraiment d’excuse", admet le Kentucky Kid qui a particulièrement souffert du manque de confiance dans son train avant dans les "esses" rapides du tracé texan.

En définitive, le public américain n'aura pas eu beaucoup de raisons de s'enflammer pour ses représentants, puisque le n°69 échoue à plus de 30 secondes du vainqueur tandis que Ben Spies finit laborieusement treizième derrière Espargaro et Smith.

Pour Colin Edwards, troisième pilote américain sur la grille, ce rendez-vous à domicile est même carrément à oublier puisqu'il a dû abandonner en raison de problèmes techniques sur sa CRT à moteur Kawasaki...

Randy de Puniet (CRT), ART-Aspar (14ème en qualifs et 14ème en course) : "Je suis assez bien parti, je me suis calé derrière Smith mais il y a quasiment eu contact avec un autre pilote et j’ai dû freiner fort, ce qui a permis à d’autres pilotes de passer devant. Je me suis retrouvé bloqué au milieu d’un groupe de pilotes qui m’ont ralenti pendant cinq tours".

"Une fois passé devant, j’ai pu hausser la cadence et revenir sur Hernández. Nous sommes de nouveau les deuxièmes CRT, ce qui n’est pas un mauvais résultat, mais nous devons continuer à travailler pour être plus compétitifs".

L'analyse Moto-Net.Com : De l'aveu même de Randy de Puniet, son coéquipier Aleix Espargaro l'a - une fois de plus - surclassé : "j’avais l’impression de toujours avoir une séance de retard sur Aleix", admet le Français. Toujours en délicatesse avec l'avant de CRT Aprilia, le n°14 ne parvient pas à entrer correctement en virage et ses chronos s'en ressentent.

Pendant ce temps, Espargaro réalise le type de prouesses qu'on attendait précisément de Randy : non seulement l'Espagnol domine la catégorie CRT, mais il termine la course devant deux MotoGP prototypes après une rude bataille avec Smith ! Randy de Puniet n'a désormais plus d'autres choix que d'inverser la tendance, s'il veut conserver ses chances de remonter un jour sur un proto...

Car sinon Suzuki, avec qui il est en étroites négociations, pourrait bien commencer à s'intéresser à son jeune coéquipier pour piloter la future GSV-R que le constructeur prévoit d'aligner en 2014 (lire notamment MNC du 8 mai 2013)...

C'est donc préoccupé que Randy de Puniet repart des États-Unis... Et pour ne rien arranger, le Français et son épouse Lauren ont vécu une expérience assez effrayante en arrivant sur place : le train d'atterrissage du petit avion qui les transportait s'est brisé en roulant à faible allure jusqu'à sa place de stationnement à l'aéroport. Heureusement, plus de peur que de mal pour les jeunes mariés !

Le troisième Grand Prix de la saison se déroulera à Jerez (Espagne) du 3 au 5 mai : restez connectés !

Résultats du Grand Prix MotoGP des Amériques 2013

  1. Marc MARQUEZ Honda 43'42.123
  2. Dani PEDROSA Honda +1.534
  3. Jorge LORENZO Yamaha +3.381
  4. Cal CRUTCHLOW Yamaha +6.616
  5. Stefan BRADL Honda +12.674
  6. Valentino ROSSI Yamaha +16.615
  7. Andrea DOVIZIOSO Ducati +22.374
  8. Alvaro BAUTISTA Honda +22.854
  9. Nicky HAYDEN Ducati +33.773
  10. Andrea IANNONE Ducati +42.112
  11. Aleix ESPARGARO ART +48.837
  12. Bradley SMITH Yamaha +50.705
  13. Ben SPIES Ducati +1'14.132
  14. Randy DE PUNIET ART +1'15.651
  15. Yonny HERNANDEZ ART +1'19.591
  16. Michael LAVERTY PBM +1'34.391
  17. Hiroshi AOYAMA FTR +1'39.823
  18. Hector BARBERA FTR +1'39.952
  19. Claudio CORTI FTR Kawasaki +1'46.773
  20. Bryan STARING FTR Honda +1'48.084
  21. Blake YOUNG APR 1 Lap

Non classés

  • Danilo PETRUCCI Ioda-Suter 8 Laps
  • Lukas PESEK Ioda-Suter 8 Laps
  • Colin EDWARDS FTR Kawasaki 10 Laps

Classement provisoire du championnat MotoGP 2013

  1. Marc MARQUEZ Honda 41
  2. Jorge LORENZO Yamaha 41
  3. Dani PEDROSA Honda 33
  4. Valentino ROSSI Yamaha 30
  5. Cal CRUTCHLOW Yamaha 24
  6. Alvaro BAUTISTA Honda 18
  7. Andrea DOVIZIOSO Ducati 18
  8. Nicky HAYDEN Ducati 15
  9. Andrea IANNONE Ducati 13
  10. Stefan BRADL Honda 11
  11. Aleix ESPARGARO ART 10
  12. Ben SPIES Ducati 9
  13. Randy DE PUNIET ART 6
  14. Bradley SMITH Yamaha 4
  15. Hector BARBERA FTR 3
  16. Yonny HERNANDEZ ART 3
  17. Hiroshi AOYAMA FTR 1

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !