• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
PLUS DE FLASHES, PLUS DE CASH
Paris, le 5 novembre 2020

De nouveaux radars pour renouer avec des recettes records

De nouveaux radars pour renouer avec des recettes records

Crise économique, crise sociale, crise sanitaire : les épisodes critiques se succèdent en affectant durement l'économie, le moral et la santé des Français... Signe de la gravité de la situation : même les radars ne font plus recette ! Heureusement, l'État prépare la riposte... Explications.

Imprimer

789 millions en 2015, 920 millions en 2016 et 1,013 milliard d'euros (!) en 2017 : les recettes des radars automatiques affichaient jusqu'en 2018 une croissance aussi insolente que désespérante. Puis le soufflé retombe avec "seulement" 864 millions d'euros, suivi d'une seconde déconvenue en 2019 avec un "petit" 760 millions d'euros... 

La cause ? Les mouvements sociaux selon le gouvernement, très remonté contre les Gilets jaunes - nés du populaire rejet des 80 km/h et du prix du carburant - qui auraient mis hors d'état de nuire trois quarts des précieuses boîtes à cash flashes. "75% du parc de radars a été soit détruit, soit détérioré, soit attaqué, soit neutralisé", rageait fin 2019 l'ancien ministre de l'intérieur, Christophe Castaner.

Pas question de poursuivre sur cette lancée, surtout que les besoins en trésorerie de l'État explosent avec le Covid-19 entre les soins hospitaliers, les aides, la prise en charge du chômage partiel et les reports - pas annulation : nuance ! - des taxes. Sans compter l'effondrement des revenus taxés : productions, consommations et déplacements réduits par le confinement sont autant de taxations en moins pour Bercy. 

Plus assez de cash ? Vite, plus de flashes !

La solution ? Réinvestir lourdement dans la répression routière, comme le prévoit le Projet de loi de finances 2020 et son programme intitulé "Structures et dispositifs de sécurité routière". En clair : le gouvernement va intensifier ses investissements dans de nouveaux radars toujours plus sophistiqués donc plus chers. Objectif à court terme : "900 millions" de recettes !

Radars tourelles (1200 unités), radars discriminants capables de différencier les catégories de véhicules, radars tronçons (62) ou encore voitures banalisées avec radars embarqués (480) : tous les moyens sont bons pour piéger verbaliser les conducteurs, peu importe leur dangerosité réelle ou supposée ! Sans oublier les quelque 1000 radars fixes, les radars autonomes (dits "radars chantier") ou encore les radars de feux rouges et de passages à niveau.

En tout, "4400" appareils doivent être déployés fin 2020 dont de nouveaux "radars urbains" actuellement en phase de test dans le sud de la France et en région parisienne. Ces petites boîtes - discrètement perchées en hauteur - seraient capables de relever excès de vitesse, non respect des feux rouges mais aussi à terme le non respect de priorités, le franchissement de lignes blanches, etc. 

 

Coût de ce nouvel investissement : environ 150 millions d'euros répartis entre deux fournisseurs : juteux ! Ce nouveau poste de dépense soulève justement la question de savoir d'où proviendront les fonds nécessaires pour renouveler mais aussi entretenir cet arsenal technologique...

L'argent des radars sert... à acheter et entretenir les radars !

Simple : la majeure partie la recette des radars est en réalité auto-consommée... par les radars eux-mêmes ! Sur les 760 millions de recettes l'an passé, pas moins de "238 millions d'euros" ont été affectés "pour le bon fonctionnement du contrôle automatique et le fichier national du permis de conduire", détaille la Délégation à la sécurité routière (DSR). 

A cela s'ajoutent les "100 millions d'euros" reversés au titre du "désendettement de l'État", soit un montant additionné de presque 340 millions d'euros. Pratiquement la moitié des recettes 2019 : loin des beaux discours selon lesquels l'argent des radars profiterait essentiellement à la sécurité routière ! 

Seulement "231 millions" ont en réalité servi à "améliorer le réseau routier et sa sécurité" décrit la DSR qui ajoute toutefois avoir aussi alloué "120 millions" aux "projets de sécurité routière" ainsi qu'une - modeste - enveloppe de "26 millions d'euros" au nouveau fonds pour améliorer "la prise en charge des blessés de la route" (conformément à l'engagement d'Edouard Philippe pour faire passer les 80 km/h).

En clair : le poste radars - que la DSR nomme pudiquement "Adaptation du parc" - dévore davantage de ressources que l'entretien des routes, délaissées ou presque sur la quasi totalité du réseau secondaire. Reboucher un nid de poule pour éviter une chute à moto ou une sortie de route en voiture paraît pourtant préférable à un énième cinémomètre "multi-flashes", non ?

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?
Essai vidéo du scooter à trois-roues Kymco CV3

Kymco passe à la "puissance 3" avec son nouveau et ambitieux CV3, premier scooter à trois-roues propulsé par un bicylindre en plus d'être généreusement équipé : suffisant pour inquiéter la référence MP3 ? Réponses dans notre vidéo, en complément de notre essai complet à lire sur MNC.
Essai scooter à trois-roues CV3 : Kymco Met la Puissance 3 !

Kymco roule des mécaniques avec son nouveau scooter à trois-roues CV3 et son puissant bicylindre de 50,3 ch - architecture inédite chez les tripodes - pour se distinguer et tenter de surpasser la référence MP3 500. Pari réussi pour cette nouveauté taïwanaise accessible avec un permis voiture (B) ? Réponses dans notre essai MNC.
Kawasaki Z900RS SE et Z900 SE : le bilan de notre essai en vidéo

Outre des coloris 50th Anniversary proposés sur ses "roadzters" (sauce Sugomi ou néo-rétro), Kawasaki célèbre les 50 ans de la Z1 avec une paire d’éditions spéciales : la Z900RS SE et la Z900 SE dont Moto-Net.Com a pu tester le freinage avant Brembo et l’amortisseur arrière Öhlins. Bilan en vidéo.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Régulateur de vitesse moto universel Beracruise Skate Lock

Le français Philippe Beraka invente le premier régulateur de vitesse à aimants adaptable sur tous les accélérateurs de motos, scooters et quads. Simple à installer et à utiliser, ce Beracruise Skate Lock est sans entretien et inusable, en plus d'être à un prix accessible.
Pourquoi Fabio Quartararo sera pénalisé au GP de Grande-Bretagne 2022 ?

Non vraiment, Moto-Net.Com pose la question à la direction de course du MotoGP  : pourquoi Fabio Quartararo devrait-il réaliser un "Long Lap" lors du prochain Grand Prix MotoGP à Silverstone ? Parce que son dépassement sur Aleix Espargaro à Assen était trop ambitieux ! Vous n’êtes pas bien sérieux...
Pays-Bas 4 commentaires
Yamaha fulmine contre la sanction "injuste et incohérente" reçue par Quartararo

Le team officiel Yamaha ne digère pas - loin s'en faut - la pénalité de tour rallongé (Long Lap) que devra observer son leader Fabio Quartararo lors du prochain Grand Prix en Grande-Bretagne. Son directeur Lin Jarvis fustige le manque d'équité, d'objectivité et de cohérence des commissaires MotoGP : rien que ça !
Pays-Bas 2 commentaires
Réactions des pilotes MotoGP au fracassant Grand Prix des Pays-Bas 2022

Vainqueur magistral des deux derniers GP, Fabio Quartararo est tombé de son piédestal ce dimanche à Assen. Tombé deux fois ! Bagnaia, Bezzecchi, Vinales et Aleix Espargaro abordent la longue pause estivale plus sereinement que notre champion toujours leader au provisoire. Et que Zarco toujours troisième ? Réactions du Top 10 et plus.
Le constructeur anglais CCM lance une nouvelle moto : la Classic Tracker

Clews Competition Machines (CCM) - petite marque britannique aux origines tout-terrain - produit une gamme de séduisantes motos rétros à moteur monocylindre : dernière en date, la Classic Tracker. Présentation.
Piaggio succède à KTM à la tête de l'association européenne des constructeurs de motos (ACEM)

L'association européenne des constructeurs de motos confie sa présidence à Michele Colaninno, directeur général produits, marketing et innovation du groupe Piaggio. La diminution des émissions de carbone et l'électrification sont les enjeux majeurs de son mandat de deux ans.
HJC lance le casque modulable i100 avec mentonnière réversible 

Le nouveau casque i100 de HJC est le premier modulable de la marque coréenne doté d'une mentonnière basculable sur l'arrière. Équipements et aspects pratiques font aussi partie des arguments de cet ouvrable qui répond à la nouvelle norme ECE 22-06. Présentation.

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...