• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - PHILLIP ISLAND (16 SUR 18)
Paris, le 20 octobre 2014

Déclarations et analyse du GP d'Australie MotoGP

Déclarations et analyse du GP d'Australie MotoGP

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du Grand Prix d'Australie MotoGP 2014 à Phillip Island.

Imprimer

Déclarations et analyse du GP d'Australie MotoGP

Comme en 2013, le revêtement abrasif du circuit de Phillip Island et ses longues courbes rapides ont fait souffrir les pneumaticiens - et leurs pneus ! - lors du GP d'Australie 2014 ce week-end (lire nos comptes rendus des courses Moto GP, Moto2 et Moto3).

Les températures, comme souvent assez basses en cette période (entre 15 et 24°C dans l'air), n'ont de surcroît pas arrangé les choses, surtout pour Bridgestone dont le nouveau pneu avant asymétrique conçu spécialement pour le tracé australien peinait à chauffer dans ces conditions.

Bilan : en essais comme en course, de très nombreuses pertes de l'avant ont été enregistrées ce week-end. Pour la plupart, ces chutes se sont produites dans le quatrième virage (le Honda Corner ci-contre, dans lequel entre Marquez suivi de ses petits camarades), une courbe à droite assez serrée et en descente à l'entrée de laquelle Lorenzo, notamment, s'était fait piéger sans avoir le temps dire "mierda" en FP2.

Autre conséquence assez logique : les chronos sont restés assez modestes en MotoGP : Marquez a décroché la pole en 1'28.408, soit 0,509 sec moins vite que le record atteint par Lorenzo l'année dernière dans des conditions toutefois plus propices à la vitesse pure (28°C dans l'air lors des qualifications 2013).

Dans les catégories inférieures, Dunlop s'est bien mieux tiré de l'exercice puisque Alex Marquez et Esteve Rabat, leaders des championnats Moto3 et Moto2, ont battu le record absolu dans leur classe respective. Même chose en course, où les temps au tour ont atteint de nouvelles références en Moto3 comme en Moto2, alors que le meilleur chrono de la course MotoGP signé par Rossi est à 1,5 sec du record du tour claqué par Marquez lors du Grand Prix 2013 (1'29.605 contre 1'28.108).

Pour la plupart assez "refroidis" par cette situation, de nombreux pilotes de la catégorie reine ont donc fait le choix d'une monte pneumatique classique en extra-tendre à l'avant - pour favoriser le temps le chauffe et le grip - et en médium à l'arrière. Un choix aussi dicté par la soudaine baisse de température avant la course, à cause de la levée du vent (16°C dans l'air contre 24°C durant le warm-up).

Neuf pilotes ont de leur côté choisi d'écouter Bridgestone en optant pour le nouvel asymétrique à l'avant, espérant profiter d'une meilleure longévité : Pol Espargaro, Stefan Bradl, Dani Pedrosa, Marc Marquez, Alvaro Bautista, Andrea Dovizioso, Cal Crutchlow, Nicky Hayden et Hector Barbera. Sauf que sur ces neuf motos, trois ont terminé dans les graviers (celles d'Espargaro, Marquez et Cructhlow) suite à une perte de l'avant au freinage !

Au final, en ajoutant les abandons dus aux accrochages "Iannone-Pedrosa" et "Bradl-Aleix Espargaro", seulement 14 pilotes sur 23 ont terminé la course, tandis que Lorenzo s'est estimé "chanceux" d'y parvenir avec son slick extra-tendre avant détruit...

A titre de comparaison, en Moto3 comme en Moto2, catégories où les chutes sont pourtant souvent légion avec plus de 30 pilotes au départ, il n'y a eu que cinq abandons enregistrés par épreuve. Bridgestone se retrouve donc de nouveau au centre de bien des mécontentements, les pilotes se plaignant d'avoir dû composer avec des pneus non seulement moins performants mais aussi critiquables au niveau de leur retour d'informations...

Sûr que Michelin, prochain fournisseur unique de la catégorie reine à partir de 2016, doit prendre soigneusement note des difficultés rencontrées par son rival afin d'y apporter ses propres solutions... A moins que les pilotes n'adoptent comme Valentino Rossi, le temps de photos publicitaires prises pendant le GP, des scooters à trois-roues comme le Tricity pour s'assurer un max de stabilité sur l'avant ?

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !