• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
BILAN OCCASION
Paris, le 16 avril 2013

Bilan occasion moto : Triumph Street Triple

Bilan occasion moto : Triumph Street Triple

La Triumph Street Triple, présentée fin 2007, est vite devenue le fer de lance commercial de la marque anglaise. Roadster joueur capable de taquiner les 600 et les grosses, son succès était écrit d'avance. Et en plus, elle est particulièrement fiable !

Imprimer

Triumph Street Triple : et en plus elle est fiable...

Dès sa sortie, la Triumph Street Triple a fait couler beaucoup d'encre. Et à juste titre : il suffit de l'essayer pour s'en convaincre ! Car s'il manquait de fait un trois-cylindres à la catégorie des roadsters mid-size, Triumph a fait bien plus que combler ce vide "marketing".

Triumph Street Triple

  • Année de sortie : 2007
  • Principales évolutions : 2008 (R), 2011, 2013
  • Toujours en production
  • Bilan budget : 9/10
  • Bilan fiabilité : 9,9/10

Si la ressemblance avec la grande soeur Speed Triple est bien là, elle ne s'arrête pas au look : côté performances, le "petit" bloc 675 est tellement vaillant qu'il en remontre à bien des plus grosses, Speed comprise !

De plus, son gabarit de sylphide (mince alors !) garantit une accessibilité supérieure à ses concurrentes : le poids est contenu et la selle est étroite (un atout pour les petits gabarits), mais les grands ne sont pas gênés grâce au réservoir bien creusé. Manier cette moto de 190 kg tous pleins faits est une rigolade, et heureusement parce que dans les petits coins, le rayon de braquage est plutôt long.

Bilan occasion moto : Triumph Street Triple

Position de conduite avec peu d'appui sur les poignets, selle peu confortable, pas de doute : on est sur un roadster ! Commandes douces, embrayage progressif à souhait, équilibre impeccable à basse vitesse, direction ultra légère et le bloc assagi de la Daytona qui bénéficie d'un couple très présent et constant : l'équation est proche du sans-faute ! A rythme soutenu, seul l'amortisseur arrière s'avère un poil limite, mais sans plus. Le freinage est bon et les envolées du "Tripeul" ne provoquent que l'envie de recommencer, encore et encore !

Triumph a lancé la version R un peu plus d'un an plus tard. Avec des suspensions et des freins hérités de la Daytona, et une peinture agressive, on a en mains une arme de guerre ! Du coup, le succès aidant, Triumph n'a relooké ses Street que début 2011. Techniquement inchangées ou presque, le lifting ne concerne que la cosmétique. Il faut attendre encore une bonne année pour les nouveaux modèles millésimés 2013.

Côté occasion, le peu de problèmes potentiels fait qu'on achètera presque les yeux fermés ! A part une consommation d'huile habituelle sur les trois-cylindres Triumph, RAS. Eh oui, en plus, elle est fiable !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Avertissement sur l'utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs pour vous connecter à votre compte utilisateur, laisser des commentaires, déposer des annonces, paramétrer vos alertes, etc.