• L'essentiel
  • -
  • En savoir plus...
FICHÉ PAR MNC
Paris, le 6 mai 2015

A la rencontre de Fabio Quartararo, pilote Moto3 en 2015

A la rencontre de Fabio Quartararo, pilote Moto3 en 2015

Formé à l'excellente école espagnole de la moto, Fabio Quartararo éclabousse de son talent les Grands Prix, jouant aux avant-postes dès sa première saison Moto3. MNC a rencontré ce sympathique et ambitieux pilote niçois de 16 ans. Portrait et interview.

Imprimer

A trajectoire hors normes, sacrifices énormes

Calme, précis et concentré. Fabio Quartararo n'a que 16 ans depuis le 20 avril. Pourtant, son comportement durant notre entretien et ses réponses aux questions MNC dégagent une maturité stupéfiante, digne d'un champion expérimenté.

Plus surprenant encore : le jeune niçois reste serein face à ses exceptionnels débuts en Grands Prix Moto3, sans manifester de fierté excessive ni de fausse modestie. Certes, "El Diablo" est ravi d'avoir terminé 7ème au Qatar après avoir un temps mené son tout premier GP, puis d'être monté sur son premier podium au Texas, avant de décrocher la 6ème place en Argentine (interview réalisée juste avant sa pole position et sa 4ème place à Jerez).

Mais cette trajectoire météorique ne lui tourne pas la tête ni le détourne de son triple objectif : remporter le titre en Moto3, puis en Moto2 et enfin coiffer la couronne en MotoGP ! A la manière de son idole Valentino Rossi, seul pilote actuellement en compétition titré dans les trois catégories des Grands Prix moto.

Cette approche réfléchie et déterminée, Fabio la doit en grande partie à son parcours entamé très jeune et déjà riche de plusieurs titres. Notamment en championnat de vitesse espagnol (CEV), le plus relevé d'Europe, où il a choisi de faire ses armes malgré l'inévitable coupure avec les siens et ses racines...

L'Espagne, piste de champions

"Pour devenir le meilleur, je devais côtoyer les meilleurs afin d'être tiré vers le haut. En France, le niveau était moins relevé qu'en Espagne, les pilotes moins nombreux (7 contre 50 !) et surtout les limites d'âge plus élevés constituaient un frein. En Espagne, il était possible de courir en 50 cc dès 7 ans, pas en France", se souvient Fabio, installé depuis fin 2014 chez son manager Edouardo Martin à Alicante (Espagne).

Fabio vu par Lorenzo, Rossi et Marquez

  • Jorge Lorenzo : "Je suis d'autant plus admiratif devant les performances de Fabio que de mon côté, il m'a fallu du temps pour trouver mes marques et décrocher de bons résultats. Lors de ma première course en 125 cc, j'ai dû terminer dans les 20 (22ème exactement, lors du GP d'Espagne 2002, NDLR) et ma première pole n'est intervenue que bien plus tard (fin 2003 lors du GP de Malaisie, NDLR)"
  • Valentino Rossi : "Sa pole à Jerez est sans aucun doute la première d'une longue série, car certains résultats n'arrivent pas par hasard... De mon point de vue, Fabio est prédestiné à s'imposer"
  • Marc Marquez : "Je suis l'évolution de Fabio depuis ses débuts en CEV (championnat de vitesse espagnol). Sa carrière est impressionnante et je pense qu'il est promis à de grandes choses".

Sous la houlette de ce manager espagnol à qui il voue un profond respect - "avec mes parents, on estimait que ce serait déjà bien qu'il réalise la moitié de ce qu'il avait promis. Au final, Edouardo en a fait le double" -, Fabio suit un entraînement d'athlète : suivi alimentaire drastique (son poids est surveillé au gramme près !), entre 1h30 et 7 heures d'entraînement par jour (vélo, course à pied et motocross, notamment), analyse des circuits, des forces et faiblesses de ses concurrents...

Rien n'est laissé au hasard, y compris sa scolarité qui met l'accent sur l'apprentissage de l'anglais afin d'être à l'aise devant les caméras (grâce à son parcours, il parle aussi couramment espagnol). Autant de sacrifices nécessaires pour faire éclore et développer un talent unanimement salué par les plus prestigieux champions (lire ci-contre).

En contrepartie, à seulement 16 ans, Fabio vit loin de ses parents et de ses amis... Lorsque MNC lui demande si cette séparation n'est pas trop dure, sa carapace de "champion pro" se fissure brièvement et une réelle émotion se lit dans son regard : "un peu, évidemment...", souffle le jeune homme dont emploi du temps surchargé ne laisse guère de place à des loisirs d'ado... et encore moins à une petite copine !

Fiche technique Fabio Quartararo

  • Nom : Quartararo
  • Prénom : Fabio
  • Date de naissance : 20 avril 1999
  • Lieu de naissance : Nice (06)
  • Domicile actuel : Alicante (sud de l'Espagne)
  • Situation familiale : célibataire
  • Taille : 175 cm
  • Poids : entre 59 kg et 61 kg
  • Premier GP : Qatar 2015
  • Premier podium : Argentine 2015
  • Première pole : Jerez 2015
  • Première victoire : à venir, très bientôt !

Un talent précoce

Son penchant naturel pour le deux-roues, Fabio Quartararo le révèle très tôt : bluffé par son équilibre sur une trottinette, son entourage lui offre une moto à 4 ans et l'inscrit à une course. Dès le second départ, c'est la victoire ! Le gamin au sourire angélique révèle des aptitudes étonnantes. Et surtout, une farouche volonté de gagner !

Rapidement aux avant-postes en France (premier titre en coupe Conti en 2006), le jeune français se tourne vers la filière espagnole où il s'impose avec brio en 70 cc, 80 cc puis 125 cc. En 2013, c'est la consécration : il coiffe la couronne en CEV Moto3, considéré comme l'antichambre des Grands Prix, et bat tous les records de précocité de Marc Marquez et consorts !

L'année suivante, le n°20 (en référence à son jour de naissance) double la mise avec neuf victoires et deux seconde places sur onze courses. Sa domination et ses aptitudes sont telles que le règlement des Grands Prix est modifié afin qu'il puisse intégrer le championnat du monde Moto3 avant l'âge limite de 16 ans : désormais, le champion CEV jouit d'une dérogation permettant de courir en GP à 15 ans !

Actuellement troisième au classement provisoire sur sa Honda Estrella Galicia - celle du champion sortant Alex Marquez -, "El Diablo" est bien parti pour devenir l'un de nos plus brillants représentants en Grand Prix. Lors des qualifications du GP d'Espagne , il est déjà entré dans l'histoire en devenant le deuxième plus jeune pilote à remporter une pole... seulement 32 jours plus tard que Marco Melandri, détenteur de ce record depuis le GP Allemagne 1998 !

.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Identifiez-vous pour publier un commentaire.

.

Guide 2022 des nouveautés moto et scooter : infos, essais et prix

Soutenez le Journal moto du Net

Aidez les petites entreprises françaises qui payent leurs impôts : en vous abonnant à MNC Premium, vous lisez toutes les infos réservées sans pub intrusive, vous profitez de nombreux avantages (invitations, annonces gratuites, réductions, etc.) et vous préservez notre indépendance !

ARTICLES PREMIUM   |   JE M'ABONNE !