• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
Caraz (Pérou), le 24 avril 2013

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Après le retour en France de Sabrina , j’ai repris ma route vers le nord. Sur le coup des 11h, j’aperçois une vieille Béhème devant moi : je dépasse le motard et lui fais signe de s’arrêter. Forcément, c’est un Allemand !

Imprimer

Après le retour en France de Sabrina, j’ai repris ma route vers le nord. Sur le coup des 11h, j’aperçois une vieille Béhème devant moi : je dépasse le motard et lui fais signe de s’arrêter. Forcément, c’est un Allemand !

Un sacré bourlingueur le type : il a démarré son tour du monde en mai 2010 en partant vers l’est. Après l’Asie et l’Australie, le voici en Amérique du Sud qu’il remonte tambour battant afin d’être en Alaska en août. Tout un programme !

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

A Barrancay, on se sépare. Je quitte la panaméricaine direction Huaraz et la Cordillère blanche. Grandiose ! La Cordillère blanche possède les plus belles montagnes glaciaires d’Amérique du Sud et de magnifiques lacs d’altitude à l’eau turquoise.

Populations andines

C’est aussi l’occasion d’aller à la rencontre des populations andines dans des lieux inaccessibles en moto. Le 11 avril, j’ai fait les préparatifs à Huaraz et je me suis rendu dans le petit village de Cashapampa où j’ai passé la nuit. Ce sera le départ du trek à 2900 m d’altitude.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Le lendemain, je pars à 8h à pied pour Hualcayan. Cette petite mise en jambes est l’occasion de traverser ce plateau agricole et de papoter avec une famille rencontrée en chemin, qui se rend aussi à Hualcayan.

Première pause à 3200 m

Sur la fin du parcours je les laisse filer, mon sac est lourd et je préfère m’économiser. J’arrive vers midi à Hualcayan, où je fais une dernière pause à 3200 m avant d’entamer l’ascension dans les premiers alpages. Pour cette première journée, je m’arrête à 16h à 3800 m d’altitude pour monter mon campement.

Afin de limiter le poids de mon sac, je n’ai pas pris de tente mais seulement une bâche et un hamac, ce qui prend forcément un peu plus de temps à installer...

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Après une nuit pluvieuse, je reprends le sentier qui monte à flanc de montagne. Mais moralement c’est dur, car j’aperçois toujours le village. Heureusement, vers 4200 m les paysages changent, je me rapproche des lagunes.

Campement à 4650 m

Vers 15h30, enfin, j’arrive à la lagune Cullicotcha à 4650 m d’altitude. Je préfère m’arrêter là pour aujourd’hui, la vue est top !Le lendemain matin, ça fait déjà un bon moment que je suis réveillé lorsque le soleil pointe le bout de son nez et fait fondre la glace sur la bâche.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Qu’est ce qu’il a fait froid ! Durant la matinée, je passe l’abra Cullicotcha à 4850 m puis l’alto d'Alpamayo à 4700 m, avant de faire ma première rencontre en deux jours : Sam, un Américain qui n’a vu personne depuis trois jours, est bien content de trouver quelqu’un à qui parler !

Je poursuis ensuite la descente dans la vallée et suis la rivière jusqu’à m’installer à son rivage, là où demain je bifurquerai pour le col de Cara Cara.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

J’ai bien mis trois quarts d’heure avant de trouver le chemin pour le col, mais à force de tâtonnements je grimpe et parviens enfin en haut.

La descente de l’autre côté n’est pas simple non plus. Je traverse un vallon limite marécageux avant de remonter vers le paso de Mesopampa. La vue est splendide sur les sommets enneigés, mais rapidement le temps se couvre alors je descends vers la lagune Safuna.

Jésus et les truites

En chemin, cinq chevaux galopent ventre à terre, suivis d’un berger sur sa monture. Il s’appelle Jésus ! Je le salue, il s’arrête, on papote, il m’invite à manger, puis à dormir et finalement à rester le lendemain.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Après une bonne nuit dans un lit de paille aux dimensions péruviennes (1,50 m !), nous voilà partis gambader dans la vallée à chercher ses animaux dans l’une des plus belles chaînes montagneuses au monde. Vers 13h on rentre finir les restes de soupe de la veille, puis on se fait frire du maïs avant d’entamer une sacrée partie de pêche dans la rivière d'en face.

Avec son filet, il a ramené 20 truites en moins d’une heure ! Il est 17h lorsqu’on termine de les vider. C’est marrant de les voir s’agiter alors que je viens de leur arracher le coeur, les poumons, les intestins... La soirée se termine ainsi, le ventre plein, satisfait de ma journée de berger.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Je serais bien resté plus longtemps, mais je dois vraiment continuer la progression. Il m’indique le chemin pour passer le col, mais il n’est vraiment pas évident et les nuages bouchent la vue...

Je tente quand même de trouver le passage, mais au bout d’une heure je préfère me raviser : le temps est trop bouché près des sommets.

La femme de Jésus

Je fais demi-tour et prends le chemin pour Pomabamba, que je dois atteindre dans la journée afin d’y trouver un hôtel et recharger la caméra. En chemin, je rencontre un "campesino" qui rentre lui aussi à la ville. J’entame ainsi une longue descente dans les pâturages boueux de la Cordillère blanche.

En milieu de journée, nous croisons la femme de Jésus qui rentre de la ville les sacoches pleines de provisions ! Elle doit encore passer les montagnes qui lui font face avant la nuit, alors elle ne traîne pas.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Au cours de la descente, la vallée est de plus en plus habitée. Je découvre de petits villages où la marche à pied et le cheval sont les seuls moyens d’accéder à ces lieux escarpés.

La journée se passe ainsi au fil des rencontres qui m’accompagnent plus au moins longtemps jusqu’à Pomabamba, où j’arrive les pieds en sang après plus de 10 heures de marche.

Retour en ville après 10 heures de marche

Après six jours dans les montagnes, j’ai du mal à atterrir dans cette petite ville où tout devient facile, mais je ne reste qu’une nuit : le lendemain je repars dans les montagnes après avoir soigné mes pieds ! Ils ont encore quatre jours à tenir, alors je fais gaffe à ne pas trop forcer. Le soir, je me réinstalle dans ces hauts alpages qui sont devenus ma maison.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

La journée suivante, je traverse une nouvelle vallée agricole où chaque rencontre est l’occasion de demander mon chemin pour la lagune Huecrococha, où je ferai une dernière pause gastronomique avant de repartir définitivement dans les montagnes. Jusqu’à me suspendre à deux eucalyptus à 4200 m d’altitude !

Au réveil, la vue n’est-elle pas magnifique ? Je passe en fin de matinée un énième col, puis redescend vers la lagune Huishcash avant de remonter vers le col de Punta Union à 4700 m. Mon dernier col, ouf ! Maintenant, ce n’est plus que de la descente, et ce sera mon dernier bivouac.

Amérique latine à moto (15) : trek sur la Cordillère blanche

Le dernier jour, je termine par la quebrada Santa Cruz où je croise Pedro et son fils, partis deux jours jeter un coup d’oeil à leurs bêtes dans les montagnes. Il me reste alors trois heures de marche et c’est la fin de cette terrible aventure dans les montagnes de la Cordillère blanche.

Je récupère ma moto, et au terme d’une heure de piste je me retrouve à Caraz où je peux enfin me reposer... A suivre : restez connectés !

.

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Les derniers essais MNC

Essai vidéo DesertX : le trail Ducati qui va faire des Euros !

Ducati investit le tout-terrain avec une nouvelle moto aussi belle qu'ambitieuse : le trail DesertX et son énergique bicylindre de 937 cc ! MNC l'a poussée dans ses retranchements sur route, pistes et petits chemins dans un essai vidéo ultra-complet pour découvrir les qualités et les défauts de cette inédite italienne en 21 et 18 pouces. 
Essai vidéo MT-10 2022 : la nouveauté Yamaha en fait-elle trop ?

Yamaha ajoute des muscles et de la technologie supplémentaires à sa MT-10, qui n'en manquait déjà pas ! Plus puissant, plus sophistiqué et toujours aussi "torturé" stylistiquement, le roadster d'Iwata ne devient-il pas too much ? Essai vidéo MNC.
Essai MP3 530 hpe Exclusive : Piaggio remodèle son best-seller

Meilleure vente de scooter Piaggio en France, le MP3 500 connaît une importante évolution en 2022. Un plus gros moteur, un nouveau look et des fonctionnalités inédites (caméra de recul !?) doivent permettre au MP3 530 hpe Exclusive de séduire les scootomobilistes avides de nouveautés... à tout prix ?
Essai Z900RS SE : le meilleur des roadsters Kawasaki

Sortie en 2018, la Z900RS est déjà une excellente moto basée sur le best-seller Z900 et inspirée de l’originelle Z1 (mythique, MNC vous explique pourquoi). Or Kawasaki fête ses 50 ans de "Zed" avec, notamment, une Z900RS SE qui intègre l’amortisseur Öhlins de la Z1000R et le freinage Brembo de la Z H2. Un "Best Of" donc... et "Must Have" ?

A lire aussi sur le Journal moto du Net

Nouvelle S1000RR 2023 : dans l’inspiration de la M1000RR et innovante

La BMW S1000RR 2023 évolue après sa révision complète de 2019 et profite des avancées de son aînée M1000RR : les ailettes, notamment, sont de sortie. Un peu plus puissante et toujours aussi légère, la Superbike BMW profite aussi d’assistances inédites contrôlant les glisses de l’arrière. Du jamais vu !
Brixton en quête de triomphe chez les gros cubes avec sa Cromwell 1200

125cc, 250, 500 et aujourd’hui 1200 : la cylindrée des motos Brixton ne cesse d’augmenter ! Avec sa charmante Cromwell 1200, la petite marque de l’importateur autrichien KSR compte faire une entrée remarquée chez les gros cubes aux lignes vintage, bien aidée par son prix ultra serré : 9999 euros. Présentation.
Nouveaux coloris pour les Honda CB1000R, CMX500 Rebel et Monkey en 2023 

Alors que de nombreux motards attendent le retour des Hornet et Transalp - aussi "fracassant" que celui de Marquez ? hum -, Honda temporise à nouveau en dévoilant de nouveaux coloris sur son maxiroadster CB1000R, son custom "mid-size" CMX500 Rebel et sur son mini Monkey.
Pratique 2 commentaires
Zéro Motorcycles veut court-circuiter les maxitrails avec sa DSR/X

Avec ses 137 km d’autonomie sur voie rapide et environ 3 heures nécessaires à la recharge, la DSR-X est loin d’être une grande voyageuse. Mais pour un usage quotidien, le maxitrail de Zero Motorcycles pourrait bien donner du fil - électrique ! - à retordre à ses rivaux thermiques. Présentation et vidéo.
Trail 4 commentaires
Bluroc (ex-Bullit) se jette à l’eau avec son inédite Tracker 125

C’est une grande première pour Bluroc : la petite marque belge de motos propose une 125 cc dont le monocylindre est refroidi par eau ! Avec ses 15 chevaux et une partie-cycle plus affûtée, la Tracker doit donc mettre à l’amende ses frangines Legend, Hero ou Spirit... et ses rivales ? Présentation.
Horaires et enjeux du GP de Thaïlande MotoGP 2022

Annulé ces deux dernières années, le Grand Prix moto de Thaïlande redémarre ce week-end sur le Chang International Circuit à Buriram avec un invité surprise sur la Suzuki : Danilo Petrucci ! Horaires et enjeux du GP de Thaïlande MotoGP, 17ème course du championnat du monde 2022 après laquelle il ne restera que trois épreuves pour savoir qui sera champion du monde MotoGP 2022... Attention au décalage horaire : demandez le programme en heure française !
Arabie saoudite, Inde et Kazakhstan : trois nouveaux Grands Prix MotoGP !

Le promoteur du championnat du monde MotoGP, Dorna Sports, révèle la signature d'accords avec l'Arabie Saoudite, l'Inde et le Kazakhstan pour y disputer des Grands Prix dès 2023. Explications.
MotoGP 2023 5 commentaires

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix
  • En savoir plus...