• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - MISANO (13 SUR 18)
Paris, le 15 septembre 2014

Déclarations et analyse du GP de San Marin MotoGP

Déclarations et analyse du GP de San Marin MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix moto de San Marin 2014 à Misano.

Imprimer

Déclarations des pilotes et analyse

Valentino Rossi, Yamaha Factory (3ème en qualifs et 1er en course) : "Durant ce week-end, nous nous étions rendu compte que la Yamaha était très forte ici et que nous avions un petit avantage sur les Honda. Quand Marquez semble être en difficulté, c'est une motivation supplémentaire parce qu'on se dit qu'on peut gagner, mais c'était toujours difficile. Nous avions bien travaillé avec le team et fait une bonne qualification".

"J'ai pris un bon départ et je me suis battu avec Marc et Jorge. Je savais que Marc voulait rester devant. Quand j'ai vu mon pit-board (panneau sur lequel les teams indiquent des infos clés à leur pilote dans la ligne droite des stands, NDLR), je me suis dit qu'il avait chuté ou qu'il s'était passé quelque chose et c'était alors un peu plus facile parce que j'avais un peu d'avance sur Jorge. Ça faisait cinq ans que je n'avais plus gagné ici, ma dernière victoire ressemblait à celle-ci et c'était comme si j'avais pris une machine à remonter le temps !".

"Mon premier objectif pour cette année était de remporter une course, et cette victoire est plus importante que celle d'Assen en 2013. A Assen, Jorge s'était cassé la clavicule et ma victoire n'était pas aussi solide. Cette année je suis plus rapide, j'ai fini quatre fois deuxième derrière Márquez. Maintenant je peux me battre avec Dani pour la seconde place (1 point d'écart au provisoire, NDLR)".

L'analyse Moto-Net.Com : Avant d'arriver chez lui à Misano, à quelques kilomètres de son village de Tavullia, Valentino Rossi a expliqué qu'il était content du déroulement de sa saison, d'être parvenu à améliorer sa vitesse en modifiant son style de pilotage pour signer huit podiums en douze courses face aux ténors Marquez, Lorenzo et Pedrosa.

Pour autant, si jouer aux avant-postes est effectivement remarquable à 35 ans, le nonuple champion du monde ne s'estimait pas "satisfait à 100% parce que je veux gagner : ne pas l’admettre serait mentir". Expliquant qu'après avoir connu autant de victoires dans sa carrière, terminer deuxième ou troisième ne pouvait pleinement l'épanouir, le Docteur assurait à la veille de sa course nationale se sentir capable de jouer de nouveau la gagne...

Une ambition logique (aucun pilote ne court pour perdre !) mais qui semblait pour beaucoup hors de portée du génie des alpages... Certes, Rossi a de très "beaux restes" pour un pilote usant ses sliders depuis 19 saisons en Grands Prix, mais de là à battre à la régulière des jeunes surdoués comme Marquez... C'est pourtant exactement ce que le n°46 est parvenu à faire hier, après avoir tenu par deux fois tête au champion du monde en titre puis s'être débarrassé de son coéquipier.

Et si certains tempéreront - à raison - ce brillant constat en rappelant que l'officiel Yamaha a eu la partie facilitée par la chute de Marc Marquez, il est à noter qu'il s'agit de la première erreur en course du n°93 depuis plus d'un an, au Mugello. Et ce n'est clairement pas en se promenant derrière la M1 que l'écrasant leader du championnat a perdu l'avant !

Rossi remonte avec la manière en haut du podium pour la première fois depuis le Grand Prix des Pays-Bas 2013 et fait vibrer ses fans à domicile pour la première fois depuis le GP de San Marin 2009. Tout aussi important, voire plus sur le plan sportif : sa victoire met fin à la série de 12 succès consécutifs de Honda cette saison (11 de Marquez, 1 de Pedrosa).

Autant d'événements à fêter pour "Vale", qui détient désormais le record de 5012 points marqués en Grand Prix, dont 4070 en catégorie reine. "Je ne peux rien demander de plus aujourd'hui", a commenté, ravi, le champion italien en descendant du podium.

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory (1er en qualifs et 2ème en course) : "Je suis très heureux de voir que les deux Yamaha sont devant parce que ça faisait longtemps que ça n’était plus arrivé, mais c’est vrai que de mon côté je suis un peu déçu".

"Je m’attendais à me battre pour la victoire, pas nécessairement à gagner, mais à davantage me battre pour la victoire. Je savais depuis le warm-up que Valentino allait être très rapide, je m'attendais à être plus rapide que l'an dernier mais j'ai été plus lent".

"J'avais aimé le pneu dur hier, mais aujourd'hui je n'avais pas assez de grip sur l'angle. J'ai tout donné mais Valentino a été fort aujourd'hui et il méritait cette victoire. A Brno, nous avions aussi choisi un pneu différent et ça avait marché. Ici, nous avons fait une erreur. Rossi avait eu un bon rythme tout le week-end et si nous n'avions pas eu de problème à l'avant, nous battre avec lui aurait quand même été très dur. Ce sont quatre secondes places mais j'espère bientôt gagner !"

L'analyse Moto-Net.Com : S'il était évident que les Yamaha seraient les motos à battre ce week-end au regard de leur aisance sur le tracé de Misano, Jorge Lorenzo semblait le logique candidat pour la victoire.

Revenu à son meilleur niveau depuis quelques courses (3 secondes places consécutives), le Majorquin jouit en outre d'un palmarès exceptionnel à San Marin : en six participations en MotoGP, il compte trois victoires d'affilée (de 2011 à 2013) et trois secondes places (de 2008 à 2010).

Mais un mauvais choix de pneu avant a compromis ses chances... Une erreur tactique qui s'ajoute à celles commises par le n°99 depuis le début de la saison (chute au Qatar, départ volé à Austin)... Pour Lorenzo, le plus dur est maintenant de surmonter la déconvenue de voir Rossi stopper la tendance victorieuse de Honda, en ayant en outre réussi à réaliser ce qu'il n'est pas encore parvenu à faire : coller suffisamment de pression sur Marquez pour le pousser à la faute.

Dani Pedrosa, Honda-Repsol (5ème en qualifs et 3ème en course) : "Ça n’a pas été notre meilleur course, je suis bien parti mais j’ai été pris en sandwich dans les deux premiers virages et je ne pouvais pas avancer".

"Il m’a fallu passer devant les Ducati et j’avais du mal à contrôler la moto qui glissait à l’avant et à l’arrière. Au bout de deux tours, je voyais Lorenzo et les autres s’échapper devant. J’ai fait de mon mieux et Dovi m’a suivi, j’ai dû me battre avec lui".

"Ensuite, j’ai vu Marc tomber et j’ai attaqué. Je n’avais pas un très bon feeling et Dovizioso allait aussi vite que moi. Je sais comment il pilote et je m’attendais donc à ce qu’il attaque sur les derniers tours. Ce n’est pas un grand résultat, mais les Yamaha étaient plus fortes ce week-end et nous pouvons être optimistes pour Aragon. J’aime ce circuit et la Honda fonctionne généralement assez bien là-bas."

L'analyse Moto-Net.Com : Depuis qu'il est parvenu à stopper la "Marc Royale" en République tchèque, Dani Pedrosa n'arrive pas à endosser le statut de prétendant régulier à la victoire. Quatrième en Grande-Bretagne il y a 15 jours et troisième ce week-end à Misano, l'officiel HRC joue certes placé mais pas gagnant.

Fort de ses neuf podiums, le catalan occupe encore le deuxième rang du championnat provisoire... mais le voici désormais à une seule petite longueur du "revenant" Rossi ! Plus inquiétant pour l'officiel Honda : il s'agit de la deuxième course d'affilée durant laquelle il ne parvient pas à accrocher le wagon de tête et où il doit se battre becs et ongles pour terminer devant la Ducati de Dovizioso...

Andrea Dovizioso, Ducati Team (6ème en qualifs et 4ème en course) : "Je suis très heureux ! J’ai vraiment fait une belle course. Ce week-end a été assez difficile et je ne pensais pas faire une aussi bonne course. Je tiens à remercier toute l’équipe parce que nous avons travaillé très dur pour réduire l’écart sur les leaders et que nous y parvenons petit à petit. N’être qu’à cinq secondes à l’arrivée est comme un rêve, je ne pensais pas que ça allait être possible aujourd’hui".

"Nous sommes suffisamment proches pour nous battre avec les premiers mais nous devons encore serrer les dents pendant toute la course. J’ai essayé de prendre la troisième place à Pedrosa jusqu’à la fin, mais aujourd’hui j’étais vraiment au-delà de la limite à certains endroits et cette quatrième place est donc suffisante"

L'analyse Moto-Net.Com : Pour la deuxième fois consécutive, Andrea Dovizioso entre dans le Top 5 sur sa Ducati Open en utilisant la même monte pneumatique que les Factory (médium à l'avant et à l'arrière pour tous, à l'exception de Lorenzo parti en dur à l'avant).

Accrocheur pendant toute la course, l'Italien s'est longtemps bagarré avec la Honda officielle de Dani Pedrosa pour la plus grande joie des supporters locaux, déjà au bord de l'extinction de voix à force d'encourager Rossi ! Le n°4 termine finalement à 5,510 secondes du vainqueur sur un tracé où Ducati a réalisé des essais privés annoncés prometteurs cet été.

A noter que si "Dovi" avait battu Pedrosa, il serait monté sur son troisième podium sur le sec cette saison (3ème à Austin et 2ème à Assen). Ce qui implique un changement de taille pour Ducati, alors contraint réglementairement d'abandonner l'un des avantages dont les Desmosedici jouissent de par leur statut bâtard de "Factory 2"... "Si un pilote, ou plusieurs pilotes du même constructeur, participant dans les conditions décrites ci-dessus (structure d'usine engagée en Open, soit les teams Factory 2, NDLR), remporte une victoire, deux secondes places ou trois podiums sur piste sèche au cours de la saison 2014, le constructeur verra la capacité maximale de ses réservoirs réduite à 22 litres (20 pour les Honda et Yamaha Factory, NDLR)".

Naturellement chez Ducati, on se défend de jouer les stratèges pour conserver cet avantage, jugé de toute manière "pas si important". Et pourtant, la quantité d'essence disponible impacte directement les performances pures : d'une part parce qu'elle conditionne le niveau de bridage de la moto (obligatoire pour terminer la course), de l'autre car cela influe sur le comportement mécanique.

En effet, les sophistiqués logiciels électroniques des MotoGP adaptent en continu le comportement du moteur en fonction de la consommation d'essence. Autrement dit, en fin de course l'ECU peut être amené à diminuer le rendement du moteur si le niveau d'essence baisse trop rapidement (lors de bagarres intenses, notamment).

Ducati possède donc un avantage technique non négligeable, qui s'observe par ailleurs à travers l'excellente vitesse de pointe des motos : en course, "Dovi" décroche une nouvelle fois la meilleure v-max (287,8 km/h), avec une infime avance sur les puissantes Honda de Bradl et Pedrosa (respectivement 286,9 km/h et 286,2 km/h). Avec la M1 officielle, pourtant en forme ce week-end, Lorenzo et Rossi concèdent de leur côté presque 5 km/h (respectivement 283,3 km/h et 283 km/h) à la GP14 !

Marc Marquez, Honda-Repsol (4ème en qualifs et 15ème en course) : "Hier je ne pensais pas pouvoir suivre Valentino et Jorge et je suis donc assez content de la façon dont la journée s'est passée, même si je suis tombé en ayant commis ma première erreur de l'année. Ils avaient un peu plus de rythme et aujourd'hui nous étions assez proches d'eux".

"Je voyais qu'il était possible de nous battre pour la victoire avec Valentino. Au final ça n'a pas été possible à cause de cette erreur. Je suis passé sur la partie intérieure des vibreurs et j'ai perdu l'avant. J'ai heureusement pu reprendre la course, continuer avec un bon rythme et marquer un point qui nous servira peut-être plus tard"...

L'analyse Moto-Net.Com : Récemment, Marc Marquez confiait s'être en partie inspiré du pilotage de Casey Stoner, après l'avoir vu tendre à l'extrême ses trajectoires en passant sur les vibreurs au point de corde. Expliquant que la plupart des bordures offraient souvent autant de grip que la piste elle-même, voire plus dans certains cas grâce au pouvoir d'accroche des peintures spécifiquement utilisées, le champion en titre jaugerait le potentiel d'adhérence de chaque vibreur pendant ses tours de reconnaissance en scooter le jeudi précédent la course !

Visiblement, le n°93 a surestimé le grip du vibreur intérieur du virage de Rio, sur lequel sa roue avant s'est soudainement dérobée ! Fort heureusement, l'officiel HRC ne s'est pas blessé et a même pu repartir pour sauver le point de la 15ème place. Dans la mesure où il mène le championnat avec pratiquement trois courses d'avance (289 points contre 215 pour Pedrosa), cette unité ne lui servira sans doute pas à grand chose pour le décompte final !

Mais le fait qu'il se soit battu pour grappiller un point dont il connaissait la relative inutilité en dit long sur la combativité du champion : même un genou à terre, Marc Marquez ne rend pas les armes ! D'ailleurs, le n°93 a confié que s'il songeait à assurer de bons résultats lors des prochaines courses pour verrouiller l'obtention de son second titre en MotoGP, il n'adopterait cette stratégie défensive qu'après Aragon où il compte tout donner devant ses fans ibériques !

"Jusqu'à cette course, mon objectif était de me battre pour la victoire à chaque Grand Prix car mon avance au championnat est conséquente. Je ne voulais pas gérer mon championnat autrement, ce qui m'a fait prendre des risques. J'ai encore pris des risques en essayant de suivre Valentino, mais lui et Lorenzo étaient un peu plus forts que nous cette fois", analyse-t-il.

"J'ai quand même essayé d'attaquer et j'ai été en mesure de les suivre. Mais à partir de maintenant, peut-être que le moment est venu d'aborder différemment les choses. Aragon sera cependant l'exception, car c'est ma course à domicile !"

La prochaine course MotoGP, le Grand Prix d'Aragon donc, se déroulera du 26 au 28 septembre. A suivre comme d'habitude sur MNC : restez connectés !

Résultats du Grand Prix MotoGP de San Marin 2014

  1. Valentino ROSSI Yamaha 44'14.586
  2. Jorge LORENZO Yamaha +1.578
  3. Dani PEDROSA Honda +4.276
  4. Andrea DOVIZIOSO Ducati +5.510
  5. Andrea IANNONE Ducati +11.771
  6. Pol ESPARGARO Yamaha +18.999
  7. Bradley SMITH Yamaha +23.100
  8. Alvaro BAUTISTA Honda +36.458
  9. Cal CRUTCHLOW Ducati +38.480
  10. Yonny HERNANDEZ Ducati +45.878
  11. Karel ABRAHAM Honda +54.765
  12. Hiroshi AOYAMA Honda +56.775
  13. Scott REDDING Honda +1'02.734
  14. Alex DE ANGELIS Forward Yamaha +1'13.546
  15. Marc MARQUEZ Honda +1'15.948
  16. Leon CAMIER Honda +1'20.760
  17. Michael LAVERTY PBM +1'26.422
  18. Broc PARKES PBM 1 Tour
  19. Hector BARBERA Avintia 1 Tour

Non classés

  • Aleix ESPARGARO Forward Yamaha 1 Tour
  • Stefan BRADL Honda 22 Tours
  • Danilo PETRUCCI ART 27 Tours
  • Mike DI MEGLIO Avintia 0 Tour

Classement provisoire du championnat MotoGP 2014

  1. Marc MARQUEZ Honda SPA 289
  2. Dani PEDROSA Honda SPA 215
  3. Valentino ROSSI Yamaha ITA 214
  4. Jorge LORENZO Yamaha SPA 177
  5. Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA 142
  6. Pol ESPARGARO Yamaha SPA 98
  7. Aleix ESPARGARO Forward Yamaha SPA 92
  8. Andrea IANNONE Ducati ITA 92
  9. Stefan BRADL Honda GER 74
  10. Bradley SMITH Yamaha GBR 74
  11. Alvaro BAUTISTA Honda SPA 64
  12. Scott REDDING Honda GBR 54
  13. Cal CRUTCHLOW Ducati GBR 47
  14. Hiroshi AOYAMA Honda JPN 43
  15. Yonny HERNANDEZ Ducati COL 38
  16. Karel ABRAHAM Honda CZE 33
  17. Nicky HAYDEN Honda USA 29
  18. Colin EDWARDS Forward Yamaha USA 11
  19. Michele PIRRO Ducati ITA 11
  20. Broc PARKES PBM AUS 7
  21. Mike DI MEGLIO Avintia FRA 4
  22. Danilo PETRUCCI ART ITA 4
  23. Alex DE ANGELIS Forward Yamaha RSM 3
  24. Michael LAVERTY PBM GBR 2
  25. Hector BARBERA Avintia SPA 2
  26. Leon CAMIER Honda GBR 1

        .

        Commentaires

        Bestof: 
        1
        Lectures: 
        0
        "J'ai quand même essayé d'attaquer et j'ai été en mesure de les suivre. Mais à partir de maintenant, peut-être que le moment est venu d'aborder différemment les choses. Aragon sera cependant l'exception, car c'est ma course à domicile !"Cela veut il dire qu'il compte gérer ? "Laissant" (entre guillemets) les autres s'arsouiller. C'est tout bon pour eux, d'autant plus que certains vont être sur-motivés, en tête Rossi et Dovi a àprès leur coup d'éclat. Bon, sauf à Aragon, faut pas déconner non plus. Chaude cette fin de saison, chaude comme la météo, miam miam.

        Ajouter un commentaire

        Identifiez-vous pour publier un commentaire.

        .

        Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

        Soutenez le Journal moto du Net

        Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

        ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !