• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
MOTOGP - RICARDO TORMO (18 SUR 18)
Paris, le 11 novembre 2013

Déclarations et analyse de la finale MotoGP 2013 à Valence

Déclarations et analyse de la finale MotoGP 2013 à Valence

Après chaque course Moto GP, retrouvez les déclarations des principaux pilotes de la catégorie reine et l'analyse de leurs succès (et de leurs échecs) par la rédaction de Moto-Net.Com. Débriefing du GP moto de Valence 2013 sur le circuit Ricardo Tormo.

Imprimer

Valence, en piste pour le spectacle !

C'est de nouveau un magnifique spectacle qui s'est déroulé devant les 104 000 spectateurs du circuit Ricardo Tormo pour la finale des Grands Prix hier à Valence (Espagne). D'abord en Moto3 avec la chute du favori Luis Salom, puis la baston mémorable entre Maverick Vinales - sacré champion du monde devant son public - et Alex Rins jusque dans le dernier virage.

A peine le temps d'héler un des nombreux "hommes-tonneaux" pour commander une cerveza bien fraîche - mais sans alcool dans l'enceinte du circuit - que déjà la course Moto2 débutait sur les chapeaux de roues. Bien parti pour offrir un cavalier seul à ses compatriotes dans des conditions presque estivales (pas loin de 25°C dans l'air), le nouveau champion du monde en titre, Pol Espargaro, a confondu vitesse et précipitation et a chuté au profit du pilote local Nico Terol.

Puis vint le moment tant attendu : l'ultime duel entre Jorge Lorenzo et Marc Marquez en MotoGP, avec à la clé la couronne mondiale en catégorie reine ! Galvanisée par l'enjeu, la foule se remémore cette finale MotoGP 2006 à Valence, où le titre s'était aussi joué au dernier épisode entre Rossi et Hayden...

46 minutes et 10x secondes plus tard, Jorge Lorenzo franchissait la ligne d'arrivée en large vainqueur devant Dani Pedrosa et le plus jeune champion du monde de l'histoire des Grands Prix en catégorie reine : Marc Marquez, à qui MNC consacre naturellement aujourd'hui une large partie de cette analyse du lundi post-GP.

Rappelons tout d'abord qu'à seulement 20 ans et 266 jours, le natif de Lleida (Espagne) bat un record vieux de... 30 ans : Freddie Spencer, jusqu'ici le détenteur du titre de plus jeune champion du monde, avait en effet 21 ans et 258 jours lorsqu'il remporta la couronne mondial en 500 cc sur Honda en 1983 (lire notamment notre Interview de Freddie "E.T." Spencer).

Au passage, le n°93 devient aussi le deuxième débutant de l'histoire des Grands Prix à décrocher la timbale lors de sa première année en catégorie, un statut dont jouissait depuis 1978 un certain Kenny Roberts Senior...

Retour sur l'itinéraire d'un "Baby Champ" (l'inscription figurant sur son t-shirt de célébration dimanche) particulièrement doué.

Marquez : du tout-terrain au MotoGP

Troisième Espagnol sacré champion du monde en catégorie reine - après Criville en 1999 et Lorenzo en 2010 et 2012 -, Marc Marquez a très tôt été programmé pour devenir le génie qu'il est aujourd'hui. Ses premiers tours de roues à moto remontent à ses 4 ans, lorsque ses parents lui offrent une mini-bike de cross à Noël.

Son jeune frère, Alex, suivra un peu plus tard le même type de cursus avec un succès similaire puisque le jeune homme vient de remporter son premier GP en Moto3 (lire notre compte rendu de la course Moto3 au Japon).

En 1998, Marc Marquez participe à sa première course (!) "Enduro for the Kids" dans la catégorie initiation. Précoce, il apprécie déjà les joies de la recherche de l'adhérence et les contacts, inévitables en tout-terrain.

Sans doute est-ce de ses débuts sur la terre qu'il tirera sa stupéfiante capacité à rattraper des situations désespérées, à l'image d'un chat qui retombe toujours sur ses pattes (ou plutôt sur ses coudes, rapport à sa propension à éviter une chute en prenant appui sur son coude intérieur en courbe) !

A six ans, son père - qui suit encore toutes ses courses depuis le box Honda-Repsol - lui achète une 50 cc de cross. Le jeune Marc continue à se faire la main dans les championnats régionaux de motocross et d'enduro, sa discipline préférée. A tel point qu'en 2001, ce petit gabarit aux yeux noirs jais remporte le championnat de motocross de Catalogne en catégorie "initiation" et termine quatrième en "enduro".

Un peu plus tard la même année, la Fédération catalane de motocyclisme lance la Conti Cup et Marc Marquez décide de passer de la terre au bitume : après une première partie de saison laborieuse (eh oui, même les cracks connaissent des moments de galères !), le jeune prodige finit par trouver ses marques sur un circuit de vitesse et commence à progresser très rapidement. En 2003, il remporte l'Open RACC 50, un championnat de vitesse articulé autour de six courses disputées en Catalogne.

L'année suivante, il passe à la 125 cc avec comme coéquipier un certain Pol Espargaro, qui a remporté le titre Moto2 2013 fin octobre au Motegi. En 2005, il remporte le championnat 125 cc de Catalogne et s'offre au passage le titre en Supermotard (85 cc), une catégorie qu'il apprécie et pratique encore aujourd'hui, notamment pour maîtriser la glisse et améliorer sa réactivité lors des changements d'adhérence.

Cette année est marquée par une rencontre déterminante dans la suite de sa carrière : le jeune garçon fait la connaissance de l'ancien pilote Emilio Alzamora. Le champion du monde 125 cc en 1999 devient le mentor de Marc Marquez, une association pleine de respect et de succès qui perdure encore à l'heure actuelle.

En 2007, il s'aligne en champion d'Espagne de vitesse (CEV) où il réalise de belles choses (victoires à Jerez, notamment), mais connaît aussi plusieurs chutes douloureuses. L'année suivante, Alzamora l'estime prêt à s'attaquer au championnat du monde. L'Espagnol ne se trompe pas : Marquez marque des points dès le GP de Chine 2008, malgré une blessure au bras droit contractée pendant l'intersaison qui a ralenti son apprentissage des GP 125.

Sa première apparition sur le podium intervient à Donington, une course terminée troisième avec sa KTM aux couleurs de... Repsol ! Dès ses débuts, Marquez jouit en effet du soutien du puissant pétrolier espagnol, le sponsor historique - doit-on le rappeler ? - du team officiel Honda en MotoGP. Sa première saison alternera des très hauts et des gros bas, notamment une vilaine chute en Malaisie où il s'abîme le tibia (lire son palmarès complet en page suivante).

Première victoire en GP en 2010

En 2009, Marc Marquez aborde sa deuxième année dans le grand bain le couteau entre les dents : le jeune homme devient en France le deuxième plus jeune pilote de l'histoire des Grands Prix à signer une pole position ! Hélas, des chutes encore trop nombreuses l'empêchent de confirmer son potentiel. Il faudra attendre la saison suivante pour le voir remporter sa première course au Mugello, au guidon d'une Derbi officielle.

La machine est alors lancée : le n°93 - son année de naissance - enchaîne ensuite quatre pole positions et quatre victoires d'affilée, battant le record de précocité appartenant à Valentino Rossi. Malgré une fracture à l'épaule contractée à Brno, Marc Marquez poursuit sa lancée triomphale dont l'un des plus beaux épisodes se jouera au Portugal : l'Espagnol chute dans le tour de formation et doit partir des stands, mais remporte malgré tout la course en doublant un à un tous ses rivaux !

Comme cette année face à Lorenzo, Marc Marquez joue son premier titre mondial lors de l'ultime rendez-vous de la saison, dans le "chaudron" de Valence face à Nico Terol. Le jeune homme ne tremble pas, signe la pole position (sa 12ème de la saison, un nouveau record en GP) et termine "sagement" quatrième pour coiffer la couronne mondiale au terme d'une saison 2010 qui l'aura vu dix fois sur la plus haute marche du podium.

Cette ascension record se poursuit en Moto2, où il joue immédiatement le titre 2011 face à Stefan Bradl. Hélas, une série de chutes le pénalisera au moment du décompte final : Marquez est tombé trois fois lors des quatre premières courses, avant de chuter de nouveau au Grand Prix de Grande-Bretagne...

Cette première saison le verra toutefois réaliser un nouvel exploit : relégué à la dernière place sur la grille de départ en Australie, il double 35 pilotes pour finalement monter sur la troisième marche du podium ! Malgré ce coup d'éclat mémorable et plusieurs victoires retentissantes, il doit faire une croix définitive sur ses chances de titre en Malaisie, lorsqu'il se relève sérieusement sonné d'un crash en qualifications.

Contraint de jeter l'éponge sur sa fin de saison, Marc Marquez souffre surtout de problèmes de vision à la suite de cet accident, qui l'empêcheront de s'entraîner pendant l'intersaison. Pendant un long moment, la suite de la carrière du jeune prodige espagnol est même mise entre parenthèses, faute de savoir si ses problèmes de dédoublement de la vue guériront complètement...

Titré en Moto2, Marquez s'attaque au MotoGP

L'année suivante, il revient plus fort et endurci, mais surtout plus régulier : il monte 14 fois sur le podium en 17 courses, dont neuf fois sur la plus haute marche. A 19 ans, il décroche son deuxième sacre mondial. Fort de ce titre en Moto2 et profitant d'un aménagement réglementaire très discuté, il monte en catégorie reine en 2013 aux côtés de Dani Pedrosa dans le team officiel Honda.

Dès les essais hivernaux, le rookie étale des qualités que ses adversaires ne prennent pas encore suffisamment au sérieux... Pedrosa - qui reste sur une excellente fin de saison 2012 - est alors convaincu que le titre se jouera entre lui et Lorenzo, et que Marquez tâtera du bitume au moins aussi souvent qu'il réalisera des coups d'éclats.

Malheureusement pour le n°26, Marc Marquez déjoue tous les pronostics en se montrant non seulement très rapide - ça, tout le monde s'y attendait -, mais surtout très régulier. Hormis sa chute au Mugello et sa disqualification en Australie, le n°93 n'accusera en effet aucun résultat blanc pour sa première saison ! Plus fort encore : il est monté à 16 reprises sur le podium en 18 courses, dont six fois sur la première marche.

Une telle régularité aux avant-postes n'a jamais été observée en catégorie reine, ce qui fait de Marc Maquez le pilote de tous les records en MotoGP. Ces exploits sont d'ailleurs tellement nombreux lors de cette exceptionnelle première saison que MNC vous les présente en page suivante !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Abonnement MNC Premium


En m'abonnant à MNC Premium je lis toutes les infos réservées sans pub intrusive, je profite d'invitations, réductions, annonces gratuites, etc. et je soutiens l'indépendance du Journal moto du Net !

TOUS LES AVANTAGES   |   JE M'ABONNE !