• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
HUITIÈME MERVEILLE
Paris, le 27 décembre 2013

Buell et sa 1190RX à la conquête du WSBK 2014

Buell et sa 1190RX à la conquête du WSBK 2014

Erik Buell Racing et la dernière version de sa Superbike, la 1190 RX, sont inscrits en World Superbike ! Soutenu par le géant indien Hero, le petit constructeur américain engage en 2014 ses deux pilotes Geoff May et Aaron Yates. Présentations.

Imprimer

Buell à la conquête du World Superbike

Ils seront huit constructeurs à participer au championnat du monde Superbike 2014 : Aprilia, Kawasaki, BMW, Suzuki, Honda, Ducati, MV Agusta et Buell, dénommé officiellement Erik Buell Racing ou "EBR" depuis sa renaissance, fin 2009 (lire MNC du 15 octobre 2009 : Erik Buell annonce l'arrêt de la production de Buell ! puis MNC du 4 mars 2010 : Nouvelle Buell 1190RR, Erik Buell court toujours !).

Engagée depuis trois ans en AMA Superbike, la firme d'East Troy (Wisconsin, USA) s'attaque donc au World Superbike qui sera l'an prochain un véritable championnat du monde "entier", avec des épreuves programmées en Europe, en Australie, aux Etats-Unis, en Russie mais aussi en Malaisie et en Afrique du Sud (voir le calendrier du WSBK 2014).

"Toute l'équipe est enthousiaste et a hâte de relever le défi", signale le manager de l'équipe Giulio Bardi, également représentant des teams SBK auprès de la FIM depuis plusieurs années. "Nos pilotes Geoff et Aaron ont tous deux fait leurs preuves en championnat américain et nous apporterons beaucoup d'expérience".

Pilote EBR depuis trois ans déjà, Geoff May a réalisé sa meilleure saison en 2012 : cinquième du classement général, il avait collectionné neuf Top 5 en course et même gravi la troisième marche d'un podium en compagnie de sa 1190RS (lire MNC du 31 juillet 2013 : Erik Buell Racing ne bulle pas !).

La 1190RX remplace la RS

Produite à une centaine d'exemplaires seulement, la première machine de l'ère EBR - la 1190RS - ne pouvait disputer le World Superbike. "D'où la RX... Je crois que l'objectif d'Erik est de lancer une première production de 1000 modèles", déclarait cet automne Geoff May à nos confrères de Cyclenews. Un volume que le nouveau constructeur devra avoir atteint avant la fin de l'année. Pour 2015, de nouveaux minima requis et un tarif de vente maxi devraient être établis. Restez connectés !

L'an prochain, le n°99 pilotera la toute dernière version de sa Superbike préférée : la 1190RX (lire l'encadré ci-contre). "Cette saison à venir est un nouveau chapitre pour nous et j'ai hâte de le débuter", lance Mister May !

Le pilote de bientôt 34 ans n'est jamais sorti des États-Unis et devra donc, en plus d'adapter sa monture au nouveau championnat, apprendre un tas de nouveaux circuits : "nous savons qu'un grand défi nous attend, mais nous sommes tous prêts", observe-t-il.

Conscient qu'il ne pourra pas égaler le rythme des pilotes de pointe, Geoff est néanmoins convaincu qu'il peut "entrer régulièrement dans les points et créer la surprise une ou deux fois au cours de la saison"... À Laguna Seca par exemple, où sa parfaite connaissance du circuit pourrait gommer le déficit de puissance du bicylindre ?

Aaron Yates sera lui aussi à surveiller : pilote professionnel depuis 1993 - il a soufflé ses 40 bougies le 13 décembre dernier -, il a fait toute sa carrière sur le sol américain et connaît la petite piste californienne sur le bout des gants !

Tenu écarté des circuits en 2010 et 2011 par une jambe cassée broyée, il n'a disputé que deux courses en 2012 sur BMW avant de signer en 2013 avec EBR. Inoxydable, le n°20 a terminé l'année à une honorable huitième place, et se réjouit d'avance de rouler en championnat du monde.

"Il y aura beaucoup de nouveaux tracés à apprendre et beaucoup de données à recueillir", prévoit le triple champion de Superstock américain, "mais nous avons une solide équipe avec un personnel compétent : je suis donc confiant et enthousiaste à l'idée de partir en Australie", fin février pour l'ouverture du championnat...

Aaron se sera sans doute rencardé : l'an dernier à Phillip Island, le quarantenaire Carlos Checa avait signé la pole position au guidon de la 1199 Panigale. Sans viser pareil exploit, l'américain est certain que son coéquipier et lui auront "de fortes chances de marquer des points dans les deux courses". Les paris sont ouverts !

Erik Buell : On ne s'attend pas à des podiums

"En raison de la trêve hivernale, nous devrons attendre avant de voir où nous nous situons en termes de performance", avertit Eric Buell Himself ! "On ne s'attend pas à des podiums, mais nous travaillerons dur, nous apprendrons et nous progresserons".

Avant tout, le sympathique et charismatique Erik (ancien pilote en AMA SBK sur Ducati et Yamaha, lire notre interview MNC d'Erik Buell au salon de Paris 2007 !) est certain que l'arrivée de sa marque au sein du WSBK apportera à la discipline une touche de "fun"... et une double dose d'exotisme !

Tout d'abord, les machines américaines débarquent avec des solutions techniques qui les distinguent nettement des Superbike japonaises ou européennes : frein avant périmétrique, cadre contenant l'essence, bras oscillant contenant l'huile... Même la Panigale parait classique à côté !

D'autre part, Erik Buell Racing n'arrive pas seul : la mère indienne est également de la partie ! "Hero est le premier constructeur de deux-roues indien à être associé à cette discipline", se félicite Pawan Munjal, président directeur général de Hero MotoCorp.

L'engagement du Team EBR Hero - c'est sa dénomination officiel - en World Superbike intervient, d'après le grand patron, "en parfaite synchronisation avec la rapide expansion mondiale de la marque Hero à travers de nouveaux marchés internationaux".

Javier Alonso, directeur exécutif du WSBK, se réjouit naturellement de cette nouvelle inscription : "c'est un grand plaisir d'accueillir une marque aussi attrayante et unique que EBR", note-t-il, convaincu que cette nouvelle équipe "ajoutera du spectacle".

Entre les lignes, on peut deviner que l'Espagnol compte aussi sur cette joyeuse bande italo-américano-indienne pour s'ouvrir les portes d'un marché indien pas évident à aborder... Pour rappel, le premier rendez-vous prévu en 2013 à Budhh, est tombé à l'eau (lire MNC du 14 août 2013 : La dernière manche du WSBK 2013 en Inde est annulée).

"Par ailleurs, il est vraiment bon d'avoir deux pilotes américains sur la grille de départ", observe Senor Alonso, "ils représenteront une nationalité importante dans l'histoire de la série", qui compte pas moins de six champions : Ben Spies (2009), Colin Edwards (2001 et 2002), John Kocinski (1997), Scott Russel (1993), Doug Polen (1991 et 1992) et Fred Merkel (1988 et 1989).

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide pratique Nouveautés moto 2019 : prix, présentation et dates de disponibilité

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !