• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
El Cocuy (Colombie), le 31 mai 2013

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Depuis Cocuy (lire l'épisode précédent ), je me suis rendu sur les hauteurs dans une petite hacienda sans électricité, sans eau courante et forcément sans eau chaude.

Imprimer

Depuis Cocuy (lire l'épisode précédent), je me suis rendu sur les hauteurs dans une petite hacienda sans électricité, sans eau courante et forcément sans eau chaude.

Au petit déj' : soupe de patates (je vous assure qu'on s'y fait), fromage, pain et chocolat chaud. Le ventre plein, je pars sac au dos pour ma dernière aventure sud-américaine...

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Direction le Paramo, à plus de 4000 m d'altitude. En chemin je passe les lagunes Pintada, Cuadrada et Parada. Au fur et à mesure que je monte vers le col de Cusiri à 4400 m, je rentre dans les nuages. Ambiance particulière pour ce début de rando.

Flagrant délit de grignotage

Puis le temps se dégage et je découvre un monde peuplé de fraijoles (plantes endémiques du Paramo). Vers 15h, je tire de nouveau la langue pour monter au col de Patio Bolas, et après huit heures de marche j'arrive à la laguna de la Plaza où je décide de camper.

Je n'ai pas dormi seul cette nuit... Prise en flagrant délit de grignotage de pain de mie, la fugitive a rapidement pris la poudre d'escampette !

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Cette lagune est tout simplement magnifique. Alimentée par les glaciers, elle déborde en cascade dans le bassin amazonien. Je la contourne par l'est, monte un grand pierrier et déjeune au bord d'une petite lagune.

Je remonte vers le col Balcones à 4450 m, découvre la lagune verte de Panuelo et passe le col Castillo au plus près des glaciers, avant de me faire un campement de fortune au bord de la lagune El Rincon.

Au petit matin, le temps s'est dégagé sur les glaciers qui m'entourent. Cette troisième journée sera d'ailleurs la plus belle en termes de paysage. Je traverse d'abord une vallée pleine de fraijoles, puis descends la vallée de los Cojines - à ne pas confondre avec celle de los cojones, vous risqueriez d'avoir des surprises !

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

A la fin de cette vallée, le torrent plonge en cascade dans la suivante. Superbe ! Obstacle infranchissable : je traverse le gué et remonte la quebrada El Avellanal jusqu'à la lagune du même nom et franchis le col de la Sierra à 4650 m, point culminant de la rando. La journée est déjà bien avancée quand je trouve enfin la maison de mes rêves : une grotte !

L'homme des cavernes

Appelez-moi Max Pierrafeu, l'homme des cavernes ! Après un steak de diplodocus, j'ai enfilé mon pagne et repris la route pour la lagune Grande de los Verdes, puis remonté vers les alpages jusqu'au col de Cardenillo.

Mais le temps se couvre : en un clin d'œil, plus aucune visibilité ! Je prends comme point de repère un cairn (amas de pierres) et cherche tout indice menant vers le fameux col... Après une demi-heure de recherche en vain, une éclaircie me permet de retrouver mon chemin. C'est bon, je suis tranquille.

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

De l'autre côté, un sentier évident me mène à la Parada de Romero où j'achète un peu de fromage. A partir de là commence la piste : 4 heures de marche dans la brume, vraiment pénible. Mais le soir, quel bonheur de se faire inviter par une famille colombienne alors que je passe au niveau de leur maisonnette !

Au dîner : du mouton. Plus précisément la tête, servie avec devinez quoi : des patates ! Pendant que je découpe de fines tranches de langue, la fille à ma droite gobe les yeux comme des flambys et tout le monde s'affaire à dépecer le reste...

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Le fils donnera le coup de grâce en arrachant les cloisons nasales qu'il avalera d'une traite. Après ce repas frugal, j'installe mon hamac sous l'appentis. La mère me propose alors de venir dormir dans la chambre familiale, et je me retrouve à dormir dans la même pièce que les parents et les enfants, la télé allumée à fond ! Ca me rappelle l'ambiance dans les yourtes mongoles (relire mon Voyage moto en Mongolie).

Le lendemain matin, je fais mes adieux à cette famille qui m'a vraiment accueilli chaleureusement. La moto est à 4 heures de marche, alors je ne traîne pas. Je passe l'hacienda Esperanza où le proprio me montre le chemin le plus court pour retrouver ma chère et tendre Versys !

Je remonte dans les alpages, dépasse la maison abandonnée et arrive enfin à l'ultime clôture. A 15h je récupère la moto et fonce louer crampons et piolets.

Il est 9h du mat' et j'ai pas mal de courbatures, mais pas le choix ! Mon sac est prêt et j'ai le matériel pour tenter l'ascension du Concavo à 5200 m. A 10h je pars de mon hôtel à La Capilla (que je conseille vivement). Parti de 3800 m, j'entame l'ascension à travers la vallée de los fraijoles sous un beau soleil. Puis la météo se dégrade... Pluie, vent, neige, c'est la totale !

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Je poursuis et passe au dessus des nuages. Il fait toujours froid, mais au moins il ne neige plus. Après 5 heures de marche, je découvre la laguna grande de la Sierra située entre les glaciers du Concavo, du Pan de Azucar et du Pulpito del Diable.

Mais je poursuis encore une bonne heure pour camper au pied du glacier, à plus de 4800 m d'altitude. Entre-temps il s'est remis à neiger... Bien entendu, je n'ai que ma bâche comme abri et une couverture de survie en guise de matelas. Je mets près d'une heure à trouver un endroit au sec, en hauteur sur une pierre plate.

Amérique latine à moto (19) : dans les montagnes de Cocuy

Après avoir passé une nuit parmi les plus extrêmes, le réveil est difficile... Il est 5h du matin. Je jette un oeil à la météo : tout est bouché. A 5h30, pareil. A 6h, alors que je commence à replier le campement, le temps se découvre légèrement. Je décide de finalement tenter l'ascension...

Crampons aux pieds, piolets à la main, je me lance à l'assaut du glacier. Tout se passe bien, j'ai la super forme et même si je dois faire la trace je me repère bien et j'avance à bon rythme. Mais après 1h30 d'effort, les nuages reviennent en force... Je ne vois pas à 2 mètres alors que j'arrive justement sur un plateau avec quelques crevasses à éviter...

Je ne vois plus non plus le sommet qui est alors à portée de main. Continuer serait imprudent : je rebrousse chemin et me retrouve de nouveau au pied du glacier à 9h.

Encore une sacrée expérience où je me suis rendu compte que renoncer à un objectif est parfois plus dur que de l'atteindre... Mais j'ai eu ce que je voulais : gravir un dernier glacier et profiter de la vue sur ce paysage de roches, d'eau et de glace.

Premier bilan... et conseils de routard

Je trouve que c'est aussi une belle façon de terminer cette aventure sud-américaine qui aura duré six mois dont 20 000 km à moto, 30 jours de rando en montagne, des dizaines de rencontres, un nombre incalculable de chutes... mais au final que du bonheur !

J'aurai aussi appris pas mal de trucs de routard : graisser la chaine et le filtre à air à l'huile de vidange, utiliser des bouts de chambre à air au lieu de tendeurs introuvables dans ces pays, arrimer les caisses avec des cordes plutôt que des sangles qu'on me vole systématiquement, utiliser une bâche plutôt qu'une tente en zone tempérée et tropicale, et enfin le meilleur pour la fin : le réchaud à alcool (lire l'épisode 9) au lieu du réchaud à essence qui coûte un bras.

Voyagez léger !

Quand on part en voyage, tout le monde le sait, l'ennemi c'est le poids. Seulement pour vaincre l'ennemi, on fait tous la même erreur : on accumule du matériel de qualité, peu encombrant mais cher, et au final on se retrouve avec beaucoup de choses inutiles. Il suffit de voir la photo de départ de mon voyage jusqu'en Mongolie : j'étais prêt à conquérir Mars !

Cette année, je me suis donc débarrassé de tout le matériel devenu défectueux (matelas, tente...) et ne l'ai pas remplacé. La meilleure façon de s'alléger est d'en prendre le moins possible : dans l'absolu, il faudrait partir en voyage sans bagages ! Résultat : il me reste pas mal de place dans les caisses devenues trop grandes.

Il faut aussi tirer profit de ses points faibles. Par exemple, n'étant pas du tout mécano, je n'ai quasiment pas pris de pièces de rechange et ne transporte qu'un petit coffret à cliquets, ce qui me fait encore gagner du poids. Exit aussi les pneus supplémentaires.

En fait, je déconseille fortement l'usage de trop de bagagerie. Pour une personne seule, deux valises latérales ou une sacoche de réservoir et une sacoche de selle suffisent amplement. Ainsi, vous n'avez pas besoin de renforcer les suspensions, le châssis, améliorer le freinage ou augmenter la puissance, bref vous ménagez votre monture et vous pouvez crapahuter n'importe où. Un bon moyen de voir si votre moto est trop lourde pour vous est de la charger, la coucher et la relever sans défaire les bagages. Testé et approuvé sur la Versys !

Il ne me reste maintenant plus que quelques jours en Amérique du Sud, ce qui me laisse un peu de temps pour renvoyer la moto. Dès mon retour en France, je vous ferai un bilan de la moto et de l'équipement utilisé durant ces six mois : restez connectés !

.

.

.

A lire aussi sur le Journal moto du Net

KTM rappelle ses motos à moteur monocylindre LC4 de 2018 à 2020

Un joint de récepteur d'embrayage défectueux est à l'origine d'une vaste campagne de rappel sur toutes les motos KTM propulsées par le monocylindre LC4 des millésimes 2018 à 2020. Explications.
Présentation de la nouvelle moto Triumph Tiger 660 Sport

La nouvelle Tiger 660 Sport marque l'arrivée de Triumph sur le segment des motos trails-GT de moyenne cylindrée à partir du roadster Trident 660. Cette nouveauté de 81 ch, compatible permis A2, sera disponible en février 2022 au prix de 9095 euros. Présentation. 
Rentrée studieuse pour le marché français du motocycle en septembre 2021 

5808 immatriculations en 125 cc, 10 550 en grosses cylindrées : la rentrée dans les concessions françaises a été moins bonne que l’an passé, mais nettement supérieure à celle de 2019. Mais si rappelez-vous, cette époque où masque et pass sanitaire n’étaient pas nécessaires pour faire son marché… de la moto et du scooter !
Essai du pneu moto Metzeler Roadtec 01 SE (Sport Edition)

Metzeler (groupe Pirelli) regonfle le potentiel dynamique de son pneu Roadtec 01 pour mieux le caler sur les jantes des motos routières au tempérament sportif (et vice-versa). Essai sur route et sur circuit - mouillé - du Roadtec 01 SE pour "Sport Edition".   
Essais 1 commentaire
Essai veste moto RST Adventure-X avec airbag intégré In&Motion

MNC a testé pendant un an la veste Adventure-X du manufacturier anglais RST (groupe Bihr) dans sa configuration avec airbag autonome intégré. Quelles sont les forces et les faiblesses de cet équipement trail et de son coussin gonflable fourni par In&Motion ? Réponses dans notre essai longue durée.
Présentation de la nouvelle moto néo-rétro Kawasaki Z650RS 2022

Le populaire petit roadster de Kawasaki se décline comme annoncé en version classique Z650RS pour 2022, avec des performances et une partie cycle identiques. Seuls l'habillage et les équipements transforment cette nouvelle moto néo-rétro accessible au permis A2 sous les 8500 euros. Présentation et liste de ses rivales.
 
Roadster 2 commentaires
Suzuki GSX-S1000GT : le bilan de notre essai en vidéo 

Les premiers exemplaires de la GSX-S1000GT ne sont attendus dans les concessions françaises que pour les fêtes de fin d'année. Mais MNC a déjà testé cette importante nouveauté Suzuki 2022 qui entend concurrencer la meilleure vente de moto Sport GT, l'une des dernières aussi, la Ninja 1000 SX... Essai !

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises à traverser la crise économique qui va suivre celle du coronavirus : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2021 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...